Accueil du site > Jésus et Mohammed : La Vérité Imbattable > 3-Authenticité des Livres saints
      

3-Authenticité des Livres saints

Publication en ligne : mercredi 23 janvier 2013, par Maître Simozrag

3. Authenticité des Livres saints

La Bible est-elle la parole de Dieu ? Avant de répondre à cette question lancinante, étudions d’abord les livres composant la Bible, leur origine, leurs auteurs et leur authenticité.

D’emblée, il est nécessaire d’affirmer que nous ne possédons aucun original des livres de la Bible ; les originaux sont perdus, il n’en reste que des copies.

Les savants de la Bible sont unanimes pour reconnaître cette réalité. Voici un résumé de leur déclaration :

« On ne possède aucun original des livres de l’Ancien Testament, mais seulement des copies, les manuscrits. Les plus anciens manuscrits hébreux complets qui ont été conservés datent du neuvième ou du dixième siècle après J.C.

Ils reproduisent un texte traditionnel, que des savants juifs, les « Massorètes » ont soigneusement inventorié pour s’assurer qu’il ne subirait pas de changement. Comme à leur époque l’hébreu biblique était devenu depuis longtemps une langue morte, comprise seulement des spécialistes, ils ont muni le texte de signes facilitant la lecture, en particulier de marques indiquant les voyelles et la ponctuation.

Du même coup ils fixaient définitivement la manière de comprendre les phrases…Le texte dont se sont occupés les Massorètes avait déjà bénéficié du travail d’un autre groupe de savants, les Docteurs de la loi à la fin du premier siècle de notre ère.

Ceux-ci avaient constaté que les manuscrits dont ils disposaient n’étaient pas strictement identiques. Pour remédier à cet inconvénient ils établirent un texte officiel, en procédant par comparaison de quelques manuscrits existants. Après quoi ils firent détruire les manuscrits non conformes au texte qu’ils avaient retenu.

En 1947 cependant on a retrouvé près de la mer morte quelques manuscrits antérieurs au travail des Docteurs de la loi (les textes de Qumrân).

D’autre part le Pentateuque samaritain de même que certaines versions anciennes, version grecque dite des Septante, certaines versions araméennes ou Targoums, attestent un état du texte plus ancien.

On a pu constater que les différences avec le texte traditionnel étaient pour la plupart de faible portée. Mais dans certains cas, ces formes plus anciennes du texte proposent un sens plus clair…

En ce qui concerne le TEXTE du Nouveau Testament, on se trouve devant le même problème global que pour l’Ancien Testament : connaître le libellé original, alors qu’on ne possède que des copies, les manuscrits.

Le travail des spécialistes est cependant beaucoup plus avancé que pour l’Ancien Testament. Il a bénéficié de plusieurs facteurs favorables. D’abord les manuscrits dont on dispose sont, dans le temps, plus proches de l’original : les plus anciens manuscrits complets datent en effet du quatrième siècle après J.C, mais on possède de nombreux fragments plus anciens. Ensuite ces manuscrits sont beaucoup plus nombreux : on en compte plus de 5000.

Pour obtenir la copie exacte d’un original on peut recourir aujourd’hui à la photocopie. Mais les meilleurs copistes humains sont inévitablement sujets à des défaillances : l’attention la plus soutenue finit par se relâcher. Malgré un travail remarquablement soigné les copistes anciens n’ont pu éviter les fautes. Or chacune d’elles était enregistrée par le copiste suivant. On ne saurait donc s’étonner que les nombreux manuscrits bibliques présentent des différences. » 1

Il faut ajouter à ces difficultés l’ignorance quant à l’origine de ces textes ainsi qu’à leurs auteurs.

Le Pentateuque attribué à Moïse n’est pas de Moïse selon les dires des savants. Dans l’introduction au Pentateuque (Bible de Jérusalem), il est écrit : « Le Pentateuque serait la compilation de quatre documents, différents par l’âge et le milieu d’origine mais tous très postérieurs à Moïse. »

Il en va de même pour les autres livres de l’Ancien Testament de Josué jusqu’à Malachie. Nous n’avons aucune certitude sur l’identité de leurs auteurs ni sur la date de leur composition.

Les savants affirment que plusieurs étapes ont précédé la fixation par écrit des textes de la Bible, mais qu’il n’y a pas de données sûres sur lesdites étapes.

Le Docteur Robert Kehl écrit dans Die Religion des modernen Menschen (La Religion des Hommes Modernes) :

« La plupart des partisans de la Bible ont le credo naïf que la Bible existait toujours sous la forme sous laquelle ils la lisent aujourd’hui. Ils croient que la Bible contenait toujours toutes les sections qui sont trouvées dans leur copie personnelle de la Bible. Ils ne savent pas - et la plupart d’entre eux ne veulent pas savoir - que pendant environ 200 ans les premiers chrétiens n’avaient aucune ’Ecriture sainte’ sauf l’Ancien Testament et que même le canon de l’Ancien Testament n’avait certainement pas été établi dans les jours des premiers chrétiens, que les versions écrites du Nouveau Testament ont seulement surgi tout à fait lentement, que pendant une longue période de temps personne n’a rêvé de considérer ces écrits du Nouveau Testament comme l’Écriture Sainte, qu’avec le passage du temps la tradition est apparue de lire ces écritures aux congrégations, mais que même alors personne n’a rêvé de traitement d’elles comme des Écritures Saintes avec le même statut que l’Ancien Testament, que cette idée est d’abord arrivée aux gens quand les différentes factions dans le christianisme se battaient l’une contre l’autre et ils ont senti le besoin d’être capables de se conforter avec quelque chose d’imposé, que de cette façon les gens ont seulement commencé à considérer ces écrits comme l’Ecriture Sainte environ en 200 ap. J.-C. » 2

En ce qui concerne les évangiles canoniques, le plus ancien témoignage existant sur leur composition est celui de Papias, évêque de Hiérapolis, en Phrygie, qui composa vers 130 une « Interprétation (exégèse) des oracles du Seigneur », en cinq livres.

Cet ouvrage est perdu depuis longtemps, mais l’historien Eusèbe de Césarée en a rapporté les deux passages suivants : « Et l’Ancien disait : Marc, qui fut l’interprète de Pierre, a soigneusement mis par écrit tout ce dont il se souvenait, sans toutefois respecter l’ordre de ce qui fut dit ou accompli par le Seigneur.

En effet, ce n’est pas le Seigneur qu’il avait entendu ou accompagné, mais Pierre, plus tard, comme je l’ai dit. Celui-ci agissait selon ce qu’exigeait son enseignement et non comme s’il voulait donner l’ordonnance des oracles du Seigneur. » Selon Papias, Matthieu aurait écrit son évangile en Hébreu, puis son œuvre aurait été traduite en grec.

Il faut souligner que la formule trinitaire n’existe pas dans l’original hébreu de l’évangile de Matthieu alors qu’elle y est sur la copie grecque (Mt 28.19).3

Une chose est sûre : les textes de la Bible ont été plusieurs fois remaniés. Il n’existe aucun évangile qui soit rédigé par un apôtre ou un témoin oculaire de la vie de Jésus. Le ouie dire est la seule information de base ayant servi à la rédaction des écrits baptisés « Évangiles ».

Les plus anciens manuscrits utilisés actuellement sont le Sinaïticus, en provenance du monastère Sainte-catherine du Sinaï et le Vaticanus. Datés du milieu du IVe siècle, les deux documents sont truffés d’erreurs. On y a dénombré plus de « 16 000 corrections manuelles attribuées à sept copieurs-traducteurs différents.

Certains passages ont même été, au fil du temps, changés trois fois pour être en fin de compte, remplacés par des textes complètement différents. » Mr. Friedrich Delitzsch, auteur d’un dictionnaire d’ancien hébreu, et éminent spécialiste de la Bible a détecté plus de 3 000 erreurs graves dans ces textes appartenant pourtant au canon de l’Église Catholique.

St Jérôme, au IVe siècle, se plaignait encore de la falsification et du mélange des Écritures. Le pape le chargera au demeurant de les " harmoniser " dans une version latine.

Dans son célèbre ouvrage : "Foi en la résurrection, résurrection de la foi" (1974), le Père Kannengiesser écrit : « il ne faut pas prendre au pied de la lettre les faits concernant Jésus rapportés par les Evangiles qui ne sont que des œuvres de circonstance ou de combats [dont les rédacteurs ...] consignent par écrit les traditions de leurs communautés concernant Jésus ».

Robert Kehl de l’université de Zurich écrit encore : « Fréquemment le même passage a été ’corrigé’ par un correcteur dans un sens et ’recorrigé’ immédiatement dans le sens opposé par un autre, en fonction des vues dogmatiques de telle ou telle école théologique.

En tout cas, un texte complètement chaotique et une confusion irrémédiable ont déjà surgi par suite des corrections individuelles’, mais même plus par des corrections délibérées. »

Le Père Jean Schorer, conseiller spirituel pendant plusieurs années à la Cathédrale Saint-Pierre de Genève, a conclu que la théorie de l’inspiration divine de la Bible est « en une telle contradiction avec la base de connaissance la plus basique, élémentaire de la raison humaine normale et est si évidemment réfutée par la Bible elle-même, que seulement des personnes ignorantes la défendraient, tandis que seulement les gens complètement exempts de n’importe quelle sorte de culture la croiraient. »

Les savants de la Bible ont étudié la Bible de long en large et sous plusieurs aspects : littéraire, historique, scientifique, archéologique. Dans tous les cas, ils ont tiré des conclusions mettant gravement en cause la crédibilité de la Bible. A ce sujet, l’encyclopédie britannique dit :

« Il est devenu clair que ces livres ne contiennent pas toutes les vérités ; et celles que ces livres contiennent ne sont pas toutes réelles. » 4

Ce qui est grave est le fait que les chrétiens n’accordent aucune importance à l’authenticité ; pour eux les Ecritures sont inspirées de Dieu quelles que soient les manipulations dont ils firent l’objet. Ce qui signifie au final que même les falsifications seraient inclues dans l’œuvre de l’inspiration divine.

Ils refusent d’admettre que la Bible soit entachée d’une quelconque erreur, assurant que « la Bible, tout entière, est un livre inspiré…La Bible, c’est la Parole de Dieu adressée aux hommes, c’est le Verbe écrit de Dieu…L’Ecriture dans la mesure même où elle devenait ainsi la Parole de Dieu était,« préservée de toute erreur » 5

La commission biblique, dans une décision du 18 juin 1915, a conclu : « Ce que l’auteur sacré affirme, énonce, insinue, doit être regardé comme affirmé, énoncé, insinué par l’Esprit Saint. » Si les Écritures étaient inspirées par Dieu comme prétendent les chrétiens, il n’y aurait pas autant d’erreurs et de contradictions. Dans les Écritures, il y a certes la Parole de Dieu directement révélée ou inspirée ; cette parole est disséminée dans la Bible, mais il y a aussi la parole des hommes sans inspiration ou sous l’inspiration de Satan.

N’est-il pas écrit dans 1 Chroniques 21.1 que Satan excita David à faire le dénombrement d’Israël. Apparemment, Satan semble avoir pris part, par insinuation ou par d’autres moyens, à l’élaboration de la Bible.

En effet, la Bible renferme trois catégories de paroles : une Parole divine dictée ou inspirée de Dieu, une parole humaine sans inspiration et une parole d’inspiration satanique. Pour illustrer notre propos, nous donnons des exemples concernant les trois catégories de paroles, mais seulement quelques exemples limités à certains versets, donc non exhaustifs.

Il est à noter que nous considérons comme Parole divine l’inspiration par l’Esprit Saint. 3.1 Exemples de Parole divine dictée ou inspirée par Dieu dans la Bible :

« Qu’ai-je affaire de la multitude de vos sacrifices ? dit l’Eternel, je suis rassasié des holocaustes de béliers et de la graisse des veaux ; je ne prends point plaisir au sang des taureaux, des brebis et des boucs. Quand vous venez vous présenter devant moi, qui vous demande de souiller mes parvis ? Cessez d’apporter de vaines offrandes […] Vos mains sont pleines de sang, lavez-vous, purifiez-vous, ôtez de devant mes yeux la méchanceté de vos actions ; cessez de faire le mal. Apprenez à faire le bien, recherchez la justice, protégez l’opprimé ; faites droit à l’orphelin, défendez la veuve » Esaïe 1.11-17

« Tu ne tueras point. Tu ne commettras point d’adultère, Tu ne déroberas point, Tu ne porteras point de faux témoignage contre ton prochain. » Dt 5.17-20

« Tu ne convoiteras point la maison de ton prochain » Ex 20.17

« Tu n’opprimeras point ton prochain » Lv 19.13

« Au bout de trois ans, tu sortiras toute la dîme de tes produits pendant la troisième année, et tu la déposeras dans tes portes. Alors viendront le Lévite, qui n’a ni part ni héritage avec toi, l’étranger, l’orphelin et la veuve, qui seront dans tes portes, et ils mangeront et se rassasieront, afin que l’Éternel, ton Dieu, te bénisse dans tous les travaux que tu entreprendras de tes mains. » Dt 14.28, 29

« S’il y a chez toi quelque indigent d’entre tes frères, dans l’une de tes portes, au pays que l’Éternel, ton Dieu, te donne, tu n’endurciras point ton coeur et tu ne fermeras point ta main devant ton frère indigent. Mais tu lui ouvriras ta main, et tu lui prêteras de quoi pourvoir à ses besoins. Garde-toi d’être assez méchant pour dire en ton coeur :

La septième année, l’année du relâche, approche ! Garde-toi d’avoir un oeil sans pitié pour ton frère indigent et de lui faire un refus. Il crierait à l’Éternel contre toi, et tu te chargerais d’un péché.

Donne-lui, et que ton coeur ne lui donne point à regret ; car, à cause de cela, l’Éternel, ton Dieu, te bénira dans tous tes travaux et dans toutes tes entreprises. Il y aura toujours des indigents dans le pays ; c’est pourquoi je te donne ce commandement : Tu ouvriras ta main à ton frère, au pauvre et à l’indigent dans ton pays. » Dt 15.7-11

« Tu ne boiras ni vin, ni boisson enivrante, toi et tes fils avec toi, lorsque vous entrerez dans la tente d’assignation, de peur que vous ne mouriez : ce sera une loi perpétuelle parmi vos descendants, afin que vous puissiez distinguer ce qui est saint de ce qui est profane, ce qui est impur de ce qui est pur. » Lévitique 10.9

« L’Éternel parla à Moïse et dit : Parle aux enfants d’Israël, et tu leur diras : Lorsqu’un homme ou une femme se séparera des autres en faisant vœu de Naziréat, pour se consacrer à L’Éternel, il s’abstiendra de vin et de boisson enivrante » Nombres 6.1-3

« La prostitution, le vin et le moût, font perdre le sens. » Osée 4.11

« Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent. » Mt 5.44

« Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta pensée, et de toute ta force…Tu aimeras ton prochain comme toi-même » Mc 12.30,31

« Mon bon maître, que dois-je faire de bon pour avoir la vie éternelle ? Il lui répondit ; Pourquoi m’appelles-tu bon ? Il n’y a qu’un seul bon : c’est Dieu. Si tu veux entrer dans la vie, observe les commandements. Lesquels ? lui dit-il. Et Jésus répondit : Tu ne tueras point ; tu ne commettras point d’adultère ; tu ne déroberas point, tu ne diras point de faux témoignage ; honore ton père et ta mère ; et : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Le jeune homme lui dit : J’ai observé toutes ces choses ; que me manque-t-il encore ? Jésus lui dit : Si tu veux être parfait, va, vends ce que tu possèdes, donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans le ciel. Puis viens, et suis-moi » Matthieu 19.16-21 ; Luc 18.18-22

3.2 Exemples de parole humaine sans inspiration

En commençant son évangile par ‘‘ Très honorable Théophile’’, Luc admet qu’il n’écrivait pas sous l’inspiration de l’esprit saint, mais seulement pour des motifs personnels, comme il disait : « puisque beaucoup ont entrepris de composer un récit des événements […] Il m’a paru bon, à moi aussi, après m’être soigneusement informé de tout à partir des origines, d’en écrire pour toi un récit ordonné, très honorable Théophile. »

Il en est de même pour les passages suivants : « Viens au plus tôt vers moi ; car Démas m’a abandonné...Salue Prisca et Aquilas, et la famille d’Onésiphore. Eraste est resté à Corinthe, et j’ai laissé Trophime malade à Milet. Tâche de venir avant l’hiver. Eubulus, Pudens, Linus, Claudia, et tous les frères te saluent. » 2Timothée 4.9,19-21

« Lorsque je t’enverrai Artémas ou Tychique, hâte-toi de venir me rejoindre à Nicopolis ; car c’est là que j’ai résolu de passer l’hiver. » Tite 3.12

« Timothée, mon compagnon d’oeuvre vous salue, ainsi que Lucius, Jason et Sosipater, mes parents- Je vous salue dans le seigneur, moi Tertius qui ai écrit cette lettre- » Romains 16.21-22 « Quand tu viendras, apporte le manteau que j’ai laissé à Troas chez Carpus, et les livres, surtout les parchemins. Alexandre, le forgeron m’a fait beaucoup de mal. » 2Timothée 4.13,14

« Ne continue pas à ne boire que de l’eau ; mais fais usage d’un peu de vin à cause de ton estomac et de tes fréquentes indispositions » 1Timothée 5.23

3.3 Exemples de parole d’inspiration satanique

« Le roi ne demande point de dot ; mais il désire cent prépuces de Philistins, pour être vengé de ses ennemis. » 1 Samuel 18.25

Cette exigence cruelle et humiliante ne saurait émaner de Dieu le Clément, le Miséricordieux.

Il en est de même des ordres de destruction et de massacres

« Maudit soit celui qui éloigne son épée du carnage ! » Jérémie 48.10

« Alors tu frapperas du tranchant de l’épée les habitants de cette ville, tu la dévoueras par interdit avec tout ce qui s’y trouvera, et tu en passeras le bétail au fil de l’épée » Deutéronome 13.15 « Tu en feras passer tous les mâles au fil de l’épée…Tu ne laisseras la vie à rien qui respire… » Deutéronome 20.13-16

« Ils brûlèrent la ville et tout ce qui s’y trouvait » Josué 6.24

« Et ils dévouèrent par interdit, au fil de l’épée, tout ce qui était dans la ville, hommes et femmes, enfants et vieillards, jusqu’aux boeufs, aux brebis et aux ânes. » Josué 6.21

« Heureux qui saisit tes enfants et les écrase sur le roc » Psaume 137.9

« Tuez, détruisez les vieillards, les jeunes hommes, les vierges, les enfants et les femmes » Ezéchiel 9.6

« Et tu feras mourir hommes et femmes, enfants et nourrissons, bœufs et brebis, chameaux et ânes »1Samuel 15.3

« Vous frapperez toutes les villes fortes et toutes les villes d’élite, vous abattrez tous les bons arbres, vous boucherez toutes les sources d’eau, et vous ruinerez avec des pierres tous les meilleurs champs. » 2Rois 3.19

« Il (David) fit sortir les habitants, et les mit en pièces avec des scies, des herses de fer et des haches ; il traita de même toutes les villes des fils d’Ammon » 1Chroniques 20.3

« Leurs petits enfants seront écrasés, et l’on fendra le ventre de leurs femmes » Osée 13.16

« Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit » Matthieu 28.19

« Il prit ensuite une coupe ; et, après avoir rendu grâces, il la leur donna, et ils en burent tous » Marc 14.23

Ces propos ne sauraient être inspirés par Dieu pour la simple raison que d’une part, Dieu n’aime pas la destruction et les massacres ; Il n’ordonne pas une chose et son contraire. Il a dit :

« Tu ne tueras point » Dt 5.17 Et Il a dit : « Sauf pour une juste raison, ne tuez point la vie que Dieu a rendu sacrée » Coran, s17 v33

D’autre part, Dieu a ordonné qu’on célèbre Son unicité, par exemple : Écoute, Israël, le Seigneur, notre Dieu, est l’unique Seigneur (Mc 12.29). Par conséquent, toute parole consistant à Lui associer le Fils et le Saint Esprit ne saurait émaner de Lui.

Par ailleurs, il a été déjà signalé que le verset 28.19 instituant le baptême au nom du Père, du fils et du Saint-Esprit ne figure pas sur l’original de l’Évangile de Mathieu écrit en Hébreux.

Il est clair qu’il s’agit d’un ajout sur la version grecque du même Évangile. La preuve en est que Paul n’a baptisé qu’au nom du Seigneur Jésus, exemple : Actes 2.38 ; 8.16 ; 10.48 ; 22.16 ; Galates 3.27, 28.

Cela signifie que la formule de la Trinité n’existait pas encore à l’époque de Paul.

En ce qui concerne les boissons enivrantes, il est difficile d’admettre que Jésus buvait du vin et le tolérait, alors que le vin, comme on vient de le voir, est interdit aux prêtres, aux évêques, aux sacrificateurs et à plus forte raison aux Prophètes. (Lv 10.9 ; Nb 6.1-3)

Lorsque l’ange annonça à Zacharie la naissance de Jean Baptiste, il mentionna comme qualité de l’enfant, entre autres, le fait "qu’il ne boira ni vin ni liqueur enivrante" Luc 1.15

Or, comment se fait-il que Jean Baptiste s’interdit de boire le vin et Jésus se permettrait d’en boire ? Non, Jésus ne buvait pas du vin !

Il en résulte que la Bible est une mosaïque de textes d’époques, d’inspirations et d’origines diverses, mêlant la parole de Dieu à celle d’historiens, de poètes, de juges, de rois, de prophètes, d’apôtres ; on y trouve aussi des récits légendaires, des traditions tribales, des chansons publiques, « la sagesse des anciens, leurs paroles, leurs œuvres, leurs conduites et les événements historiques importants » (Cf. Encyclopédie américaine).

En revanche, le Coran est tout à fait différent. Le Coran est la Parole exclusive de Dieu dictée au Prophète Mohammed par l’Ange Gabriel. Au fur et à mesure de la révélation des versets coraniques qui s’est échelonnée sur une période de 23 ans, le Prophète les apprenait par cœur et chargeait ceux de ses compagnons lettrés de les noter par écrit. Ils les notaient tout en les apprenant par cœur.

Le prophète récitait le Coran chaque ramadan devant l’Ange Gabriel dont il vérifiait l’intégrité. En plus, le Coran était récité au cours des cinq prières quotidiennes et des prières nocturnes du Ramadan. Tous ces facteurs ont permis sa conservation, tant dans les mémoires que sur des supports matériels.

De là, on comprend la promesse de Dieu concernant la protection du Coran :

« En vérité, c’est Nous qui avons révélé le Coran et c’est Nous qui en assurons l’intégrité » (s15 v9)

Il convient de noter que les hadiths (propos et actes du Prophète) dont la codification n’était officiellement entamée qu’après la mort du prophète représentent une œuvre tout à fait distincte du Coran.

Il existe un mur infranchissable entre le Coran et les hadiths. Il n’y a rien du Coran qui ressemble aux hadiths de même qu’il n’y a rien des hadiths qui ressemble au Coran.

Aussi, est-il permis d’affirmer que le Coran est incomparable en terme d’authenticité. On peut tenter une comparaison entre les évangiles et les hadiths du prophète. Néanmoins, là aussi, on va trouver des particularités propres aux hadiths les différenciant nettement des évangiles.

Il s’agit des efforts des savants musulmans ayant consisté à séparer les faux des vrais hadiths ; En principe, le hadith fait autorité car le Prophète était inspiré par Dieu : « et il ne prononce rien sous l’effet de la passion ; ce n’est rien d’autre qu’une révélation inspirée » s53 v3,4

Il est de ce fait la deuxième source de droit après le Coran. Il se trouve néanmoins que des gens malintentionnés ont forgé des faux hadiths en les attribuant au Prophète (Paix et salut sur lui). Ainsi, des milliers de faux hadiths ont été recensés. D’autres hadiths, bien qu’authentiques à l’origine, ont été déformés plus ou moins inconsciemment par les narrateurs.

C’est la raison pour laquelle les savants de l’islam se sont mobilisés pour expurger les hadiths. Ils ont déployé des efforts gigantesques pour purifier les propos du Prophète et les débarrasser des faussetés et des additions qui s’y étaient greffées. Ils ont mis plusieurs siècles à faire ce travail de séparation entre le vrai hadith authentique et le faux hadith ou le hadith douteux et apocryphe.

Pour ce faire, une science appropriée a été mise en place avec des principes, des méthodes et des procédés extrêmement efficaces. Il s’agit de méthodes d’analyse, de vérification, de comparaison de textes des hadiths, des chaînes des narrateurs, du premier narrateur -qui est en principe un compagnon du Prophète- jusqu’au dernier.

L’histoire n’a jamais connu une entreprise aussi laborieuse et d’une aussi grande précision que celle des spécialistes des hadiths, dits ‘‘mouhaddiths’’. Il fallait étudier pour chaque hadith les versions, les rapporteurs, les dates de transmission, le niveau d’instruction des rapporteurs, leurs maîtres, leurs disciples, leur conduite, leur âge, il fallait comparer les hadiths, chercher la moindre faille, le moindre défaut ; la moindre différence avec le style du Prophète (p) ou avec un autre hadith ou avec un précepte du Coran, peut invalider le hadith. Ce travail d’épuration et de tri n’a pas eu lieu chez les juifs et les chrétiens. Il ne suffit pas de déclarer apocryphe un écrit ou un document.

D’ailleurs, il est absurde d’écarter un évangile entier sous prétexte du seul doute à propos d’une information ou d’un enseignement. Il se peut que cet écrit ou cet évangile déclaré apocryphe contient des vérités qui n’existent pas dans les évangiles canoniques.

C’est d’ailleurs ce qui s’est passé en écartant des évangiles contenant beaucoup de vérités sur le message de Jésus et les événements qu’il a vécus.

L’épuration doit s’effectuer à l’intérieur de chaque évangile, de chaque écrit et de chaque épître, en vérifiant par collation les versets, les expressions et même les mots. Les musulmans n’ont laissé aucune chance à un faux hadith de passer.

La moindre contradiction d’un rapporteur, l’oubli, le comportement indécent d’un rapporteur, le mot qu’il ajoute pour une raison ou pour une autre est un motif de disqualification du hadith et de son rapporteur.

Le hadith est rejeté ou considéré comme faible lorsqu’il est rapporté par une chaîne unique de narrateurs, ou lorsqu’il contredit un événement historique connu, ou s’il calomnie un des compagnons, ou s’il paraît absurde et illogique ou s’il contredit les enseignements de l’islam ou s’il rapporte un événement dont le déroulement n’aurait pas échappé à la connaissance de plusieurs, ou s’il porte sur une futilité incompatible avec le sérieux du Prophète ou si le style du hadith ne reflète pas l’éloquence du Prophète, ou s’il promet une grande récompense pour une action infime ou un grand châtiment pour une chose simple, insignifiante ou s’il attribue le châtiment et la récompense non pas à Dieu mais à des prophètes et des messagers.

Ainsi, les savants du hadith ont posé les normes définissant les conditions d’acceptation du hadith. Ces normes ont constitué et demeurent les meilleurs outils si l’on peut dire épistémologiques que l’humanité n’ait jamais connus.

1- Bible TOB : Introduction à la Bible

2- Laura Knight-Jadczyk : Vérité ou mensonge. Source en ligne : http://quantumfuture.net/fr/truth_o...

3- The Jewish Roman World of Jesus, Dr James, Dr Tabor 1999 Christian origins and the new testament

4- Encyclopédie britannique 1960, Vol.2, p.501, cité par Ahmad abdel-wahab, in Dialogue transtextuel entre le christianisme et l’islam, Centre Abaâd, Paris 1987, p.56

5- Ligue catholique de l’Evangile : Introduction générale (Bible)


50 Messages de forum

  • 3-Authenticité des Livres saints 4 juillet 2013 08:33, par ALMAMYO

    Salam c’est Almamyo. En ce qui concerne les livres saints pourquoi Othman à t’il brulé les autres copies du Coran ?

    Est il vrai qu’on aurait trouvé un manuscrit au yemen récemment ensuite ils ont arrêté l’étude ?

    Les chiites utilisent t’ils le même Coran que les sunnites ?

    Pourquoi trop de répétitions inutiles dans le Coran comme par exemple la sourate AR Rhaman, les histoires de Moïse...

    Enfin pourquoi attendre 5 siècles pour nous envoyer le dernier prophète ?

    Je veux avoir des réponses claires de maître Sitmozard

    • 3-Authenticité des Livres saints 5 juillet 2013 05:04, par Maître Simozrag

      Salam Almamyo,

      Pourquoi Othmane a- t’il brulé les autres copies du Coran ?

      A-les raisons qui ont amené Othmane à établir des nouvelles copies du Coran sont les suivantes :

      1- L’existence de différences de lecture ou de récitation du Coran, les Syriens suivaient la lecture de Oubay et les Irakiens celle de Ibn Messaoud, certaines lectures étaient inexactes, exemple Omar lisait : ’’ghair almaghdobi alaihim wa ghair addalline’’ au lieu de ’’wa la ddalline’’ (Surate Al-Fatiha),

      un autre exemple, certains récitaient ’’hatta hîn’’ et d’autres ’atta ’în (Joseph s12 v35 ; s51 v42 entre autres) Encore, quelques uns lisaient ’’Qoul a’oudhou birabbin nâs’’ et d’autres ’’birabbin nât’’.

      2- Il y avait des différences d’écritures, des écritures normales, d’autres fantaisistes, chacun écrivit selon le style et la calligraphie de sa région

      3- Certaines copies contenaient à la fin ou au-dessus du verset des notes exégétiques ne faisant pas partie du Coran

      4- Des copies étaient incomplètes

      Othmane, sur le conseil de certains compagnons dont Houdhyfa voulut uniformiser tant l’écriture que la lecture du Coran et mettre fin à cette discordance qui risque de créer la confusion dans la compréhension de certains versets du Coran.

      Il institua un comité composé de quatre copistes, à savoir Zeid ibn Thabet, Abd Allah ibn Zoubeir, Said Ibn Al As et ibn Al Harith et les chargea de copier l’original de Hafsa en autant d’exemplaires qu’il y avait de villes principales de l’empire musulman. Une fois ce travail achevé, il rendit les parchemins à Hafsa comme le rapporte Bukhari.

      Ensuite Othmane demanda à ce que les autres parchemins soient détruits afin que le Coran ne soit lu que d’une seule façon selon le dialecte des Quraiches dans lequel il a été révélé.

      D’ailleurs le Coran était déjà appris par cœur par des dizaines de musulmans dont les membres du comité en question si bien qu’il ne pouvait y avoir ni oubli ni erreurs dans la confection des copies.

      Cela a permis d’éviter ce qui était incomplet ou mal écrit, d’appliquer un type unique d’écriture au texte coranique et d’établir une classification unique des sourates les unes par rapport aux autres.

      Cette tâche se déroula en l’an 25 de l’hégire, soit quinze ans après la mort du Prophète. La copie de Hafsa n’a pas été détruite, elle fut bien gardée.

      L’Imam Ali (qu’Allah soit Satisfait de lui) a dit que si Othmane n’avait pas fait ce travail, il l’aurait fait lui-même, ce qui prouve qu’Ali ne possèdait pas une version différente du Coran comme certains le prétendent.

      Les copies du Coran écrites de nos jours sont strictement les mêmes que les copies d’Uthman, écriture nommée « ar-rasm al-uthmanî ».

      Quelques-unes de ces copies existent encore aujourd’hui, l’une se trouverait à Istanbul (Turquie), l’autre à Tachkent (Ouzbékistan).

      Vous pouvez vous rassurez que le Coran laissé par le Prophète (Paix et Salut sur lui) est bien le Coran que nous possédons actuellement.

      Ce Coran est protégé par Dieu Lui-même qui a dit : « C’est Nous qui avons fait descendre le Coran, et c’est Nous qui le protégeons. » s15 v9

      Les Chiites et les Sunnites ont un même Coran.

      Oui, un jeune yéménite de la ville de Dalie’ (245 km au sud de Sanaâ a trouvé dans une grotte une copie du Coran écrite en l’an 200 de l’Hégire, cette copie ne contient pas de signes de vocalisation. Je ne sais pas si l’examen continue ou il a été arrêtée.

      B- les répétitions sont dues au fait que les Arabes avaient cette habitude de répéter pour confirmer et faire comprendre ce qu’ils voulaient dire.

      Le Coran étant révélé dans la langue arabe. C’est aussi une particularité de la langue arabe et un art de l’éloquence.

      Aussi, certaines répétitions ont pour finalité d’inculquer, d’exhorter, d’inviter à la méditation, de souligner et faire retenir la leçon.

      En ce qui concerne l’histoire de Moïse, elle n’est pas racontée de la même façon ; on trouve dans chaque répétition un détail qui n’existe pas dans l’autre version, c’est aussi une preuve d’éloquence ; il est impossible pour un humain d’écrire un livre qui raconte la même histoire avec une différence de style, une concision et une beauté littéraire impressionnante.

      C-Pourquoi attendre 5 siècles pour nous envoyer le dernier prophète ?

      Seul Allah peut répondre justement à cette question. On peut supposer que les conditions objectives ou subjectives n’étaient pas réunies. En tous cas, rien ne se fait au hasard. Cet événement était prévu, inscrit à l’avance dans le plan ou le programme de Dieu qui sait tout.

      Au sujet de Moïse, Dieu a dit : « Ensuite, tu es venu, ô Moïse, conformément à un Décret. » s20 v40

      « Et toute chose a auprès de Lui sa mesure » s13 v8

      « Nous avons créé toute chose avec mesure. » s54 v49

      « Le commandement d’Allah est un décret inéluctable. » s33 v38

      On peut expliquer cela par cette parole de Jésus quand il a dit :

      « J‘ai beaucoup de choses à vous dire mais vous ne pouvez pas les porter maintenant » Jean 16.12

      Il se peut qu’il fallait attendre une génération qui pouvait porter les obligations, les piliers de l’Islam.

      • 3-Authenticité des Livres saints 11 juillet 2014 14:41, par zaid bilawatar

        "Ce Coran est protégé par Dieu Lui-même qui a dit : « C’est Nous qui avons fait descendre le Coran, et c’est Nous qui le protégeons. » s15 v9"

        les arguments du coran envers lui même font partie des "moussalamates" et ne servent pas au dialogue ... vous n’avez toujours pas répondu de façon convainquante comment Othmane brule la parole d’ALLAH qui est descendu selon 7 dialectes et appprouvees pae le prophète lui même et puis dire que les signes diacritique étaient descendus des la première révélation , pourquoi ne pas les avoir mis et il a fallu attendre 100 ans et la basmala et la Fatiha sont des rajouts car comment accepter qu’ALLAH puisse dire "ahdina al sourate al moustaquim ???" zaid bilawatar wa zaid bilazainab..

        • 3-Authenticité des Livres saints 12 juillet 2014 04:11, par Maître Simozrag

          Puisque vous reconnaissez que le Coran est protégé par Dieu Lui-même et que les arguments du Coran envers lui-même font partie des "moussalamates" et ne servent pas au dialogue, il est donc inutile de vous répondre.

    • 3-Authenticité des Livres saints 11 juillet 2014 14:51, par zaid bilawatar

      quand les djinn parlent dans le coran par une sourate entière et dire ensuite "sadaka allah al azim" on ne peut accuser les autres livres de contenir des mots d’inspiration satanique les évangiles sont le récit de ceux qui ont vu "la parole incarnée" n’oubliez pas que le prophète a dit "qu’il a un quarine des djinns qui a est devenu musulmans et il lui ordonne de faire le bien"(fala y’amourni il biquoul khayre ??)

      • 3-Authenticité des Livres saints 12 juillet 2014 04:22, par Maître Simozrag

        On dit "sadaka allah al azim" parce que c’est Dieu qui rapporte la parole des Djinns. Il ne s’agit pas d’une inspiration, il s’agit d’une parole prononcée par les Djinns et rapportée par Dieu. Comme la citation qu’on place entre guillemets. On ne voit pas "la parole incarnée", on entend une parole, on ne la voit pas.

        Le Coran dit que les gens du Livre falsifient les écritures et vous, vous dites le contraire. Pour débattre, on ne doit pas utiliser un pseudonyme et on doit déclarer sa religion. Si vous voulez dialoguer avec moi, déclinez votre identité svp.

        • 3-Authenticité des Livres saints 18 juillet 2014 15:20, par zaid bilawatar

          dire que Allah rapporte la parole des djinns,et de plus l’inscrit dans al Laouh al Mahfouz, supposé exister des avant la création des djinns,c’est clairement affirmer l’Egalite entre les djinn et Allah, puisque le CORAN défie les "ins" et les djinns de produire une sourate, et même un seul verset équivalent au coran ... ﴾Les incroyants disent que tu as inventé le Coran. S’ils sont sincères, qu’ils produisent quelque chose de semblable﴿ Sourate al-Tûr[52:34] zaidbilawatar

          • 3-Authenticité des Livres saints 18 juillet 2014 18:16, par Maître Simozrag

            Allah (Gloire à Lui) rapporte la parole des Djinns, la parole des anges, la parole du Pharaon, la parole du Nimrod, la parole des prophètes, la parole des gens de la caverne, des rois, des notables des peuples anciens, des sorciers, des chefs des infidèles et bien d’autres, exemple : Pharaon a dit : " Avez-vous cru en lui avant que je vous y autorise ? C’est là un complot que vous avez ourdi dans la ville pour en chasser les habitants ! Vous allez voir ! Je vous ferai couper la main et la jambe de chaque côté avant de vous faire tous crucifier !" s7 v123,124

            (C’est bien la parole du Pharaon rapportée par Allah dans le Coran).

            Un autre exemple : "Et Pharaon dit : "Amenez-moi tout magicien savant" s10 v79

            "et que Pharaon lui dit : "ô Moïse, je pense que tu es ensorcelé". s17 v101

            "Et Pharaon dit : "ô notables, vous n’avez pas, que je sache, un autre Dieu que moi ! Et toi, Hâman, fais-moi cuire des briques et construis-moi une tour pour que je monte jusqu’au Dieu de Moïse. Je suis certain que Moïse est un imposteur". s28 v38

            (ça aussi c’est la parole du Pharaon rapportée par Dieu.)

            "Et Pharaon dit : "Laissez-moi tuer Moïse. Et qu’il appelle son Seigneur ! Je crains qu’il ne change votre religion et qu’il ne fasse apparaitre la corruption sur la terre". s40 v26

            "J’ai vu en songe, dit le roi, sept vaches grasses dévorées par sept vaches maigres, et aussi sept épis verts et sept autres secs. Honorable assemblée ! Expliquez-moi ma vision, si vous savez interpréter les songes !" s12 v42

            cette parole est celle du roi d’Égypte au temps du Prophète Joseph (Pais et Salut sur lui). "Ô dignitaires, dit la reine, une illustre missive vient de me parvenir. Elle est de Salomon. En voici la teneur : "Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux. Ne soyez pas orgueilleux envers moi ! Venez plutôt me faire votre soumission !" "Ô dignitaires, ajouta la reine, conseillez-moi dans cette affaire ; je ne prendrai aucune décision avant de connaître votre avis." s27 v29-32

            C’est la parole de la reine de Saba rapportée par Dieu. Voici un exemple où Dieu approuve la parole de cette dernière :

            "En vérité, dit-elle, lorsque les rois entrent dans une cité ils la corrompent et asservissent les plus honorables de ses habitants. Et c’est ainsi qu’ils agissent" s27 v34

            Dans ces versets, la reine de Saba a critiqué les rois et Dieu a acquiescé en disant : "Et c’est ainsi qu’ils agissent"

            "Et les anges dirent : "Ô Marie ! Dieu, en vérité, t’a choisie, t’a purifiée et t’a préférée à toutes les femmes de l’univers. Ô Marie ! Sois dévouée à ton Seigneur ! Prosterne-toi pour L’adorer et incline-toi avec ceux qui s’inclinent !" s3 v42,43

            C’est la Parole des Anges à Marie rapportée par Dieu. Un peu plus loin, dans la même Surate (ou chapitre) Dieu nous rapporte cette autre parole des anges adressée à Marie :

            "Ô Marie ! Dieu te fait l’heureuse annonce d’un Verbe émanant de Lui, qui aura pour nom le Messie, Jésus, fils de Marie. Il sera illustre dans ce monde et dans l’autre, et comptera par mi les élus de Dieu. Dès le berceau, il parlera aux hommes et, quand il sera adulte, il sera parmi les justes." s3 v45,46

            Lorsque Salomon (Paix et Salut sur lui) demanda à son entourage parmi les Djinns qui d’entre vous peut m’apporter le trône de cette reine ?

            "Un Djinn redoutable répondit : "Je te l’apporterai avant que tu te lèves de ta place. Pour cela, je suis fort et digne de confiance." "Un autre qui avait une connaissance du Livre dit : "Je te l’apporterai en un clin d’œil." s27 v38-40

            Ces paroles sont celles des Djinns au service de Salomon rapportées par Dieu.

            Ainsi, le Coran regorge d’exemples de ce genre. Je ne comprends pas comment une telle certitude puisse être niée. Je vous conseille d’aller étudier le Coran avant de venir débattre.

            • 3-Authenticité des Livres saints 19 juillet 2014 14:19, par zaid bilawatar

              bonjour et merci en tout cas de me donner la parole : vous me conseillez d’étudier le coran avant de debattre...et c’est justement en lisant le coran que j’ai appris qu’il est la parole d’Allah ,préexistante a la création et conservée sur "al laouh al Mahfouz"(table gardée auprès d’Allah) d’où la grande interrogation ,comment la parole humaine y figure ,celle des djinns aussi et surtout celle de OMAR !qui dicte au Prophète :"tabaraka allah ahsan al khaliquiine (gloire à Allah le meilleur des créateur)sourate al mou’minoune v 12:comment Omar a t il inscrit ses paroles dans le "laouh al Mahfouz" zaid bilawatar

              • 3-Authenticité des Livres saints 19 juillet 2014 19:26, par Maître Simozrag

                Le salut des musulmans est : assalam alaikum !

                La réponse est simple : Parce que Dieu savait à l’avance les propos, les actions, les réactions et les réponses de Ses créatures que ce soit des Djinns ou Pharaon ou n’importe lequel !

                • 3-Authenticité des Livres saints 20 juillet 2014 05:47, par zaid bilawatar

                  assalamou alaikoum vous ne répondez pas au fait que c’est OMAR qui a dit :"tabaraka allah ahsana al khaliquine"(benit soit Allah le meilleur des créateurs)Omar a précédé la révélation puisque le prophète dit tout de suite après "haquaza nazalat"(c’est descendu exactement ainsi) sans parler des autres versets du coran dits par OMAR avant leur descente dans au moins 3 versets al thrim al ahzab 33 AL BAQUARA 125 Omar dicte il dans le "laouh al Mahfouz" ? car ceci n’est pas un dialogue mais des parole directes d’ALLAH ( “وَاتَّخِذُوا مِنْ مَقَامِ إِبْرَاهِيمَ مُصَلَّى ; (آية 125). روى البخاري وغيره عن عمر قال : وافقتُ ربي في ثلاث : قلتُ يا رسولَ اللهِ لو اتخذْتَ من مقام إبراهيم مُصلَّى فاقتبسها وأوردها في قرآنه !ى وقلت : يا رسول الله، إن نساءك يدخل عليهنّ البَرُّ والفاجر، فلو أمرتهن أن يحتجبن فاقتبسها وأوردها في الأحزاب 33 : 53. واجتمع على محمد نساؤه في الغيرة فقال عمر لهنّ : عسى ربه إن طلقكنّ أن يبدّله أزواجاً خيراً منكنّ فاقتبسها وأوردها في التحريم 66 : 5.(البخاري كتاب المناقب، باب مناقب عمر). - :( zaid bilawatar

                  • 3-Authenticité des Livres saints 20 juillet 2014 09:51, par Maître Simozrag

                    wa alaikum assalam wa rahmatullah wa barakatuh,

                    En ce qui concerne Omar, il s’agit tout simplement d’une inspiration. N’exagérez pas, Omar n’a pas inscrit ses paroles dans le "laouh al Mahfouz".

                    Dans son livre "les océans des lumières" (Tome 18, p.254,255), l’Imam Ali fait état de plusieurs sortes de révélations :

                    la révélation de la prophétie et du message, la révélation par l’inspiration, la révélation par le signe, la révélation par la prédestination, la révélation de l’ordre et l’insinuation diabolique.

                    Exemples de certains types de révélation :

                    "Et Nous révélâmes à la mère de Moïse : Allaite ton fils. Et si tu as peur pour lui, jette-le dans le fleuve" s28 v7

                    "Et lorsque J’ai révélé aux Apôtres : Croyez en Moi et en Mon envoyé " s5 v111 Les exégètes ont dit : ce genre de révélation est une inspiration.

                    "Ton Seigneur a inspiré aux abeilles : "Prenez des demeures dans les montagnes , dans les arbres et dans les treillages que les hommes érigent." s16 v68

                    • 3-Authenticité des Livres saints 21 juillet 2014 13:33, par zaid bilawatar

                      assalamou allaikumwa rahmatou allah wa barakatouhou amma baa’d : les exemples que vous donnez sont tous des ordres divins .. mais que Omar puisse dire un verset(tabaraka allah ahsana al khaliquiine..) que Allah prenne à son compte ensuite littéralement est bien étrange et ruine le défi de du ii’jaz al balaghi(style inimitable), sans parler de son influence sur "ALLAH" pendant la batille de badr où il est à l’origine du verset ,descendu apres l’avis de Omar :" Un prophète ne devrait pas faire de prisonniers de guerre avant d’avoir fait un grand carnage" Coran : 8:67 ..zaid bilawatar

                      • 3-Authenticité des Livres saints 21 juillet 2014 16:23, par Maître Simozrag

                        wa alaikum assalam wa rahmatullah wa barakatuh,

                        J’ai donné des exemples de ce qu’on appelle l’inspiration إلهام Omar ibn al-Khattab, comme beaucoup d’autres, a été inspiré par Dieu. Il arrive à tout un chacun d’être inspiré. Vous et moi, nous pouvons être inspirés. Une idée nous traverse l’esprit puis se réalisé quelque temps après.

                        Cela n’a aucune influence sur le caractère inimitable du Coran الإعجاز puisque c’est Dieu Lui-même qui agit.

                        Dieu a mis dans la bouche d’Omar des mots qui devaient former un verset ou une partie d’un verset. Où est le problème ? Ce n’est pas une révélation, c’est ce qu’on appelle l’inspiration. Vous pouvez aller vous renseigner sur ce sujet.

                        • 3-Authenticité des Livres saints 29 juillet 2014 14:24, par Zaid BILAWATAR

                          assalamou alaikoum wa rahmatou allah wa barakatouhou , amma baad : vous dites" Il arrive à tout un chacun d’être inspiré"mais pas d’avoir son inspiration retranscrite dans le coran ;vous confondez(ou takiya ?) "Ilham " et "wahi "sinon il faut dire de chacun de nous "sallah allah alayna wa sallam"... en islam ,al wahy ou la revelation a un seul chemin :Jibril...trois preuves au moins 1-Abdullah bin Sa’d bin Abi Sarh,scribe du coran et frere de lait de Othman, Lors de l’écriture du Coran, Ibn Abi Sarh modifiait la parole de Dieu, « nombre de fois, avec le consentement du prophete, il changeait les mots finaux des versets. Par exemple, quand Mahomet disait Et Dieu est tout-puissant, sage (‘azîz, hakîm), ‘Abdullah ibn Abi Sarh suggérait omniscient, sage (‘alîm, hakîm), et le Prophète répondait qu’il n’y avait aucune objection »(tabari)d’où la descente de ce verset 93de la sourate 6 al ana’aam . "Et quel pire injuste que celui qui fabrique un mensonge contre Allah ou qui dit : "Révélation m’a été faite", quand rien ne lui a été révélé. De même celui qui dit : "Je vais faire descendre quelque chose de semblable à ce qu’Allah a fait descendre." ceci est confirmé par ibn KATHIRp 476 :((2) Dans le "Loubab" Ibn Jarir a dit que ce verset fut révélé au sujet de Abdullah ben Sa’d qui était le scribe du Prophète -qu’Allah le bénisse et le salue-et qui changeait parfois ce qu’ils lui dictait. D’après As- Souddy, Abdullah Ben Sa’d disait ; Si Mouhammad recevait des révélations, j’en recevais également, et si Dieu a fait descendre quelque chose, j’ai fait autant. Par exemple : Mouhammad récitait : Dieu entend et sait tout. Et moi je disais Dieu connaît tout et II est sage (page 476 de l’exégèse de ibn kathir en fracais par Harkat Abdou.) les exemples 2et 3, A VENIR ...si vous me permettez de continuer ma recherche .."tabaraka allah ahsana al khaliquiine " Zaid Bilawatar

                          • 3-Authenticité des Livres saints 30 juillet 2014 05:47, par Maître Simozrag

                            wa alaikum assalam wa rahmatullah wa barakatuh,

                            Apparemment vous n’avez pas compris le sens de mes propos. Vous dites "qu’en Islam, al wahy ou la révélation a un seul chemin :Jibril" .

                            Non, la révélation (al wahy) peut être faite directement par Dieu sans l’intermédiaire de Jibril. J’ai déjà donné des exemples que je reprends et en ajoute d’autres :

                            Au sujet de la terre, Dieu dit :

                            "Selon ce que ton Seigneur lui aura révélé :بأن ربك أوحى لها surate 99

                            "Et révéla à chaque ciel sa fonction وأوحى في كل سماء أمرها s41 v12

                            Il est clair que Jibril n’intervient pas entre Dieu et Sa révélation à la terre et aux cieux.

                            "Et Nous révélâmes à la mère de Moïse : Allaite ton fils. Et si tu as peur pour lui, jette-le dans le fleuve" s28 v7

                            "Ton Seigneur a inspiré aux abeilles : "Prenez des demeures dans les montagnes , dans les arbres et dans les treillages que les hommes érigent." s16 v68 Le Coran est un Livre protégé par Dieu. Il n’est nullement besoin de chercher à lui attribuer des insuffisances ou des anomalies comme le font les détracteurs de l’Islam. Dieu a dit :

                            "C’est Nous qui avons fait descendre le Coran et c’est Nous qui en sommes gardien" s15 v9

                            "Qu’ils sachent donc que ce Coran est un Livre sublime, préservé sur une Table parfaitement conservée." s85 v21,22

                            "Ce Livre est d’une valeur inestimable, inaccessible à toute erreur d’où qu’elle vienne, en tant que révélation émanant d’un Sage, Digne de louange." s41 v41,42

                            Pour terminer, j’attire votre attention sur le fait que ce site, comme son nom l’indique, est réservé au dialogue islamo-chrétien ; tout échange entre musulmans est limité à des questions réponses.

                            • 3-Authenticité des Livres saints 30 juillet 2014 14:59, par Zaid BILAWATAR

                              assalamou alaikou wa rahmatou allah wa barakatouhou 1 zaid bilawatar est chrétien ,mais si je prends beaucoup de place je n’interviendrai plus,. ; et en tout cas merci de notre dialogue bien qu’il me laisse souvent perplexe 2- "Selon ce que ton Seigneur lui aura révélé :بأن ربك أوحى لها surate 99"Allah a certes révélé quelque chose a la terre mais elle n’ a pas inscrit ses paroles dans le coran du même temps que le prophète "khatam al moursalines" § ! par contre abdallah bin abi sarh a lui inscrit ses paroles dans le coran(comme pour les exeples 2 et3) et d’ailleurs le prophète n’a pas raisonné comme vous puisqu’il voulait le tuer même s’il s’accrochait au "sitar de la kaa’ba" et quand Othman a intercède pour lui après "fath makka"le prophète est resté longtemps silencieux espérant que quelqu’un de l’assistance lui coupe la tête ..et quand on a demandé au prophète pourquoi il n’a pas fait signe de la tête ,il a répondu :"nous les prophètes ne faisons pas de tels signes !!!!!" tabaraka allah ahsana al khaliquines" Zaid Bilawatar

                              • 3-Authenticité des Livres saints 30 juillet 2014 16:05, par Maître Simozrag

                                wa alaikum assalam wa rahmatullah wa barakatuh,

                                Toutes mes excuses Zaid, je croyais que vous étiez musulman. Dans ce cas, je vous encourage de continuer le dialogue. Je suis prêt à débattre avec vous. Vous pouvez écrire et prendre autant de place que vous désirez dans le site. Il se peut qu’il y ait un malentendu entre nous, mais comme vous êtes chrétien, je comprends mieux maintenant. Allez-y, n’hésitez pas à écrire, merci beaucoup !

                                • 3-Authenticité des Livres saints 9 août 2014 14:22, par Zaid BILAWATAR

                                  bonjour maitre simozrag je n’ose plus utiliser la salutation islamique en ce moment car en Irak elle est synonyme d’épée et de déportation...hélas : l’islam ne peut être innocenté de ce qui se passe en Irak ,comme cela s’est passé pour Bannu quourayzat il y a 1400 ans et pour le "fath de makka" (au cas ou vous me répondriez que les bannu quorayzat ont trahit ) cependant notre salut , nous les chrétiens d’orient ne peut pas venir des armes ,mais des musulmans eux mêmes , par la parole du Seigneur " Car LA PAROLE DE DIEU est VIVANTE et EFFICACE, plus tranchante qu’une épée quelconque à deux tranchants, pénétrante jusqu’à partager l’âme et l’esprit," He 4,12 cette parole capable de convertir au Christ ou tout au moins a l’humanité makarou wa makara allah wa allah khayra al makirines(وَمَكَرُوا وَمَكَرَ اللَّهُ ۖ وَاللَّهُ خَيْرُ الْمَاكِرِينَ) Zaid Bilawatar

                                  • 3-Authenticité des Livres saints 10 août 2014 05:30, par Maître Simozrag

                                    Assalam alaikum, cher Zaïd, ce qui se passe en Irak n’a rien à voir avec l’Islam. Il existe beaucoup de musulmans qui n’ont rien compris de l’Islam. Il y a aussi parmi les gens du Livre qui agissent contrairement aux enseignements de la Thora et de l’Évangile, cela est une réalité.

  • 3-Authenticité des Livres saints 5 juillet 2013 09:04, par ALMAMYO

    Salam c’est almamyo. Toujours en ce qui concerne l’authenticité des livres saints pourquoi nous voyons parfois des cheick chiites dire que leur Coran n’est pas le même que le Coran des sunnites ? Et ils vont plus loin pour dire que c’est le Mahdi qui viendrait avec le vrai Coran ?

    La fatiha fait elle partie du Saint Coran ?

    Combien de contracditions comporte le Coran ?

    • 3-Authenticité des Livres saints 5 juillet 2013 09:28, par Maître Simozrag

      Salam,

      Parce que ces cheikhs interprètent certains versets à leur manière. Sinon, il n’y a qu’un seul Coran.

      Bien sûr, la Fatiha fait partie du Coran, mieux encore elle est la mère du Livre.

      Il n’y a pas de contradictions dans le Coran. Dieu ne se contredit pas.

  • 3-Authenticité des Livres saints 8 juillet 2013 06:20

    Salam c’est Almamyo Non le Coran dit : nous t’avons révélé le Coran et les sept répétées. C’est bizzare à mon avis

    • 3-Authenticité des Livres saints 8 juillet 2013 09:29, par Maître Simozrag

      Salam,

      Les exégètes divergent au sujet des sept répétées : certains disent qu’il s’agit de la Sourate ’’ Al-fatiha, ouverture ou prologue= qu’on répète à chaque prière, d’autres disent que ce sont les sept longues Surates du Coran, à savoir : la vache, la famille d’Imran, les femmes, la table servie, les bestiaux, al-Araf, Jonas.

      d’autres ont pensé à des commandements tels que : Ordonner, interdire, annoncer la bonne nouvelle, avertir, donner des exemples, considérer les bienfaits, informer par le Coran.

      Mais en réalité, Seul Allah connaît le sens exact de ce verset.

    • 3-Authenticité des Livres saints 16 juillet 2013 22:41

      Salam, Comment et pourquoi c’est bizzar ? explique pour que je puisse comprendre et répondre

  • 3-Authenticité des Livres saints 10 juillet 2013 07:09

    Salam c’est Almamyo. Etant moi même musulman souvent je me pose des questions à propos du Coran : Pourquoi Dieu nous demande t’il de demander aux gens livres si on doute (S10V94) ?

    Pourquoi Dieu nous met dans un embaras à propos de Jonas quand il dit nous l’envoyames vers cent mille personnes ou plus ?

    Pourquoi encore Dieu ne cite pas réellement le nom du fils sacrifié d’Abraham ? A la prochaine.

    • 3-Authenticité des Livres saints 10 juillet 2013 15:40, par Maître Simozrag

      Salam Almamyo,

      Ce verset concerne la bonne nouvelle du prophète attendu et non le Coran comme prétendent certains soupçonneux. Quand ce verset lui fut révélé, le Prophète a répondu : ’’je ne doute pas et je n’interroge pas’’.

      En réalité, ce verset est destiné à rassurer la communauté des musulmans sur le fait que les qualités de leur prophète Mohammed sont mentionnées dans les messages précédents adressés aux gens du Livre.

      En fait, la parole s’adresse à d’autres à travers le Prophète Mohammed. Tout comme le verset : "Si tu donnes des associés à Allah, ton œuvre sera certes vaine’’ s39 v65

      Il est clair que ce n’est pas le Prophète qui donne des associés à Allah, mais l’avertissement s’adresse à d’autres à travers le messager.

      Cent mille ou plus veut dire pas moins de cent mille. Il n’est pas nécessaire de citer les quelques uns de plus. Ce nombre peut changer entre temps par les naissances et les décès mais les cent mille demeurent sans changement. C’est une particularité du style de la langue arabe. C’est plus correct que de dire par exemple : cent mille soixante-dix-neuf. Alors qu’au moment de la révélation, ce chiffre change par les naissances et les décès.

      Quant à Ismaël, il est inutile de le citer car Isaac n’était pas encore né.

      De plus, on faisait les offrandes à la Mecque et Isaac n’a jamais été à la Mecque. C’est Ismaël qui construisit la Ka’ba avec son père à la Mecque et l’offrande devait se faire à la Ka’ba. Le Prophète a dit qu’il s’agit d’Ismaël.

      Ismaël est qualifié d’endurant (s21 v85) et non Isaac, et l’endurance est en rapport avec la tentative d’immolation. D’ailleurs, si c’était Isaac, la moindre chose est que les Juifs auraient fait de cet événement (l’offrande) une tradition. Ce que ces derniers commémorent c’est l’exode, il n’ y a aucune allusion à l’holocauste.

  • 3-Authenticité des Livres saints 20 août 2013 06:43

    C’est Almamyo. Je demande au maître de nous dire quelque chose la dessus ? Ce sont les versets de la sourate 70 et c’est la question d’un chrétien à un musulman ?

    38. Chacun d’eux convoite-t-il qu’on le laisse entrer au Jardin des délices ?

    39. Mais non ! Nous les avons créés de ce qu’ils savent.

    40. Eh Non ! Je jure par le Seigneur des Levantset des Couchants que Nous sommes Capable

    41. De les remplacer par de meilleurs qu’eux, et nul ne peut Nous en empêcher.

    42. Laisse-les donc s’enfoncer (dans leur mécréance) et se divertir jusqu’à ce qu’ils rencontrent leur jour dont on les menaçait,

    43. le jour où ils sortiront des tombes, rapides comme s’ils couraient vers des pierres dressées ;

    44. leurs yeux seront abaissés, l’avilissement les couvrira. C’est cela le jour dont on les menaçait !"

    qui parle ici et dit "Nous" ? Allah ?

    mais comment Dieu pourait il jurer par "le Seigneur des orients et des occidents" puisqu’il EST ce Seigneur ?

    non celui qui parle ici c’est le Gourou ébionite , THE MASTER, Sa Majesté Des Mouches , "Lord of the flies", "Baal zboub" Waraqa Ibn Nawfal , celui qui a écrit le Coran :

    http://horreurislamique.wordpress.c...

    et s’il dit "Nous" c’est peut être parce qu’ils sont…plusieurs, comme dans la théosophie ou la Rose-Croix les "frères aînés", ceux qui savent, ceux qui sont montés jusqu"aux confins de l’espace et ont vu ce qu’il y a au delà …en somme la Confrérie occulte !

    mais il va , ils vont plus loin, ils se prennent pour Dieu, pour celui qu’ils imaginent comme le Créateur :

    "Nous sommes Capable

    41. De les remplacer par de meilleurs qu’eux, et nul ne peut Nous en empêcher"

    arrivés là, mieux vaut s’arrêter, et c’est pourquoi la sourate stoppe ici !

    qui est mécréant ? ceux qui traitent tout ceci de supersititioons et d’invention, ce qui est le cas, ou bien ceux qui s’imaginent "faire parler Dieu" et être "ses mains agissantes" ?

    je laisse à chacun de donner la réponse, tellement elle est évidente !

    • 3-Authenticité des Livres saints 20 août 2013 17:29, par Maître Simozrag

      Le ‘Nous’ dans le Coran n’est pas un pluriel de nombre, mais un pluriel de respect et de majesté. Les rois parlent au pluriel, par fierté ou par modestie ; il est normal que le Roi des rois fasse de même.

      C’est un "Nous" de grandeur, de sublimité, d’éminence. Dieu parle au singulier et Il parle au pluriel. Il jure par Ses créatures et Il jure par Lui-même. Et Il fait ce qu’Il veut.

      Dans tout le Coran, c’est Allah qui parle. Il n’y a pas un seul mot du Coran qui serait d’origine humaine.

      "La révélation du Livre, nul doute là-dessus, émane du Seigneur de l’univers". s32 v2

      "La révélation du Livre vient d’Allah, le Puissant, le Sage." s39 v1

      "Et ce ne sont pas les Diables qui sont descendus avec ceci (le Coran) ; cela n’est ni dans leur intérêt ni dans leur pouvoir. Car ils sont écartés de toute écoute (du message divin)." s26 v210-212

      "Ce Coran-ci, c’est le Seigneur de l’univers qui l’a fait descendre" s26 v192

      "C’est une révélation de la part du Tout-Puissant, du Très Miséricordieux" s36 v5

      "La révélation du Livre vient d’Allah, le Puissant, l’Omniscient, le Pardonneur des péchés, l’Accueillant au repentir, le Dur en punition, le Détenteur des faveurs. Point de divinité à part lui et vers Lui est la destination" s40 v2,3

      "C’est une révélation descendue de la part du Tout Miséricordieux, du Très Miséricordieux." s41 v2

      "le faux ne l’atteint d’aucune part, ni par devant ni par derrière ; c’est une révélation émanant d’un Sage, Digne de louange." s41 v42

      "La révélation du Livre émane d’Allah, le Puissant, le Sage" s45 v2

      "C’est une révélation de la part du Seigneur de l’univers" s56 v80

      "Une révélation émanant de celui qui a créé la terre et les cieux sublimes." s20 v4

      "Ce n’est pas la parole d’un poète, mais vous ne croyez que très peu, ni la parole d’un devin, mais vous vous rappelez bien peu. C’est une révélation du Seigneur de l’univers. Et s’il avait forgé quelques paroles qu’il nous aurait attribuées, Nous l’aurions saisi de la main droite, ensuite Nous lui aurions tranché l’aorte" s69 v41-46

      "Et ce n’est point la parole d’un Diable banni. Où allez-vous donc ? Ceci n’est qu’un rappel pour l’univers." s81 v25-27

      • 3-Authenticité des Livres saints 21 août 2013 02:35

        C’set Almamyo mais comment Dieu pourait il jurer par "le Seigneur des orients et des occidents" puisqu’il EST ce Seigneur ? C’est ça qui est en réalité la véritable question ?

        • 3-Authenticité des Livres saints 21 août 2013 04:47, par Maître Simozrag

          Oui, Dieu jure par Lui-Même et de plusieurs façons. Par exemple :

          "Et par le ciel et Celui qui l’a construit. Et par la terre et Celui qui l’a arrondie et par l’âme et Celui qui l’a harmonieusement façonnée." s91 v5-7

          "Par Ton Seigneur ! Assurément, Nous les rassemblerons, eux et les Diables. Puis, Nous les placerons autour de l’Enfer, agenouillés." s19 v68

          "Par ton Seigneur ! Ces gens ne seront de vrais croyants que lorsqu’ils t’auront pris pour juge de leurs différends et auront accepté tes sentences sans ressentiment, en s’y soumettant entièrement.’ s4 v65

          Le serment par Lui-Même, est à la fois l’expression et une manière d’attirer l’attention aussi bien sur Sa Grandeur, Sa majesté, Sa sainteté, que sur la véracité de Sa Parole et de ce qu’elle contient comme promesses et avertissements.

          • 3-Authenticité des Livres saints 21 août 2013 05:45

            Almamyo

            Mais moi je ne sais pas si on se comprend parce que en réalité la réponse ne solutionne pas la question

            • 3-Authenticité des Livres saints 21 août 2013 10:26, par Maître Simozrag

              Selon vous ,les millions de savants musulmans et plus d’un milliard et demi de musulmans se trompent. Libre à vous de ne pas croire. Vous aurez à répondre de votre incroyance au Jour de la Résurrection.

              • 3-Authenticité des Livres saints 22 août 2013 02:49

                C’est comme si vous me disiez que beaucoup de savants chrétiens et juifs se trompent.

                • 3-Authenticité des Livres saints 22 août 2013 03:59, par Maître Simozrag

                  Ces "savants chrétiens", Allah ne les a pas guidés à l’Islam. La religion auprès de Dieu est l’Islam. Vous êtes et vous continuez dans l’erreur. Vous persistez à croire en un livre inauthentique, plein d’erreur. La vérité vous est venue de la part de votre Seigneur et vous l’avez rejetée, vous en subirez les conséquences, et ce sera trop tard, c’est dommage !

                  • 3-Authenticité des Livres saints 18 juillet 2014 15:32, par zaid bilawatar

                    Allah a dit "vous êtes la meilleur communauté des êtres humains "c’est là le drame de l’islam...la meilleur communauté devrait être un exemple de paix ,de création et d’invention bénéfiques pour l’humanité, et non un lieu qu’on fuie pour se refugier chez le kouffars... zaidbilawatar

  • 3-Authenticité des Livres saints 12 décembre 2013 02:48, par Nebie Salam

    Ce qui est vrai c’est que la Bible peut résister à toutes les critiques qu’on lui fait. Cependant ce n’est pas le cas pour le Coran. Il n’y a pas de sincérité dans la démarche des défenseurs du Coran qui sont en même temps des détracteurs de la Bible. Exemple : pour les " savants" musulmans, les copistes juifs et chrétiens ont introduit des erreurs et des falsifications dans les Écrits bibliques mais quand aux copistes musulmans eux ont copiés le texte coranique et les hadiths sans erreurs ni falsifications. Deux poids deux mesures. On comprend que ces soit disants savants musulmans abordent la Bible avec des préjugés et des présuppositions qui les empêchent d’avoir la lucidité pour comprendre la révélation du message biblique. Dès lors qu’ils ont choisi d’être des musulmans, on comprend qu’ ils ne diront jamais que la Bible est la Parole de Dieu. Autrement on pourrait leur reprocher de ne pas y croire.

    Si vous avez la certitude que la Bible n’est pas la Parole de Dieu, pourquoi vous acharnez- vous contre Elle ? Ne savez-vous pas que tout ce qui n’est pas de Dieu finira par disparaître de soi- même ? Non mes amis, les enseignements et déclarations de la Bible vous dérangent et vous troublent dans vos croyances et dans vos consciences. C’est ce qui expliquent toutes les guerres qui vous lui menez.

    Vous dites que " Dieu ne se contredit pas". Ce qui est vrai dans la conscience de tout être humain. Mais laissez- moi vous dire une confidence : Allah, le dieu du Coran n’est pas le Dieu de la Bible. En effet Allah contredit le Dieu de la Bible YHWH qui dit dans le Psaume 2 verset 7 que le Messie est Son Fils. Alors Allah est certes le dieu du Coran mais pas celui de la Bible qu’il contredit.

    Je tiens à vous rappeler ceci : les textes originaux de la Bible qui sont hébreux, araméens et grecs ne contiennent pas les erreurs des copies faites ultérieurement. Toutes les critiques faites aux textes bibliques par les "docteurs" musulmans portent sur la forme et ces petites erreurs minimes qui n’altèrent pas le sens spirituel du texte. Quand on fond du texte, son sens spirituel qui est en fait la révélation même, les " savants" musulmans et de tout bord ne le saisissent pas. " La lettre tue mais l’esprit vivifie. Les paroles que je vous ai dites sont esprit et vie. Vous sondez les Écritures parce que vous croyez trouver en Elles la vie éternelle : eh bien ce sont Elles qui rendent témoignage de moi. Mais vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie éternelle". Ce sont là les paroles de Christ Jesus dans l’Evangile de Jean 6:63.

    Vous dites qu’il y a 3 catégories de paroles dans la Bible : de Dieu, des Hommes et de Satan. Vous poussez ainsi le comble à vos blasphèmes. Si vous connaissiez Dieu comment pouvez vous dire qu’il n’a pas pu faire entre sa voix sans que Satan et les hommes ne lui fassent barrage ? Lui que vous dites Tout Puissant. Pour donner le coran et pour le préserver Allah est selon vous tout puissant tandis que pour donner et préserver la Bible, il ne le serait pas. Messieurs les musulmans ayez un peu de lucidité. Vous dites que Allah a donné la Torah à Moïse et l’Injil ( l’Evangile) à Jésus. Ces premiers livres qu’Allah lui même a donné n’ont pas été protégés par Allah. Cependant le coran qu’il aurait donné ultérieurement a été protégé par ce même Allah. Pourquoi donc Allah protégerait une parole qu’il a donnée et ne protégerait une autre qu’il aurait également donnée ? Ne voyez- vous pas qu’il y a quelque chose qui ne va pas ? Ressaisissez- vous. La vérité ne rend pas si aveugle : elle rend au contraire lucide et clairvoyant et objectif. Et enfin du point de vue du message que contient le coran : qu’est ce que le coran peut offrir comme salut ? Pas de rédemption, pas d’assurance du pardon total des péchés avant la mort. Pas de certitude de l’acquittement au jour du jugement dernier. Aucun musulman ne connaît dès à présent son sort. Or les chrétiens ont une alliance éternelle avec Dieu garantie par la mort et la résurrection de Jésus-Christ, ce qui leur assure dès à présent la vie éternelle. En effet Christ dit dans Jean 6:47 " En vérité, en vérité, Je vous le dis, celui qui croit en moi a la vie éternelle et ne vient point en jugement mais il est passé de la mort à la vie et Je le ressusciterai au dernier jour". Pourquoi chercher vainement en tant que musulman ce que le Christ, le Messie, le Sauveur vous donne gratuitement et par la foi en lui seul et par la grâce de Dieu Son Père ?

  • 3-Authenticité des Livres saints 4 janvier 2014 13:38, par zaidbilawatar

    bonjour dans le coran actuel il y a LA BASMALA avant chaque sourate alors QUE quand JIBRIL paru au Prophète et lui DIT "LIS" et lui serre la gorge il ne dit pas" bismillah" ; cela implique qu’elle est rajoutée au coran dans le recueuil d’Othman qui ne comportait pas de "fatha, damme, kasra, ni de point sur les lettres(signes diacritiques) qui ont été rajoutees 200 ans après et donc le CORAN n’est pas conforme au "lauh al Mahfouz" soit la table gardee wa al salamou alaykoum zaid bilawatar

    • 3-Authenticité des Livres saints 4 janvier 2014 22:45, par Maître Simozrag

      Bonjour,

      La basmala est révélée après chaque Sourate et rarement avant.

      D’après Ibn Abbas, le Prophète (Paix et Salut sur lui) ne s’apercevait de la fin de la Sourate qu’après la révélation de la basmala. Elle n’est donc pas rajoutée dans le Coran.

      Au sujet des signes diacritiques, ils sont conformes à la manière dont fut dictée le Coran par l’Ange Gabriel ainsi qu’aux règles grammaticales de la langue arabe.

      Le Coran est bien conforme à la Table Gardée : Allah a dit : " C’est plutôt un Coran sublime, gravé sur une Table parfaitement gardée" s85 v22

      "En vérité, c’est Nous avons fait descendre le Coran et c’est Nous qui en sommes gardien" s15 v9

      "Le faux ne l’atteint ni par devant ni par derrière. C’est une révélation émanant d’un Sage, digne de louange." s41 v42

  • 3-Authenticité des Livres saints 15 juin 2014 15:35

    ALMAMYO. Salam Maitre. Lisez ce qui suit et instruisez moi.

    Parmi les versions du Coran qui circulaient avant les destructions d’Othman, les plus célèbres sont :

    - Le coran d’Abdullah Ibn Massoud un compagnon que Mahomet lui-même estimait comme l’un des quatre hommes connaissant le mieux le coran après lui :

    D’après Masriq :

    Abdullah bin ‘Amr a mentionné Abdullah ibn Massoud et a dit, “[...] j’ai entendu le Prophète disant, ‘Prends (apprend) le Coran de ces quatre : ’Abdullah ibn Massoud, Salim, Mu’adh et Ubay ibn Ka’b.’ Sahih Bukhari, Volume 6, Livre 61, Numéro 521

    Ibn Massoud disait d’ailleurs de lui-même en toute modestie :

    ’Abdullah (ibn Massoud) a rapporté : Par Allah aucun autre que Lui, n’a le droit d’être adoré ! Il n’y a aucune Sourate révélée dans le Livre d’Allah dont je ne sache à quel endroit elle a été révélée ; et il n’y a aucun verset révélé dans le Livre d’Allah dont je ne sache, à quel endroit, (il a été révélé). Sahih Bukhari, Volume 6, Livre 61, Numéro 524

    Pourtant, on sait que, entre autres différences, le texte d’bn Massoud ne reprenait pas trois des sourates du Coran actuel, la Sourate Fatiha (Ibn Massoud la considérait juste comme une prière, non comme une partie intégrante du Coran), et les Sourates Muawwithatayni (la Sourate 113 et 114)

    "L’Imam Fakhruddin a indiqué que les rapports dans certains des livres antiques qu’Ibn Massoud a nié que Suratul-Fatiha et les Mu’awwithatayni font partie du Coran, sont embarrassants dans leurs implications... Mais le Qadi Abu Bakr dit "Ce n’est pas solidement rapporté à lui qu’elles ne sont pas une partie du Coran et il n’y a aucun enregistrement d’un tel rapport comme venant de lui. Il les a omises de son manuscrit car il n’a pas approuvé leur écrit (inclusion). Ceci ne signifie pas qu’il les a niés comme faisant partie du Coran. Dans sa vue la Sunnah était que rien ne devrait être inscrit dans le texte (mushaf ) à moins que ce soit commandé par le Prophète ... et il n’avait pas entendu que cela avait été commandé ". As-Suyuti, Al-Itqan fii Ulum al-Qur’an , p.186).

    - Le coran de Ubay Ibn Kab, qui incluait par exemple des sourates (par exemple la Sourate al-Khal et la Sourate al-Hafd) que l’on ne trouve pas dans le Coran officiel :

    "Ecrit que dans le texte de Ubay Ibn Kab était la Fatihal-kitab (La Sourate d’Ouverture) et la Mu’awwi-thatayni et Allahumma innaa nasta’iinka (les mots d’ouverture de Suratul-Khal ’ signifiant ’O Allah, nous cherchons Votre aide ’) et Allahumma ayyaaka na’budu (les mots d’ouverture de Suratul-Hafd signifiant ’O Allah, nous Vous adorons ’)". (As-Suyuti, Al-Itqan fii Ulum al-Qur’an)

    Toujours selon As-Suyuti, la version d’Ubay Ibn Kab n’était pas la seule à reprendre ces sourates. Les corans d’Ibn Abbas et d’Abu Musa les auraient également inclus (As-Suyuti, Al-Itqan page 154)

    - Le coran d’Ali, qui aurait été ordonné en fonction de l’ordre chronologique des révélations et aurait relevé les versets abrogatifs et abrogés.

    « Hassan Ibn Abass raconte qu’il avait entendu de Hokm Ibn Sahir, qui l’avait, lui, entendu d ’Abd Kheir qui finalement, l’avait entendu lui-même entendu de l’Imam Ali, que la première personne ayant rassemblé le Coran de sa mémoire fut (l’Imam) Ali, et que ce Coran était gardé dans la famille de Djaffar ; et j’ai vu chez Abou Hamzéh Hassani - béni soit-il - un coran écrit avec l’écriture d’Ali Ibn Abi Taléb et dont quelques feuillets étaient abîmés, et ce Coran était resté dans la famille de Hassan en héritage selon l’ordre des sourates, et d’après la révélation.... » (Al Féhrést Ibn Nadîm-La liste d’Ibn Nadîm- Page 147).

    Il faut d’ailleurs savoir que les autres Corans continuèrent à circuler sous le manteau un certain temps avant de se perdre dans les « enfers » de quelques bibliothèques. Il se peut que l’on retrouve un jour leurs traces mais quoi qu’il en soit, des auteurs musulmans des premiers siècles de l’Islam y avaient encore accès puisque des livres sur les différences entre les corans furent publiés :

    - Le livre de la différence des livres (les corans des habitants de la Médine, de Koufféh et de Bassora ) par Kassâeï

    - Le livre de la différence des livres (les Corans), par Khalaf

    - Le livre de la différence des habitants de Koufféh, de Bassora, et de Damas en matière des livres, par Farrâ.

    - Le livre de la différence de Mossahéf (les corans) par Ibn Davoud Sédjestani

    - Le livre sur la différence des livres (les Corans ensemble) par Madaéni

    - Le livre de la différence des livres (les Corans de) Damas, Hédjaz, l’Irak par Ibn Amr Yahsébi

    - Le livre de Mossahéf (les Corans) par Mohammad Ibn Abd al Rahaman Isphahanï. Haut

    • 3-Authenticité des Livres saints 15 juin 2014 18:18, par Maître Simozrag

      Salam Almamyo

      Je vous conseille d’éviter ce genre de polémique. Sinon, au moins ne m’y entrainez pas svp.

      Ce sont les prétentions des "Rawafids" parmi les Chiites. Ils accusent même Ali de leur avoir caché le Livre d’Allah jusqu’à la réapparition de l’Imam al-Mahdi.

      Cette propagande est d’origine juive.

      Allah, Gloire à Lui, a dit : "C’est Lui qui a fait descendre sur toi le Livre : Il s’y trouve des versets sans équivoque, qui sont la base du Livre, et d’autres versets susceptibles d’être différemment interprétés. Les sceptiques, avides de discorde y prêtent des interprétations tendancieuses, alors que nul n’en connaît l’interprétation à part Allah. Quant aux vrais initiés, ils se contentent de dire : "Nous croyons en ce Livre car tout ce qu’il renferme vient de notre Seigneur." Coran, s3 v7

      Il y avait des différentes lectures du Coran, Othmane mit fin à cette divergence et ce sur l’accord de tous les compagnons y compris Ali (r)

      Mus’ab ibn Sâad a dit : J’ai contacté les gens lorsque Othmane a fait ce qu’il a fait, je n’ai vu personne désapprouver son œuvre (l’œuvre de Othmane).

      Il n’est pas permis de croire que le Coran a subi un quelconque changement ou dénaturation comme il n’est pas permis d’en accuser les nobles compagnons car cela équivaut à un désaveu de la Parole d’Allah : « En vérité, c’est Nous qui avons révélé le Coran et c’est Nous qui en assurons l’intégrité » (s15 v9)

      Le Prophète (psl) n’a laissé que ce Coran qui est entre nos mains de la première Surate al-Fatiha à la dernière Surate An-nâs (les Hommes) sans changement, ni rajout ni suppression.

      Je crois vous avoir déjà répondu là-dessus en vous indiquant les raisons qui ont amené Othmane à établir des nouvelles copies du Coran.

      J’ai cité, entre autres, l’existence de différence de lecture ou de récitation du Coran, de différence d’écriture, la mention de notes exégétiques dans certaines copies lesquelles notes ne faisaient pas partie du Coran, certaines copies étaient incomplètes, etc.

      L’œuvre de Othmane a permis d’éviter ce qui était incomplet ou mal écrit, d’appliquer un type unique d’écriture et de lecture au texte coranique et d’établir une classification unique des sourates les unes par rapport aux autres.

      Je vous ai fait remarquer que le Coran était déjà appris par cœur par des dizaines de musulmans de sorte que la moindre déficience ou omission sur la copie de Othmane aurait été vite repérée.

      Je vous prie de ne pas écouter les détracteurs du Coran ; ceux qui ont un compte à régler avec les Musulmans.

      • 3-Authenticité des Livres saints 15 juillet 2014 08:50

        ALMAMYO. OUI Maître je suis bizzare quand je pense que ces textes se retrouvent dans le sahih BUKHARI.

        • 3-Authenticité des Livres saints 15 juillet 2014 10:24, par Maître Simozrag

          Sahih Bukhari n’est pas un Coran révélé. Ce recueil contient beaucoup de faux hadiths.

  • 3-Authenticité des Livres saints 24 juillet 2014 06:25

    Almamyo. Maître Salam. Je voudrais savoir si on peut prier dans sa langue maternelle. Je parle des cinq prières obligatoires. J’ai entendu cela du cheick Haïdara du Mali et comme ç’est lui j’aimerais savoir si ç’est possible. Ensuite au sujet du jeûne : il y’a un hadith qui dit que notre mauvaise haleine est aimée d’ALLAH et des anges. Et même que les anges viennent récupérer cette haleine. Vraiment maître est ce que cet hadith est authentique ?

    • 3-Authenticité des Livres saints 25 juillet 2014 11:17, par Maître Simozrag

      Salam Almamyo,

      C’est possible mais pour un temps déterminé, c’est-à-dire provisoirement en attendant l’apprentissage de la fatiha en arabe. Car la prière sans la fatiha n’est pas valable et chaque musulman doit apprendre la fatiha. En attendant qu’il fasse cet effort d’apprendre la fatiha en arabe, il peut prier avec sa langue maternelle.

      Pour ce qui est de la mauvaise haleine du jeûneur, il existe un hadith qui dit que cette mauvaise haleine est auprès d’Allah plus agréable que l’odeur du parfum.

      Le fait que cette mauvaise haleine soit aimée des anges procède d’un commentaire et non du hadith.

  • 3-Authenticité des Livres saints 26 juillet 2014 07:27

    Maître Salam. Je causais avec un ex musulman qui me posait cette question : pourquoi Dieu va vous demander à vous musulmans de croire aux livres antérieurs alors qu’ils sont falsifiés.

    Encore il me disait que comment un livre que Dieu a écrit de ses propres mains d’ après les musulmans peut se falsifier. Il s’agit de la thora ?

    Maintenant maître on souhaite faire la zakat el fitr, doit on compter mon frère qui est en tunisie il y’a un an ?

    • 3-Authenticité des Livres saints 26 juillet 2014 08:46, par Maître Simozrag

      wa alaik assalam wa rahmatullah,

      Les musulmans croient en ces Livres dans leur état originel. Un exemplaire de chaque livre est déposé auprès de Dieu dans son état pur. La falsification n’ a touché que les copies se trouvant chez les humains. Oui, un livre composé par Dieu peut être falsifié, c’est Dieu lui-même qui veut afin d’établir la preuve contre les falsificateurs ; cela fait partie des épreuves.

      Concernant la zakat el fitr, vous devez compter votre frère absent.

  • 3-Authenticité des Livres saints 30 août 2014 16:59

    Maître Salam. Ç’est Almamyo. J’aimerai que vous me parlez de l’histoire des versets sataniques écrite par Rushdi. Parce que dans ces temps ci j’ai eu par deux reprises des chrétiens qui m’ont collé cette histoire au cours des causeries et en toute franchise je n’avais rien à dire. Ce lundi je dois les croiser. Merci de me répondre.

    • 3-Authenticité des Livres saints 31 août 2014 04:58, par Maître Simozrag

      Salam Almamyo,

      L’histoire des versets sataniques est mentionnée dans les livres de la Sira du Prophète (psl). Cette histoire a été exploitée de façon nuisible par l’écrivain indo-britannique Salman Rushdie, dans un roman intitulé ‘’les Versets Sataniques’’.

      Ce roman, plutôt ce pamphlet fut pour les détracteurs de l’Islam une véritable aubaine puisqu’il leur donne du fil à retordre pour attaquer le Coran et l’Islam.

      D’après eux, s’inspirant du livre de Salman Rushdie, le Coran contiendrait des versets d’origine satanique.

      Il s’agit de l’histoire des déesses de l’Arabie préislamique mentionnées dans la Sourate 53 An-najm, versets 19-20. En effet, il est rapporté dans un récit que le Prophète (paix et salut sur lui), alors qu’il dirigeait la prière, près de la Kaaba, il énonça en récitant la Sourate 53 v19-20, un "verset" qui lui aurait été "insufflé" par Satan, à savoir : Ces déesses d’un rang élevé et certes leur intercession est souhaitée.

      Le récit ajoute que cela plut aux Qurayshites de voir que le Prophète (psl) a dit du bien de leurs déesses de sorte qu’ils se prosternèrent avec les musulmans.

      Puis, une fois la prière terminée, ils dirent que leurs divergences avec Mohammad (psl), étaient terminées. Ensuite, Dieu fit descendre un verset blâmant le Prophète (psl) (Sourate 17 v73-75) et un autre verset abrogeant la "révélation satanique" (Sourate 22 v52).

      Pour les détracteurs de l’Islam, c’est un fait historique réel. Sans trop m’étendre là-dessus car cela exigerait plusieurs pages, je dirai tout simplement que cette histoire est fausse pour les raisons suivantes :

      1-Le Coran assure que ni Satan, ni personne d’autre ne peuvent interférer dans le processus de révélation : « Non, cette révélation n’a point été transmise par les démons, cela ne leur convient pas et ils n’ont pas le pouvoir de le faire. D’ailleurs, ils sont à jamais écartés de l’audition du message. » s53 v19-20 « Quand tu récites le Coran, Nous plaçons un rideau invisible entre toi et ceux qui ne croient pas à la vie future. Nous voilons leurs cœurs et les rendons si durs d’oreilles qu’ils ne peuvent rien en saisir. » s17 v45,46

      2-La Sourate 53 elle-même dément l’histoire : cette Sourate commence en soulignant cette vérité que le Prophète ne peut pas fauter ou se tromper et ensuite énonce de façon catégorique dans ses versets 3-4 : "Et il ne prononce rien sous l’effet de la passion ; ce n’est rien d’autre qu’une révélation (wahi) inspirée."

      Compte tenu de ce qui précède, il est donc impensable que le Prophète (psl) aurait introduit dans le Coran quelque chose d’étranger et de contradictoire !

      En outre, comment le Diable puisse parler par la langue du prophète, lui qui est immunisé contre pareilles atteintes ?

      Comment se fait-il que le Diable puisse composer un verset semblable aux versets du Coran alors que Dieu nous met en défi de produire quelque chose de pareil ou de semblable ?

      Le Prophète (psl) aurait récité ces versets :

      « Que pensez-vous cependant d’al-Lât et Uzza, ainsi que Manat, cette troisième autre ? Ces déesses d’un rang élevé et certes leur intercession est souhaitée. Sera-ce à vous le garçon et à Lui la fille ? Que voilà donc un partage injuste ! Ce ne sont que des noms que vous avez inventés, vous et vos ancêtres. Allah n’a fait descendre aucune preuve à leur sujet. Ils ne suivent que la conjecture et les passions de [leurs] âmes, alors que la guidée leur est venue de leur Seigneur ».(Coran, s53 v19-23)

      « Et le prétendu verset abrogeant fut révélé en l’an 1 de l’Hégire soit approximativement 8 ans après l’incident (Moussa Youssouf ISLAMPAIX).

      « Est-il possible à une personne sensée de croire que le Prophète Muhammad (sallâllâhou alayhi wa salam), ait été réprimandé pour s’être laissé tenté par Satan, seulement six ans après "l’interpolation satanique", et que cette dernière n’ait été abrogée qu’après que huit années se soient écoulées ?

      Les Musulmans auraient-ils considéré comme authentiques et venant de Dieu les versets sataniques louant les déesses, pendant environ huit longues années ? Un tel scénario impliquerait également que les Qurayshites aient cru que les fidèles musulmans partageaient leurs croyances païennes. Le cas échéant, alors pourquoi les Qurayshites ont-ils continué à persécuter les musulmans en raison de leurs croyances, qui est du reste la raison pour laquelle l’Hégire a eu lieu ?

      On raconte que les Qurayshites mécréants furent satisfaits, du fait que Muhammad ait « loué » leurs déesses et qu’ils aient en conséquence déclaré : « les différends entre nous et Muhammad sont maintenant terminées ». « N’importe quel lecteur attentif détectera un manque de crédibilité évident dans ce récit. Juste après avoir « loué » ces déesses, le texte les dénigre, niant à leur égard toute autorité ou positon vis-à-vis de Dieu, et admonestant leurs adorateurs, en substance, par ce langage : « Ô gens idiots ! Comment se fait- il que vous attribuez des filles à Allah et des fils à vous-mêmes ? Tout ceci résulte de votre propre imagination qui n’a aucune valeur vis à vis d’Allah ». Lorsqu’on la lit dans son contexte, l’interpolation, rend le passage contradictoire et l’histoire absurde. »

      Et Moussa Youssouf de poursuivre :

      « Muhammad Mohar Alî écrit dans son ouvrage "The Biography of the Prophet and the Orientalists" concernant la preuve coranique infirmant cette histoire.

      Il est important de s’interroger sur la façon dont cette histoire nous est parvenue. La base de l’évaluation de n’importe quel Hadîth (histoire ou récit) en Islam, de n’importe quel texte concerné en particulier par la religion, est basée sur l’étude du matn (c.-à-d., texte) et de son Isnad (c.-à-d., chaîne de transmission).

      Un Hadîth se compose de deux parts : le matn (texte) et l’isnad (chaîne des rapporteurs). Un texte peut sembler être logique et raisonnable mais il a besoin d’un Isnad authentique avec des narrateurs dignes de confiance pour être acceptable ; Abdullah b. al-Mubârak (d. 181 AH), un des illustres professeurs de l’Imâm Al-Bukhârî, par exemple disait :

      « L’Isnad fait partie de la religion : sans l’Isnad, celui qui l’aurait souhaité, aurait dit ce qu’il aurait souhaité". [1]Suhaib Hasan, An Introduction To The Science Of Hadîth, 1995, Darussalam Publishers, Riyadh, Saudi Arabia, p. 11.

      Bien et maintenant quelle est la valeur de cette histoire du point de vue des règles de l’Isnad ? Quel degré de solidité restera-il à son Isnad, une fois celui-ci passé au tamis des examens ? Ibn Kathîr écrit dans son commentaire :

      À cet égard, un grand nombre de savants du Tafsîr ont mentionné l’histoire des déesses et comment ceux qui avaient émigré en Éthiopie revinrent quand ils ont pensé que les idolâtres de Quraysh étaient devenus musulmans, mais ces récits nous viennent tous à travers des chaînes de transmission Mursal et je ne pense pas que l’un d’elle puisse être considérée comme Sahîh. (Tafsîr Ibn Kathîr)

      L’Imâm ar-Razî dans son commentaire mentionne que les savants versés dans la science du hadîth ont jugé cette histoire comme étant faible. Il mentionne aussi l’avis de l’Imâm al-Bayhaqi qui a statué en disant que cette histoire ne nous fut pas relatée de façon fiable et que les narrateurs de ces récits ont été critiqués par les savants du Hadiths. (Fakhar ad-Dîn ar-Razi, Tafsîr Al Kabîr, Commentaire de la Sourate 22:52, Source)

      Ibn Hazm a également qualifié l’histoire des versets sataniques de fausse arguant qu’il n’y a pas de chaîne de transmission fiable pour prouver leur authenticité.

      (Ibn Hazm, Al Fasl Filmalal, 2/308-309, 311)

      1. Comme Ibn Hajar l’admet lui-même, les narrations mursal ne peuvent pas être toutes unaniment acceptées.

      L’Imâm Muslim dans son introduction du Sahîh Muslim dit que les rapports mursal ne peuvent être considérés comme faisant autorité. (Bab : Sihhatil Ehtijaaj bil Hadîth Al Mu’n’in, 1/163) Ibn Salah dit que les rapports mursal sont comme des hadiths faibles, ils ne peuvent pas être utilisés en guise de preuve, sauf si il y a des narrations dignes de foi ailleurs pour les renforcer. (’Ulum al-hadîth, p. 49)

      2. L’acceptation de rapports mursal est débattue uniquement quand il s’agit de questions de Fiqh (jurisprudence) et non pas dans les questions de Aqidah (croyances), qui demandent une preuve claire et des certitudes, que les seules narrations mursal ne peuvent pas fournir en dépit d’une bonne chaîne de transmission.

  • 3-Authenticité des Livres saints 20 avril 2015 10:33, par Marc

    Bonjour "Qu’ils sachent donc que ce Coran est un Livre sublime, préservé sur une Table parfaitement conservée." s85 v21,22

    Pkoi le mot livre est employé lors de la révélation de ce verset alors que le Coran n était pas encore compilé en" livre" ? Et pkoi la compilation ne s est pas faite ds l ordre de sa révélation ?