Accueil du site > Péché originel et Rachat > 6-Qu’en est-il des sacrifices
      

6-Qu’en est-il des sacrifices

Publication en ligne : jeudi 16 mars 2006, par Maître Simozrag

Les sacrifices n’ont rien à voir avec le péché originel. Les sacrifices mentionnés dans la Bible et dans le Coran sont, soit des mises à l’épreuve, soit des actes de foi destinés à réparer des nouveaux péchés. Dans son Epître aux Hébreux, Paul, faisant référence à la loi, affirme que sans effusion de sang, il n’ y a pas de pardon (He 9.22). Mais la loi à laquelle se réfère ce verset parle de purification par le sang animal, jamais par le sang humain. Même en matière de sacrifices d’animaux, on peut émettre des réserves, car la Bible nous enseigne :

« Qu’ai-je affaire de la multitude de vos sacrifices ? dit l’Eternel. Je suis rassasié des holocaustes de béliers et de la graisse des veaux ; Je ne prends point plaisir au sang des taureaux, des brebis et des boucs....Apprenez à faire le bien, recherchez la justice, protégez l’opprimé ; faites droit à l’orphelin, défendez la veuve » Es 1.11-17

« Car j’aime la piété et non les sacrifices, et la connaissance de Dieu plus que les holocaustes » Osée 6.6

« Vos holocaustes ne me plaisent point, et vos sacrifices ne me sont point agréables" jr 6.20

« S’ils jeûnent, je n’écouterai pas leurs supplications, S’ils offrent des holocaustes et des offrandes, je ne les agréerai pas »

Jésus (Paix et Salut sur lui) a dit :

"...et aimer son prochain comme soi-même, c’est plus que tous les holocaustes et tous les sacrifices" Marc 12.33,4

Ensuite, il faut rappeler que Adam et Eve ont été pardonnés sans effusion de sang.

L’holocauste ou le sacrifice n’ont jamais été une condition indispensable de pardon. Dieu a pardonné aux frères de Joseph sans contrepartie et sans effusion de sang :

« Il dit : Pas de récrimination contre vous, aujourd’hui Allah vous pardonne. C’est Lui le plus Miséricordieux des miséricordieux » s12 v92 (Gn 50.19-21)

Moïse tua un Egyptien et Dieu lui pardonna sans effusion de sang : « Moïse lui donna un coup de poing qui l’acheva. Moïse dit : « Cela est l’œuvre du Diable. C’est vraiment un ennemi qui égare les hommes. Il dit : « Seigneur, je me suis fait du tort à moi-même ; pardonne-moi » Et Il lui pardonna. C’est Lui qui pardonne, le Miséricordieux » s28 v15-16 (ex.2.14)

David tua Urie le Héthien et prit injustement sa femme pour épouse et Dieu lui pardonna sans effusion de sang :

« Il demanda pardon à Son seigneur et tomba prosterné et se repentit. Nous lui pardonnâmes. Il aura une place proche de Nous et un beau refuge » s38 v24-25 (2S 12.7-12)

Il pardonna sans effusion de sang au peuple de Moïse la tentation du veau d’or et l’apostasie qui s’ensuivit :

« Puis en son absence vous avez pris le veau pour idole. Vous avez été injustes. Nous vous avons ensuite pardonnés » s2 v51-52 (Ex 32.7-14)


2 Messages de forum

  • 6-Qu’en est-il des sacrifices 13 janvier 2014 00:30, par jazhi

    Bonjour,

    Qu’entendez vous par " des actes de foi destines a reparer de nouveaux peches ?" A quoi servent les sacrifices d"animaux destines au pelerinage musulman ?

    • 6-Qu’en est-il des sacrifices 13 janvier 2014 03:06, par Maître Simozrag

      Bonjour,

      Les actes de foi sont nombreux. Il s’agit de la prière, du jeûne, du pèlerinage aux lieux saints, de l’aumône, obligatoires et surérogatoires, de la récitation du Coran, de l’invocation, du sacrifice d’animaux pour faire don d’une partie de leur viande, des bonnes paroles adressées à des gens, du règlement d’un conflit ou d’une dispute entre des personnes, d’un mot ou d’un geste ordonnant le bien ou repoussant un mal, etc.

      Le sacrifice d’un animal est rétribué énormément, pour chaque poil une bonne action, dit le prophète (Paix et Salut sur lui).

      Le sacrifice est un acte de foi dans la mesure où l’on invoque Allah avant d’immoler on dit bismilleh, au nom d’Allah, c’est aussi une manière de reconnaître les bienfaits d’Allah, on donne de sa viande aux pauvres, c’est également un acte accompli en souvenir du père des Prophètes Abraham (Paix et Salut sur lui) qui voulut sacrifier son fils Ismaël mais Dieu l’a racheté en y substituant le sacrifice d’un bélier.