Accueil du site > Jésus et Mohammed : La Vérité Imbattable > 8-Les preuves de la non crucifixion de Jésus
      

8-Les preuves de la non crucifixion de Jésus

Publication en ligne : mercredi 23 janvier 2013, par Maître Simozrag

8. Les preuves de la non crucifixion de Jésus

Lors de « l’arrestation de Jésus », ses proches disciples s’enfuirent « Alors les disciples l’abandonnèrent tous et prirent la fuite » (Matthieu 26.56) ; « Et tous l’abandonnèrent et prirent la fuite. » (Marc 14.50). C’est pourquoi, ils ne purent être les témoins directs de la crucifixion.

l’Évangile selon Jean présente un récit différent de celui des évangiles synoptiques. Jean rapporte que des femmes se tenaient debout près de Jésus sur la croix, et que celui-ci parla même à un de ses disciples, lui enjoignant de prendre soin de sa mère (Jean 19.25), mais les Évangiles synoptiques relatent que ces femmes se tenaient à distance du lieu de crucifixion (Matthieu 27.55, Marc 15.40, Luc 23.49).

Il est fort possible qu’il y eût une erreur de relation. Les femmes en question avaient raconté aux apôtres qu’elles avaient vu leur maître crucifié ; les apôtres ne pouvaient pas ne pas croire et ceux d’entre eux qui voulaient vérifier trouvèrent la tombe vide. En fin de compte, certains apôtres dont Thomas étaient dans le doute, d’autres ont cru. Ces derniers relatèrent à leur tour ce qu’ils avaient entendu dire, et ainsi de suite jusqu’aux auteurs des textes évangéliques.

Il s’agit d’une erreur dont les chrétiens et encore moins les apôtres n’assument aucune responsabilité avant la révélation de la vérité dans le Coran. Déduit des sources de l’Islam, ce principe fait l’objet d’une exégèse par Ibn Taymiyya qui écrit : « Celui à qui la totalité des textes n’était pas parvenue, la preuve ne sera pas avérée à son égard par rapport à ce qui ne lui était pas parvenu ("lam taqum ’alayh il-hujjatu bi mâ lam yab’lugh’hu"), parmi les choses dont le sens était de compréhension ardue ; s’il a fait des efforts pour connaître la vérité (quant à ces choses) et qu’il a atteint celle-ci, il aura deux récompenses, et s’il s’est trompé il aura une récompense et son erreur lui sera pardonnée" (Al-Jawâb us-sahîh 1/271).

Il écrit également : "Quant à ceux qui ont vécu à une époque éloignée de celle du Messie et à qui, de ses enseignements authentiques, seule une partie et non la totalité est parvenue, la preuve sera avérée quant à eux (devant Dieu) par rapport à ce qui leur était parvenu, mais non pas par rapport à ce qui ne leur était pas parvenu ("qâmat ’alayhim ul-hujjatu bi mâ balaghahum min akhbârihî, dûna mâ lam yab’lugh’hum min akhbârih"). C’est la même chose pour ceux qui suivent Moïse. (…) Dès lors, si on dit que les Apôtres, ou certains Apôtres, ou de nombreux Gens du Livre, ou la plupart des Gens du Livre, croyaient [, avant la révélation du Coran ou avant que la révélation du Coran parvienne jusqu’à eux,] que Jésus avait été crucifié, il s’agira certes d’une croyance en soi erronée, mais cette erreur n’entachera en rien leur foi et n’entraînera pas de punition dans l’au-delà, puisque les livres évangéliques dont ils disposaient relataient la crucifixion de Jésus » (Al-Jawâb us-sahîh 1/274-275).

8.1 Témoignage du Coran

Dieu fait savoir que Jésus n’a pas été crucifié. Jésus fut élevé au ciel. Une autre personne lui ressemblant fut crucifiée à sa place et on a cru que c’était Jésus. Dieu dit dans le Coran :

"وقولهم إنا قتلنا المسيح عيسى ابن مريم رسول الله وما قتلوه وما صلبوه ولكن شبه لهم وإن الذين اختلفوا فيه لفي شك منه ما لهم به من علم إلا آتباع الظن وما قتلوه يقينا بل رفعه الله إليه وكان لله عزيزًا حكيمًا"

« Et parce qu’ils ont dit : Nous avons tué le Messie, Jésus, fils de Marie, le Messager de Dieu, alors qu’ils ne l’ont pas tué et qu’ils ne l’ont pas crucifié, mais ce n’était qu’un faux semblant ! Ceux qui sont en désaccord sur son sujet, restent dans le doute, ils n’en ont aucune connaissance certaine, ils ne font que suivre des conjectures ; il est certain qu’ils ne l’ont pas tué. Mais Dieu l’a élevé vers Lui. Dieu est Puissant et Juste » s4 v157-158

Dieu qui sait tout et dont le témoignage est le plus véridique a témoigné que son messager Jésus, fils de Marie n’a pas été tué et n’a pas été crucifié. Dieu l’a élevé vers lui tandis qu’une autre personne fut crucifiée à sa place.

Ibn Abbés dit : « Quand Dieu a voulu l’élever au ciel, Jésus est allé voir ses compagnons dans la maison. Ils étaient douze, dont certains étaient ses disciples. Il venait de prendre un bain et ses cheveux dégouttaient.

Il leur dit : « Il y en a certains, parmi vous, qui renieront leur foi en moi douze fois après avoir cru en moi. » Puis il dit : « Lequel, parmi vous, consentira à revêtir mes traits et à être tué à ma place, pour ensuite être élevé à mon rang ? »

Un jeune homme s’avança. Mais Jésus lui dit : « Assieds-toi. » Puis il répéta la même question, et le même jeune homme se leva, s’avança et dit : « Moi ». Jésus dit : « Ce sera toi ». Et c’est alors que l’apparence de Jésus fut transférée au jeune homme et que Jésus fut élevé au ciel à partir de la fenêtre de la maison.

Les juifs vinrent le chercher. Ils s’emparèrent du jeune homme, le tuèrent et le crucifièrent. Les compagnons de jésus se divisèrent plus tard en trois groupes. Le premier groupe pour qui jésus est Dieu lui-même qui était parmi eux avant de remonter au ciel.

Le deuxième groupe croit que Dieu et le fils de Dieu cohabitaient dans la personne de Jésus, et que Dieu le père a élevé Son fils au ciel.

Enfin le troisième groupe ceux qui affirment que jésus était le serviteur de Dieu et Son messager, qu’il est demeuré parmi eux aussi longtemps que Dieu l’a voulu, jusqu’à ce qu’Il l’élève vers Lui.

Pour ce qui est de ceux qui ont vraiment suivi Jésus, les vrais monothéistes, il est dit qu’après la destruction de Jérusalem, de son temple, la famille et les disciples de Jésus échappèrent ainsi à l’apocalypse et allèrent se réfugier à Pella en Arabie (de l’autre côté du Jourdain). L’exégète musulman Ibn Kathir rapporte qu’un groupe parmi les juifs a cru en Jésus et un autre groupe a mécru. Que le groupe des croyants a été fortifié par Dieu et a résisté à la persécution jusqu’à l’arrivée de l’Islam qui a montré que c’est leur croyance qui était dans le vrai. Ce qui fait que dire qu’ils avaient disparu de la scène est faux puisqu’ils vivaient dans le désert d’Arabie par petits groupes et ils étaient appelés Sabéens. »

Un autre verset du Coran annonce :

"إذ قال الله ياعيسى إني متوفيك ورافعك إليٌ ومطهرك من الذين كفروا وجاعل الذين اتبعوك فوق الذين كفروا إلى يوم القيامة ثم إليٌ مرجعكم فأحكم بينكم فيما كنتم فيه تختلفون"

« (Rappelle-toi) quand Allah dit : ô Jésus, certes, Je vais mettre fin à ta vie terrestre, t’élever vers Moi, te débarrasser de ceux qui n’ont pas cru et mettre jusqu’au Jour de la Résurrection, ceux qui te suivent au-dessus de ceux qui ne croient pas. Puis, c’est vers Moi que sera votre retour, et Je jugerai, entre vous, ce sur quoi vous vous opposiez » s3 v55.

Certains chrétiens invoquent ce verset comme argument pour justifier la mort de Jésus. Or, ce verset ne dit pas que Jésus a été tué ou crucifié. La difficulté est liée au terme « mutawaffika ».

En effet, à l’endroit de Jésus, Dieu dit : « inni mutawaffika wa rafi’uka ilayya ». La traduction française de cette expression est : « Je vais mettre fin à ta vie terrestre et t’élever vers Moi » ?

Wafat ne veut pas dire exclusivement mort. Ce mot peut avoir plusieurs sens tels que : rappeler, endormir, suspendre le cours de la vie. On trouve le même verbe ‘‘tawaffa’’ dans d’autres endroits du Coran avec une signification autre que la mort, exemple : « wa houwa alladhi yatawaffakum billeili » (Et c’est Lui qui vous rappelle la nuit/ qui vous endormit la nuit/ qui suspend le cours de votre vie durant la nuit/ qui prend vos âmes la nuit) s6 v60 « Allah yatawaffa al anfus hina mawtiha wallati lam tamut fi manamiha » « Allah reçoit les âmes au moment de leur mort. Il reçoit aussi celles qui dorment sans être mortes » s39 v42

Les exégètes dont Tabari parlent de « wafat nawm » (endormissement de sommeil ou assoupissement ». ‘‘Je vais t’endormir et t’élever pendant ton sommeil’’.

Le mot « mutawaffika » doit être interprété à la lumière de l’autre verset affirmant que Jésus n’a pas été tué et n’a pas été crucifié. Ce verset oppose un démenti catégorique aux allégations des Juifs sur la prétendue mort de Jésus sur la croix.

D’aucuns, y compris parmi les musulmans sectaires, veulent accréditer l’idée que Jésus est mort. Une telle croyance implique nécessairement la négation de son retour à la fin des temps. " وما قتلوه يقينا بل رفعه الله إليه وكان الله عزيزًا حكيمًا … وما قتلوه وما صلبوه ولكن شبه لهم " Jésus n’est pas mort. C’est le Coran qui le dit ainsi que le Prophète Mohammed l’a confirmé. Allah dit dans le Saint Coran que Jésus n’est pas mort : « Ils ne l’ont ni tué ni crucifié...Mais Allah l’a élevé vers lui. » s4 v157, 158

Et Il a dit (Gloire et Pureté à Lui) :

« Il n’y aura personne parmi les gens du Livre, qui n’aura pas foi en lui (Jésus) avant sa mort » s4 v159

Le Prophète (psl) a dit aux juifs : « Jésus n’est pas mort et il va revenir à vous avant le Jour de la résurrection »

Cela ne veut pas dire que Jésus est immortel, loin s’en faut. Mais le terme de Jésus n’est pas encore arrivé. Il mourra sur la terre après son retour pour témoigner et accomplir sa mission. 8.2 Témoignage de la Bible

a) Le crucifié est maudit

La Bible affirme que celui qui est pendu au bois est un objet de malédiction auprès de Dieu (Dt 21.23).

Paul, dans Galates 3.13, tente de justifier cette malédiction d’une part en l’attribuant à la loi et non pas à Dieu, et d’autre part en la motivant par le rachat du genre humain. Cette explication n’a aucun fondement et contredit le verset du Deutéronome précisant que la malédiction vient de Dieu et non pas de la loi. . L’hébreu porte : « Un pendu est une malédiction de Dieu. »

C’est pourquoi Dieu ordonne aux Israélites d’enterrer le crucifié dans la journée même, « afin de ne pas souiller le pays par la vue de cette malédiction. » Paul s’arroge le droit de modifier le verset en retranchant le mot par Dieu ou de Dieu.

Aussi, la Bible et le Coran enseignent que l’humanité est bénie par Dieu. En conséquence, l’affirmation de Paul selon laquelle le péché originel aurait entraîné la malédiction que seul le sacrifice du Christ aurait effacée, est contraire auxdits enseignements de la Bible et du Coran.

« Et toutes les familles de la terre seront bénies en toi » Genèse 12.3

Jésus est juste, il est béni par l’Eternel : « Car tu bénis le juste, ô Eternel ! » Psaumes 5.13

« Certes, Nous avons béni les fils d’Adam, Nous les avons portés sur terre et sur mer. Nous leur avons procuré d’agréables nourritures. Nous leur avons donné la préférence sur beaucoup d’autres de Nos créatures. » Coran s17 v70

Ces versets prouvent à suffisance que le rachat du genre humain d’une prétendue malédiction est un non-sens.

La seule explication valable est que le crucifié était un autre que Jésus et cet autre fut crucifié parce qu’il était maudit de Dieu. Cette malédiction s’applique parfaitement à Judas le traître qui a vendu son maître aux païens.

b) Jésus les a mis au défi de le trouver

Vous me chercherez et vous ne me trouverez pas.

« Jésus a dit aux Juifs : Je suis encore avec vous pour un peu de temps, puis je m’en vais vers celui qui m’a envoyé. Vous me chercherez et vous ne me trouverez pas, et vous ne pouvez venir où je serai » Jean 7.34

Jésus prédit l’impossibilité de son arrestation et de sa crucifixion. Il mit au défi ses ennemis leur affirmant qu’ils ne pourront pas mettre la main sur lui le jour où ils le chercheront et qu’ils ne pourront pas venir là où il sera, c’est-à-dire au ciel. Ce seul passage prouve de manière irréfutable que Jésus n’a pas été crucifié.

« Jésus leur dit encore : Je m’en vais, et vous me chercherez, et vous mourrez dans votre péché ; vous ne pouvez venir où je vais. » Jean 8:21

8.3 Incohérence des récits et incertitudes autour de la personne arrêtée

a) Absence de témoins à l’interrogatoire

L’homme qui devait être crucifié a subi deux interrogatoires, l’un devant le Sanhédrin des juifs et l’autre devant Pilate, le gouverneur romain. Il n’y avait aucun témoin oculaire pour identifier la personne interrogée durant les deux phases de l’interrogatoire. Les évangélistes rapportent que Pierre était dans la cour.

Le témoignage de Pierre est extrêmement important du fait qu’il a nié la connaissance de l’homme qui allait être crucifié. Cet homme n’était pas Jésus d’après le témoignage de Pierre. Ce dernier a dit la vérité en déclarant textuellement : « je ne connais pas cet homme » Mt 26.72 ; Luc 22.57 ; Jean 18.25-27

Il est certain que s’il s’agissait vraiment de Jésus, Pierre ne l’aurait pas nié. Jésus a prédit cet acte de Pierre par allusion à la personne qui allait prendre sa ressemblance (Luc 22.34).

C’est pour cela que Jésus n’a pas pris mal l’acte de Pierre et pour preuve : il lui confia la charge de tout le troupeau (Jean 21.15-19) Jésus ne s’est pas fâché du fait que Pierre l’eût nié, sachant qu’il nia un autre que lui. Pierre a nié la personne qui allait être crucifiée, cette personne n’était pas Jésus.

b) Ignorance des bourreaux qui le frappaient

« Les hommes qui tenaient Jésus se moquaient de lui et le frappaient. Ils lui voilèrent le visage, et ils l’interrogeaient en disant : Devine qui t’a frappé ! Et ils proféraient contre lui beaucoup d’autres injures. » Luc 22.63-65

L’homme qui devait être crucifié n’a pas pu deviner celui qui le frappait. Si c’était Jésus, il aurait identifié celui qui lui portait des coups. Le Coran enseigne que Jésus avait le pouvoir de connaître ce que les gens mangeaient et cachaient dans leurs maisons ; or il est inconcevable qu’il soit incapable de savoir lequel qui le frappait.

« Ils lui crachèrent au visage, et lui donnèrent des coups de poing et des soufflets » Matthieu 26.67

« Et ils crachaient contre lui, prenaient le roseau, et frappaient sur sa tête. » Matthieu 27.30

« Les magistrats se moquaient de Jésus, disant : il a sauvé les autres ; qu’il se sauve lui-même s’il est le Christ, l’élu de Dieu !

Les soldats aussi se moquaient de lui…ils disaient : si tu es le roi des juifs, sauve-toi toi-même ! L’un des malfaiteurs crucifiés l’injuriait disant : N’es-tu pas le Christ ? Sauve-toi toi-même et sauve-nous ! » Luc 23.35-39

« Alors Pilate prit Jésus et le fit battre de verges. Les soldats tressèrent une couronne d’épines, qu’ils posèrent sur sa tête, et ils le revêtirent d’un manteau de pourpre…et ils lui donnaient des soufflets » Jn 19.1-4

Ce traitement n’est pas digne d’un messager de Dieu. Dieu aurait réagi sur le champ si c’était Jésus.

c) Le Sanhédrin et le gouverneur doutaient de l’identité de l’homme qui devait être crucifié.

Le fait de poser à l’homme qui devait être crucifié des questions sur son identité suppose qu’il y avait un doute sur la personne.

Une personnalité centrale de la trempe de Jésus est censée être connue de tout le monde. De ce fait, il aurait été inutile de lui poser ces questions : Es-tu Jésus ? Es-tu le Christ ?

« Le souverain sacrificateur se leva et lui dit : Ne réponds-tu rien ?

Qu’est-ce que ces hommes déposent contre toi ? Jésus garda le silence. Et le souverain sacrificateur, prenant la parole, lui dit : Je t’adjure, par le Dieu vivant, de nous dire si tu es le Christ, le Fils de Dieu. Jésus lui répondit : tu l’as dit » Mt 26.63

« Il (Hérode) lui adressa beaucoup de question ; mais Jésus ne lui répondit rien » Luc 23.9

« Le gouverneur l’interrogea en ces termes : Es-tu le roi des juifs ? Jésus lui répondit : tu le dis. » Mt 27.11 ; Marc 15.2, Luc 23.3 ; Jean 18.33

Une fois de plus, cette réponse prouve que l’interrogé n’est pas Jésus. En effet, acquiescer à cette question équivaut à reconnaître qu’il était le roi des juifs, ce qui est faux en ce qui concerne Jésus. Ce mensonge est indigne de Jésus, le messager de Dieu.

La réponse affirmative attribuée à Jésus en Marc 14.62 « Je le suis », semble relever purement et simplement d’un arrangement ultérieur.

d) Absence de culpabilité

L’homme qui devait être crucifié est déclaré innocent par Pilate. La reconnaissance d’innocence est en soi un indice de l’erreur sur la personne. .

« Que voulez-vous donc que je fasse de celui que vous appelez le roi des juifs ? Ils crièrent de nouveau : crucifie-le ! Pilate leur dit : Quel mal a-t-il fait ? Et ils crièrent encore plus fort : Crucifie-le ! » Marc 15.12-15

« Je suis innocent du sang de ce juste, cela vous regarde » dit Pilate, Mt 27.24

« Je ne trouve rien de coupable en cet homme » Luc 23.4

« Cet homme n’a rien fait qui soit digne de mort » Luc 23.15

« Je ne trouve aucun crime en lui » Jean 18.38

e) le porteur de la croix

Selon Matthieu, Marc et Luc, le porteur de la croix était Simon de Cyrène !

« Puis ils le font sortir pour le crucifier. Ils réquisitionnent pour porter sa croix un passant, qui venait de la Campagne, Simon de Cyrène » Mt 27.32 ; Mc 15.20-21 ; Lc 23.26

Mais selon Jean, c’était Jésus lui-même qui portait sa croix : « Ils prirent donc Jésus, et l’emmenèrent. Jésus, portant sa croix, arriva au lieu du crâne, qui se nomme en hébreu Galgotha. » Jean 19.16, 17

f) L’inscription sur la croix

Matthieu dit : « On écrivit au-dessus de sa tête : Celui-ci est Jésus, le roi des Juifs » Mt 27.37

Marc dit : « L’inscription indiquant le sujet de sa condamnation portait ces mots : Le roi des juifs » Mc 15.26

Luc dit : « Il y avait au-dessus de lui cette inscription : Celui-ci est le roi des juifs » Lc 23.38

Et Jean dit : « Pilate fit une inscription qu’il plaça sur la croix, et qui était ainsi conçue : Jésus de Nazareth, roi des juifs. Beaucoup de juifs lurent cette inscription, parce que le lieu où Jésus fut crucifié était près de la ville, elle était en hébreu, en grec et en latin » Jn 19.19,20

g) Jésus ne nierait pas sa mère et ne l’appellerait pas : Femme

« Jésus, voyant sa mère, et auprès d’elle le disciple qu’il aimait, dit à sa mère : Femme, voilà ton fils. Puis il dit au disciple : voilà ta mère. » Jean 19. 26,27

Il est clair que le crucifié n’est pas Jésus. Si c’était Jésus, il n’aurait pas dit à sa mère : "Femme, voilà ton fils". Il n’est pas normal que Jésus appelle sa mère qui l’a conçu dans son sein et l’a mis au monde : "Femme".

Sans doute, des chrétiens pourraient objecter que Jésus avait l’habitude d’appeler sa mère ‘‘Femme’’ comme c’est le cas en Jean 2.4 « Jésus lui répondit : Femme, qu’y a-t-il entre moi et toi ? Mon heure n’est pas encore venue. »

Ce passage ne résout guère la difficulté. Il la complique davantage étant donné l’incongruité des propos et du pseudo miracle. Le fait que Marie vienne signaler le manque de vin à Jésus, ne va pas sans susciter d’interrogation.

Ensuite, Jésus adresserait à sa mère une réponse désobligeante, n’ayant rien à voir avec la remarque qu’elle lui fit, suscite une autre interrogation. En fin de compte, ce passage et les suivants font apparaître deux agissements incorrects indignes de Jésus : changer l’eau en vin et rudoyer sa mère.

Jésus a dit : « honore ton père et ta mère » (Mt 19.19) et il a dit « Il m’a recommandé la bonté envers ma mère ». (Coran, s19 v32). La moindre bonté envers sa mère implique qu’il ne l’appelle pas ainsi.

h) le cri de désespoir sur la croix

Matthieu et Marc dirent : « Jésus cria d’une voix forte : Eloi, Eloi, lama sabaqthani ? » Ce qui a été traduit par : Mon Dieu, mon Dieu, Pourquoi m’as-tu abandonné ; cela signifie aussi : Mon Dieu, mon Dieu, Pourquoi m’as-tu teinté, pourquoi m’as-tu coloré, transformé ? (Mt 27.46 ; Mc 15.34)

Tandis que d’après Luc : « Jésus poussa un grand cri : il dit : Père, entre tes mains, je remets mon esprit. Et, en disant ces paroles, il expira » Luc 23.46

Alors que selon Jean : « Jésus dit : Tout est achevé. Et, baissant la tête, il rendit l’esprit » Jean 19.30

i) le temps de la crucifixion

D’après l’évangile de Marc (traduction Louis Segond) : « C’était la troisième heure quand ils le crucifièrent » (Marc 15.25) Mais d’après la traduction oecuménique de la Bible (TOB), Marc lui-même dit : « Il était neuf heures quand ils le crucifièrent » (Marc 15.25)

Et d’après Jean, c’était à six heures et non pas à trois heures ou à neuf heures. (Jean 19.14-16)

j) Prétendue résurrection

Les évangiles enseignent que Jésus, après avoir trouvé la mort sur la croix, son corps a été mis dans une tombe, vendredi soir. Dimanche matin aux premières heures, Marie de Magdala et Marie, mère de Jacques et Salomé se rendirent à la tombe et découvrirent qu’elle était vide et la pierre roulée. Entrées dans le tombeau, elles virent un jeune homme (évangile de Marc), deux hommes (évangile de Luc), un ange (évangile de Matthieu), deux anges (évangile de Jean) qui leur dit (disent) que Jésus est ressuscité et qu’il n’est point ici. Mais allez dire à ses disciples et à Pierre qu’il vous précède en Galilée : c’est là que vous le verrez comme il vous l’a dit. Elles sortirent du sépulcre et s’enfuirent. La peur et le trouble les avaient saisies ; et elles ne dirent rien à personne, à cause de leur effroi (évangile de Marc), elles annoncèrent toutes ces choses aux onze et à tous les autres (évangiles de Matthieu et Luc) ; mais Jean parle de Marie de Magdala qui, après avoir vu les deux anges, vit Jésus qui lui dit : « ne me touche pas ; car je ne suis pas encore monté vers mon Père. Mais va trouver mes frères, et dis-leur que je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu. Marie de Magdala alla annoncer aux disciples qu’elle avait vu le Seigneur, et qu’il lui avait dit ces choses » Jean 20.15-18

Ainsi, les contes de la résurrection de Jésus divergent d’un évangéliste à l’autre. On ne sait à quel récit s’en tenir. A noter que « les disciples, présidés par Pierre, eurent des doutes et ne crurent pas en ces contes. La première évidence sur la résurrection, comme fait remarquer George Caird : « n’était pas donnée dans les évangiles, mais dans les épîtres de Paul, spécialement 1 Co 15, écrit dix ans, au moins, avant le plus ancien des évangiles. En ce chapitre (no.15) Paul cite une tradition qu’il avait reçue de ceux qui étaient chrétiens avant lui » 8

k) l’Apparition

A l’issue des tristes événements de la croix, Jésus apparut à ses disciples sain et sauf. Il les rassura qu’il était le même Jésus et qu’il n’a subi aucun mal. Il leur montra ses mains, ses pieds et son côté et leur dit : regardez, touchez ! Thomas, qui était absent ce jour-là, se montra réticent à croire, Jésus se présenta une deuxième fois à ses disciples et demanda particulièrement à Thomas de regarder et de toucher ses mains et son côté (Jean 20.27).

Les disciples étaient troublés croyant voir un esprit. « Mais il leur dit : Pourquoi êtes-vous troublés, et pourquoi pareilles pensées s’élèvent-elles dans vos coeurs ? Voyez mes mains et mes pieds, c’est bien moi ; touchez-moi : un esprit n’a ni chair ni os, comme vous voyez que j’ai. Et en disant cela, il leur montra ses mains et ses pieds » (Luc 24.38.40).

Il leur demanda s’ils avaient quelque chose à manger. « Ils lui présentèrent du poisson rôti et un rayon de miel. Il en prit, et il mangea devant eux » Luc 24.42, 43…

Jésus s’est présenté à ses disciples sans blessures ni marque de la croix et ne portant aucune trace d’un revenant ou d’un ressuscité, et pour preuve : il leur a dit : « un esprit n’a ni chair ni os, comme vous voyez que j’ai ».

Tout se passe comme si Jésus leur disait : la crucifixion est une fiction, c’est faux, c’est un mensonge !

l) prière et délivrance

Jésus pria Dieu et il fut exaucé :

« Et il commença à éprouver de la frayeur et des angoisses. Il leur dit : mon âme est triste jusqu’à la mort…il se jeta contre terre, et pria que, s’il était possible, cette heure s’éloignât de lui. Il disait : Abba, Père, toutes choses te sont possibles, éloigne de moi cette coupe » Marc 14.33-36 ; Luc 22.42

« Il alla, selon sa coutume, à la montagne des oliviers. Ses disciples le suivirent. Lorsqu’il fut arrivé dans ce lieu, il leur dit : priez, afin que vous ne tombiez pas en tentation. Puis il s’éloigna d’eux à la distance d’environ un jet de pierre, et, s’étant mis à genoux, il pria, disant : Père, si tu voulais éloigner de moi cette coupe ! Toutefois, que ma volonté ne se fasse pas, mais la tienne. Alors un ange lui apparut du ciel, pour le fortifier. Etant en agonie, il priait plus instamment, et sa sueur devint comme des grumeaux de sang, qui tombaient à terre. » Luc 22.39-45

L’ange qui lui apparut est venu pour le prendre et non pour le fortifier. Dans son récit, Luc emploie le mot « fortifier » parce qu’il n’a pas assisté en personne à l’évènement. Mais il suffit que l’évangéliste rapporte la venue d’un ange pour nous permettre d’en saisir les motifs.

Le déplacement d’un ange ne pourrait se faire uniquement pour fortifier. Dieu pouvait le fortifier directement ou par le Saint Esprit. La réalité est que l’Ange était venu pour l’enlever au ciel : « Alors un ange lui apparut du ciel, pour le fortifier. Etant en agonie, il priait plus instamment, et sa sueur devint comme des grumeaux de sang, qui tombaient à terre. Après avoir prié, il se leva, et vint vers les disciples, qu’il trouva endormis de tristesse, et il leur dit : Pourquoi dormez-vous ? Levez-vous et priez, afin que vous ne tombiez pas en tentation. » Luc 22.43-46

La Bible fait savoir que Jésus a été délivré et la délivrance eut lieu avant la crucifixion et la mort, exemple :

« C’est lui qui, dans les jours de sa chair, ayant présenté avec de grands cris et avec larmes des prières et des supplications à celui qui pouvait le sauver de la mort, et ayant été exaucé à cause de sa piété... » Hébreux 5.7

« Ils se sont mis d’accord contre moi, ils conspirent pour m’ôter la vie. » Psaume 31.14

« Tu me feras sortir du filet qu’ils m’ont tendu ; car Tu es mon Protecteur. » Psaume 31.5

« Tu me délivreras, Eternel, Dieu de vérité ! » Psaume 31.6

« Et Tu ne me livreras pas aux mains de l’ennemi, Tu mettras mes pieds au large. » 31.9

« Puisqu’il s’attache à moi, je le libère, je le protégerai car il connaît mon nom. S’il m’appelle, je lui répondrai, je serai avec lui dans la détresse ; je le délivrerai et le glorifierai ; je le comblerai de longs jours et je lui manifesterai mon salut. » Psaume 91.14-16

« Seigneur, j’ai fait appel à toi ; j’ai supplié le Seigneur : Que gagnes-tu à mon sang et à ma descente dans la fosse ? La poussière peut-elle te rendre grâce ? Proclame-t-elle ta fidélité ? Ecoute, Seigneur ! Par pitié ? Seigneur, sois mon aide ! » Psaume 30.9-11

« Au jour du malheur, le SEIGNEUR le délivre, le SEIGNEUR le garde vivant et heureux sur la terre. Ne le livre pas à la voracité de ses ennemis. » Psaume 41.2,3

« Mes ennemis, qui battent en retraite, trébuchent et périssent devant toi, car tu as défendu mon droit et ma cause ; tu t’es assis sur ton Trône. Tu as menacé des nations, fait périr l’infidèle. » Psaume 9.4-6

« Dieu, je suis tenu par mes vœux : j’accomplis pour toi les sacrifices de louange. Car tu m’as délivré de la mort. » Psaume 56.10-14

« Maintenant je le sais : le SEIGNEUR donne la victoire à son messie : Il lui répond de son sanctuaire céleste, par les prouesses victorieuses de sa droite... Eux, ils plient, ils tombent, et nous, debout, nous résistons » 20.7-9

« Ils ont projeté du mal contre toi, ils ont conçu de mauvais desseins, mais ils seront impuissants. » Psaumes 21.9-12

« Quand j’étais assiégé, j’ai appelé le SEIGNEUR ; LE SEIGNEUR m’a répondu en me mettant au large. Le SEIGNEUR est pour moi, il me vient en renfort, et je toise mes ennemis... Non, je ne mourrai pas, je vivrai pour raconter les œuvres du SEIGNEUR... C’est lui qui m’a sauvé... il ne m’a pas livré à la mort. Je te loue parce que tu m’as exaucé, parce que tu m’as sauvé. » Psaume 118.5-21

« Il chargera ses anges de te garder en tous tes chemins. Ils te porteront dans leurs bras.... Puisqu’il s’attache à moi, je le libère. » Psaume 91.11-14

« Je fais appel à Dieu, le Très haut, au Dieu qui fera tout pour moi, que des cieux, il m’envoie le salut ! » Psaume 57.3,4

« Car il me dissimule dans son abri au jour du malheur ; il me cache au secret de sa tente, il m’élève sur une roche. » Psaume 27.5

« Tu ne m’as pas livré aux mains d’un ennemi, tu m’as remis sur pied, tu m’as donné du large... Béni soit le SEIGNEUR, car sa fidélité a fait pour moi un miracle dans une ville retranchée. Et moi, désemparé, je disais : ‘je suis exclu de ta vue’. Mais tu as entendu ma voix suppliante quand j’ai crié vers toi. » Psaume 31.9, 22-23.

Ces prophéties sont en parfaite concordance avec la réalité et avec les énoncés du Coran. Jésus invoque Dieu et Dieu répond à son appel ; Il fit échouer le plan des comploteurs et mit sa vie hors de tout danger.

8.4 Témoignages d’apôtres et de savants

La Vérité coranique sur la non crucifixion de Jésus commence à avoir des preuves à l’appui. La crucifixion de Jésus est mise en cause par des apôtres et des savants.

HM Gwatkin, dans la petite Histoire de l’Église, affirme : « La pierre d’achoppement de l’époque des débuts du christianisme n’est pas tant la divinité de Jésus, mais sa crucifixion [...]

Certains des premiers groupes qui ont suivi le chemin de Jésus, ainsi que plusieurs autres sources historiques autres que le Coran confirment que Jésus n’est pas mort sur la croix. »

Une étude approfondie révèle que les chrétiens au cours de l’ère préislamique avaient des croyances que Jésus n’a pas été crucifié. Bon nombre de sectes chrétiennes du début du christianisme ont même nié que la crucifixion eut lieu.

8.4.1 Témoignage de John Toland 9

Dans son livre « Le Nazaréen- ou, Le christianisme des Juifs, des Gentils et des Mahométans » John Toland affirme ce qui suit ( page 32, chapitre 6) :

« On ne peut s’empêcher de crier contre l’ignorance de ceux qui s’imaginent que cette histoire de la mort de jésus est originalement de l’invention des mahommedens. Les Bazilidiens au commencement du christianisme niaient que Jésus-Christ eut souffert la mort lui-même : ils disaient que Simon de Cyrène avait été crucifié à sa place, les Carpocratiens qui les ont suivis pour ne pas citer d’autres de ceux qui croyaient que Jésus-Christ n’avait été qu’un homme ordinaire, ont cru pareillement qu’il n’avait pas été crucifié, mais bien un de ses disciples qui lui ressemblait. »

Il poursuit :

« Dans l’histoire ecclésiastique, Epiphanius nous apprend qu’il a lu un livre intitulé « le voyage des apôtres » contenant les actes de Pierre, Jean, André, Thomas et Paul, qu’entre plusieurs choses on y lit ce qui suit : « Que le Christ n’a jamais été crucifié, mais un autre à sa place, que par ce moyen il s’était moqué de ceux qui s’imaginaient l’avoir crucifié » : quelques-uns ont avancé que c’était Judas qui a été crucifié à sa place . Cette circonstance que Jésus-Christ s’était moqué des juifs, est aussi affirmée par les Bazilidiens, comme on peut le voir dans le passage que je viens de citer d’Epiphanius. »

A ce jour, les dernières découvertes archéologiques notamment les manuscrits retrouvés à Nag Hammadi ont révélé qu’un grand nombre des premiers chrétiens ne croyaient guère en la crucifixion de Jésus Christ et avaient la même croyance affirmée par le saint Coran : « QUE CE FUT UN FAUX SEMBLANT. »

Ces manuscrits sont un ensemble remarquablement représentatif de la toute première littérature chrétienne, ils n’ont été l’objet d’aucun remaniement depuis la date de leur rédaction.

Quelques manuscrits confirmant que les premiers chrétiens ne croyaient pas tous que jésus fut crucifié :

8.4.2 Les actes de Jean

Libellé : Les actes de Jean. Date estimée : 150-200 Avant Jésus. Langue originale : grec. Source en ligne : http://www.earlychristianwritings.c... ( anglais). Extraits : « Discours de Jean : le Christ lui révèle la croix de lumière et son mystère 97. Bien-aimés, après que le Seigneur eut accompli cette danse, il sortit avec nous. Et nous, comme victimes de l’égarement ou du sommeil, nous prîmes la fuite, chacun de son côté. Pour moi, quand je le vis souffrir, je n’assistai pas non plus à sa souffrance, mais je m’enfuis sur le mont des Oliviers, en pleurant à cause de ce qui était arrivé. Lorsqu’il fut suspendu le vendredi à la sixième heure, il y eut des ténèbres sur toute la terre ; et mon Seigneur se tint au milieu de la grotte, il m’illumina et dit : Jean, pour la foule d’en bas, à Jérusalem, je suis crucifié, je suis piqué par des lances et des roseaux, je suis abreuvé de vinaigre et de fiel.

Mais à toi je vais parler, et ce que je vais dire, écoute-le. C’est moi qui t’ai donné l’idée de monter sur cette montagne pour que tu écoutes ce qu’il faut qu’un disciple apprenne de son maître et un homme de son Dieu...(jésus continue)..Ce n’est pas la croix de bois que tu vas voir quand tu seras descendu d’ici. Je ne suis pas non plus celui qui est sur la croix, moi que maintenant tu ne vois pas, mais dont tu entends seulement la voix. J’ai été considéré pour ce que je ne suis pas, n’étant pas ce que je suis pour la multitude ; bien plus, ce qu’ils diront à mon sujet est vil et indigne de moi.

En effet, puisque le lieu du repos ne peut être ni vu ni décrit, à bien plus forte raison, moi qui suis le Seigneur de ce lieu, je ne pourrai être ni vu...(Jésus continue)..101. Ainsi, je n’ai souffert aucune des souffrances qu’ils vont me prêter. Bien plus, cette souffrance que je t’ai montrée à toi et aux autres en dansant, je veux qu’elle soit appelée « mystère ».

Car ce que tu es, tu le vois : je te l’ai montré. Mais ce que je suis, moi seul le sais, et personne d’autre. Ce qui m’est propre, laisse-m’en la possession, et ce qui t’est propre, vois-le à travers moi. Quant à voir ce que je suis en réalité, j’ai dit que ce n’était pas possible, à l’exception de ce que tu peux connaître comme parent. Tu entends dire que j’ai souffert, or je n’ai pas souffert ; que je n’ai pas souffert, or j’ai souffert ; que j’ai été transpercé, or je n’ai pas été transpercé ; que j’ai été frappé, or je n’ai pas été frappé ; que j’ai été suspendu, or je n’ai pas été suspendu ; que du sang s’est écoulé de moi, or il ne s’en est pas écoulé. En un mot, ce que ces gens-là disent de moi, je ne l’ai pas subi ; et ce qu Ils ne disent pas, voilà ce que j’ai souffert.

Ce dont il s’agit, je vais te le dire de façon voilée, car je sais que tu comprendras. Comprends-moi donc comme capture du Logos, transpercement du Logos, sang du Logos, blessure du Logos, pendaison du Logos, souffrance du Logos, clouage du Logos, mort du Logos. Et, après avoir fait une place à l’homme, je vais parler ainsi : en premier lieu, comprends donc le Logos ; ensuite, tu comprendras".

8.4.3 Deuxième traité du grand Seth

Date estimée : 100-200 A J. Langue originale : copte. Source en ligne : http://www.ftsr.ulaval.ca/bcnh/trad... ( français).

Extraits :

« Et j’étais dans la ****** des lions. Quant au plan qu’ils ont ourdi contre Moi en vue de la destruction de leur erreur et de leur déraison, je n’ai pas combattu contre eux comme ils en avaient délibéré. Au contraire, je n’étais nullement affligé. Ils m’ont châtié ceux-là, et je suis mort, non pas en réalité mais en apparence, car les outrages qu’ils m’infligeaient restaient loin de Moi. Je rejetai loin de Moi la honte et je ne faiblis pas devant ce qui m’a été infligé de leurs mains. J’allais succomber à la crainte.

Et Moi, j’ai « souffert » à leurs yeux et dans leur esprit, afin qu’ils ne trouvent jamais nulle parole à dire à ce sujet. En effet, cette mort qui est mienne et qu’il pensent être arrivée, pour eux dans leur erreur et leur aveuglement, car ils ont cloué leur homme pour leur propre mort. Leurs pensées en effet ne me virent pas car ils étaient sourds et aveugles, mais en faisant cela, ils se condamnaient.

Ils m’ont vu, ils m’ont infligé un châtiment. C’était un autre, leur père. Celui qui buvait le fiel et le vinaigre, ce n’était pas Moi. Ils me flagellaient avec le roseau. C’était un autre, celui qui portait la croix sur son épaule, c’était Simon. C’était un autre qui recevait la couronne d’épines.

Quant à Moi, je me réjouissais dans la hauteur, au-dessus de tout le domaine qui appartient aux archontes et au-dessus de la semence de leur erreur, de leur vaine gloire et je me moquais de leur ignorance. Et j’ai réduit toutes leurs puissances en esclavage.

En effet, lorsque je descendis, nul ne me vit car je me transformais, échangeant une apparence pour une autre et, grâce à cela, lorsque j’étais à leurs portes, je prenais leur apparence. En effet, je les traversai facilement et je voyais les lieux, et je n’éprouvai ni peur ni honte, car j’étais immaculé. Et je leur parlais, me mêlant à eux par l’intermédiaire des miens, et foulant aux pieds leur dureté ainsi que leur jalousie et éteignant leur flamme.

Tout cela, je le faisais par ma volonté, afin d’accomplir ce que je voulais dans la volonté du Père d’en haut. »

8.4.4 Témoignage de Barnabé (évangile de)

Chapitre 214

Sorti de la maison, Jésus se retira dans le jardin pour prier selon sa coutume. Il priait en effet, en ployant cent fois les genoux et en se prosternant la face contre terre.

Judas, qui connaissait l’endroit où se trouvait Jésus avec ses disciples, alla chez le pontife et dit : "Si vous voulez me donner ce que vous m’avez promis, je livrerai cette nuit entre vos mains ce Jésus que vous cherchez. Il se trouve seul avec onze compagnons." Le pontife répondit : "Combien désires-tu ? " Judas répondit : "Trente deniers d’or !" Le pontife lui compta aussitôt l’argent et envoya un pharisien chez le gouverneur et chez Hérode pour prendre des soldats. Ils en fournirent une légion car ils craignaient le peuple. Ils prirent les armes et sortirent de Jérusalem avec des lumières et des lanternes sur des bâtons.

Chapitre 215

Comme les soldats et Judas approchaient de l’endroit où se trouvait Jésus, celui-ci entendit venir beaucoup de monde. Il eut peur et se retira dans la maison. Les onze dormaient. Mais Dieu voyant le périple que courait son serviteur ordonna à Gabriel, Michel, Raphaël et Uriel, ses serviteurs, d’enlever Jésus du monde. Les saints anges vinrent et enlevèrent Jésus par la fenêtre qui fait face au midi. Ils l’emportèrent et le mirent au troisième ciel avec des anges, bénissant Dieu à jamais.

Chapitre 216

Judas fit irruption le premier dans la pièce d’où Jésus avait été enlevé et où dormaient les onze. Alors, l’admirable Dieu agit admirablement : Judas devint si semblable à Jésus par son langage et dans son visage que nous crûmes que c’était Jésus. Judas, lui, nous ayant réveillés, cherchait où était le Maître. Mais, stupéfaits, nous répondîmes : "C’est toi, Seigneur, notre Maître ! Nous as-tu oubliés ? " Mais il nous dit en souriant : "Etes-vous fous ? Je suis Judas Iscariote."

Tandis qu’il parlait, la milice entra et on mit la main sur lui car il était en tout semblable à Jésus. Quant à nous, après avoir entendu les paroles de Judas et vu la foule des soldats, comme hors de nous-mêmes, nous nous enfuîmes. Jean qui dormait enveloppé d’un drap s’éveilla et s’enfuit. Comme un soldat l’avait saisi par le drap, il laissa le drap et se sauva nu, car Dieu avait exaucé la prière de Jésus et sauvé les onze du mal.

Chapitre 217

Les soldats s’emparèrent de Judas et le ligotèrent non sans dérision car il niait la vérité qu’il était Jésus. Ils lui disaient en se moquant de lui : "Ne crains pas, Seigneur, nous sommes venu pour te faire roi d’Israël ! Nous ne t’avons ligoté que parce que nous savons que tu refuses le royaume !" Judas répondit : "Avez-vous perdu la cervelle ? Vous êtes venus prendre Jésus Nazaréen avec des armes et des lanternes comme un voleur et vous m’avez ligoté pour me faire roi, moi qui vous ai conduits ici !"

Alors les soldats perdirent patience et à coups de poings et à coups de pieds ils commencèrent à rendre à Judas la monnaie de sa pièce et en furie, ils le conduisirent à Jérusalem.

De loin, Jean et Pierre suivaient les soldats. Ils affirmèrent à celui qui écrit qu’ils avaient vu tous les interrogatoires auxquels le pontife et le conseil des pharisiens réunis pour mettre à mort Jésus soumettaient Judas. Celui-ci débitait tant de folies qu’il faisait rire tout le monde, tous croyant qu’il était vraiment Jésus et qu’il faisait le fou par crainte de la mort.

Les scribes lui mirent un bandeau sur les yeux et disaient en se moquant de lui : "Jésus, Prophète des Nazaréen, - car c’est ainsi qu’ils appelaient ceux qui croyaient à Jésus- , dis-nous qui t’a frappé !" Ils le souffletaient et lui crachaient au visage.

Le matin venu, le grand conseil des scribes et des anciens du peuple se réunit. Le pontife et les pharisiens cherchaient de faux témoins contre Judas, croyant que s’était Jésus.

Ils ne trouvaient pas ce qu’ils cherchaient. Que dis-je, les pontifes croyaient que Judas était Jésus ! Mais tous les disciples et même celui qui écrit le croyaient.

La pauvre vierge mère de Jésus, elle-même, le croyait, ainsi que ses parents et ses amis et la douleur de tous était incroyable ! Vive Dieu, celui qui écrit avait oublié que Jésus lui avait dit qu’il serait enlevé de monde, qu’il souffrirait dans un autre et qu’il ne mourrait qu’aux approches de la fin de monde.

Aussi se rendit-il près de la croix avec la mère de Jésus et Jean. Le pontife se fit amener Judas toujours ligoté et l’interrogea sur ses disciples et sa doctrine. Judas comme privé de sens ne répondit rien là-dessus.

Aussi le pontife l’adjura-t-il par le Dieu vivant d’Israël de lui dire la vérité. Judas répondit : "Je vous ai dit que je suis Judas Iscariote qui vous ai promis de livrer Jésus de Nazareth entre vos mains, mais vous, je ne sais pas par quel artifice, vous êtes sortis de vous-mêmes ! Vous voulez à tout prix que je sois Jésus !"

Le pontife répondit : "Séducteur pervers, par ta doctrine et tes faux miracles tu as trompé tout Israël de la Galilée jusqu’ici à Jérusalem, et maintenant tu crois échapper au juste châtiment qui te revient en faisant le fou ! Vive Dieu, tu n’échapperas pas !"

Cela dit, il ordonna à ses serviteurs de lui donner des soufflets et des coups de pieds pour lui faire recouvrer les esprits. Les serviteurs du pontife lui firent alors subir un traitement incroyable. Ils s’ingénièrent à trouver du nouveau pour faire plaisir au conseil. Ils l’habillèrent en jongleur et lui donnèrent tant de coups de poings et de coups de pieds qu’il aurait fait pitié aux Cananéens s’ils l’avaient vu ainsi.

Mais les pontifes, les pharisiens et les anciens du peuple avaient le cœur si endurci contre Jésus qu’ils prenaient plaisir à voir Judas traité de cette manière en croyant qu’il était vraiment Jésus. Puis, toujours ligoté, ils l’emmenèrent chez le gouverneur.

Or celui-ci aimait Jésus en secret. Persuadé que Judas était Jésus, il le fit entrer dans sa chambre et lui demanda pour quelle raison les pontifes et le peuple le livraient entre ses mains. Judas répondit : "Si je te dis la vérité, tu ne me croiras pas car tu es sans doute trompé comme le sont les pontifes et les pharisiens."

Croyant qu’il voulait parler de la loi, le gouverneur répondit : "Ne sais-tu pas que je ne suis pas juif et que ce sont les pontifes et les anciens de ton peuple qui t’ont livré entre mes mains ? Dis-nous donc la vérité pour que je fasse ce qui est juste, car j’ai le pouvoir de te libérer ou de te donner la mort." Judas répondit : "Seigneur, crois-moi, si tu me donnes la mort, tu feras un grand péché car tu tuera un innocent. En effet je suis Judas Iscariote et non pas Jésus. Lui, c’est un magicien. Il m’a transformé ainsi par son artifice.

Le gouverneur s’étonna fort en l’entendant ; aussi cherchait-il à le libérer. Il sortit dehors et dit en souriant : "De deux choses, il y en a au moins une pour laquelle il n’est pas digne de mort, mais plutôt la compassion.

Il prétend - dit le gouverneur- qu’il n’est pas Jésus, mais un certain Judas qui guida la milice pour prendre Jésus. Et il dit que Jésus de Galilée l’a ainsi transformé par son art magique. Si c’est vrai, ce serait un grand péché de le tuer, puisqu’il serait innocent.

Mais si c’est Jésus et qu’il le nie, il a certainement perdu l’esprit et il serait impie de tuer un fou !". Les pontifes, les anciens du peuple ainsi que les scribes et les pharisiens s’écrièrent avec force : "C’est Jésus de Nazareth que nous connaissons, car si ce n’était pas ce malfaiteur, nous ne l’aurions pas livré entre vos mains. Et il n’est pas fou non plus, mais plutôt fourbe ; il cherche à échapper de nos main par cet artifice ; mais la sédition qu’il fomenterait en s’enfuyant, serait pire que la première !" Pour se débarrasser de ce cas, Pilate - c’était le nom du gouverneur- dit : "Il est Galiléen.

Or Hérode est roi de Galilée et il ne m’appartient pas de juger ce cas. Emmenez-le donc chez Hérode !"

Ils conduisirent alors Judas chez Hérode. Depuis longtemps celui-ci souhaitait que Jésus vienne chez lui ; mais Jésus ne l’avait jamais voulu car Hérode était païen et adorait les dieux faux et menteurs, vivant à la manière des nations impures. Chez lui, Hérode interrogea Judas sur beaucoup de sujets, mais Judas y répondait hors de propos en niant qu’il était Jésus.

Alors Hérode se moqua de lui avec toute sa cour et le fit habiller de blanc comme on habille les fous. Puis il le renvoya à Pilate en lui disant : "Ne soit pas injuste envers le peuple d’Israël !" Hérode écrivit cela parce que les pontifes, les scribes et les pharisiens lui avaient donné une bonne somme d’argent.

L’ayant pris par un serviteur d’Hérode, le gouverneur feignit de vouloir libérer Judas, lui aussi pour gagner de l’argent. Il le fit flageller par ses serviteurs qui furent payés par les scribes pour le faire tuer sous le fouet.

Mais Dieu qui avait décrété ce qui devait arriver garda Judas pour la croix afin qu’il reçoive cette horrible mort qu’il avait vendue à d’autres.

Il ne laissa pas mourir Judas sous le fouet, bien que les soldats le flagellent tant que son corps pleuvait du sang. Puis par moquerie, ils l’habillèrent d’une vielle robe de pourpre en disant : "Il convient d’habiller notre nouveau roi et de le couronner." Ils prirent des épines et firent une couronne semblable à celle d’or et de pierres précieuses que les rois portent sur la tête.

Ils placèrent cette couronne d’épines sur la tête de judas, lui mirent dans la main un roseau en guise de sceptre et ils le firent asseoir en un lieu élevé. Les soldats venaient devant lui, s’inclinaient par moquerie et le saluaient comme "Roi des Juifs !" Ils étendaient la main pour recevoir des cadeaux puisque les nouveaux rois ont coutume d’en donner.

Mais comme ils ne recevaient rien, ils frappaient Judas en disant : "Comment es-tu couronné, roi fou, si tu veux ni payer tes soldats ni tes serviteurs ?"

Les pontifes, les scribes et les pharisiens voyant que Judas ne mourait pas sous le fouet et craignant que Pilate ne le laissât libre, donnèrent de l’argent au gouverneur. L’ayant reçu, celui-ci livra Judas aux scribes et pharisiens comme méritant la mort. Avec lui, ils condamnèrent deux voleurs à mourir en croix.

Ils l’emmenèrent au mont Calvaire où on suspendait les malfaiteurs. Là, ils le crucifièrent nu pour que la moquerie soit plus grande. Judas ne faisait vraiment autre que crier : "Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné, car le malfaiteur a fui et moi je suis tué à tort ? " En vérité, je le dis, sa voix, son visage et sa personne ressemblaient tellement à Jésus que ses disciples et ses fidèles, croyaient tout à fait que c’était Jésus.

Certains d’entre eux s’éloignèrent de la doctrine de Jésus, en croyant qu’il était faux Prophète et qu’il avait opéré ses miracles grâce à la magie. Jésus en effet avait dit qu’il ne mourrait qu’aux approches de la fin du monde et qu’à ce moment-là il serait enlevé du monde.

Mais ceux qui demeurèrent fermes dans sa doctrine étaient si affligés de douleur en voyant mourir celui qui lui ressemblait qu’ils ne se rappelaient pas ce qu’il avait dit. Aussi en compagnie de la mère de Jésus, allèrent-ils au mont Calvaire.

Ils se tinrent non seulement présents à mort de Judas, en pleurant toujours, mais encore par l’intermédiaire de Nicodème et de Joseph d’Arimathie, ils réclamèrent au gouverneur le corps de Judas pour l’ensevelir. Ils l’enlevèrent de la croix en un tel deuil que certainement personne ne le croirait, et l’ayant enveloppé avec cent livres de parfum précieux, ils l’ensevelirent dans le monument neuf de Joseph.

8.4.5 Apocalypse copte de Pierre

Libellé : Apocalypse copte de Pierre. Date estimée : 200-255 A J. Langue originale : copte. Source en ligne : http://www.gnosis.org/naghamm/apope... anglais). Présentation : C’est là une vision de la crucifixion assez mal connue chez les chrétiens de nos jours : un Jésus rieur au-dessus de la croix, avec une enveloppe charnelle de Jésus qui est Simon de Cyrène (selon cette doctrine, celui qui a été crucifié c’est Simon de Cyrène, Jésus et Simon ayant échangé leurs traits).

Extraits :

« Et je dis " qu’est ce que je vois, Seigneur, est-ce vous-même qu’ils prennent .....Ou qui est celui-ci, heureux et riant sur l’arbre ? Et est-ce un autre dont les pieds et les mains sont frappés ?".......le sauveur me dit : " celui que tu as vu sur l’arbre, heureux et riant, celui-là est le Jésus vivant. Mais celui-ci auquel on cloue les mains et les pieds et sa partie charnelle qui est un substitut mis à la honte, celui qui est venu est son semblant, regarde lui et moi »

Source en ligne : http://www.bibliographe.com/html/la... (français)

8.4.6 L’évangile de Thomas

L’évangile de Thomas rédigé en 150, dit clairement que Jésus n’a pas été crucifié. L’édition de cet évangile aux Etats-Unis, est l’un des best-sellers du moment. Cet évangile se distingue par les trois NON célèbres à propos de Jésus : Non crucifixion, non résurrection, non divinité de Jésus.

8.4.7 Un simulacre de crucifixion

« Un simulacre de crucifixion a eu lieu dans un jardin privé (loin des regards). Jésus était encore vivant en 45. Une preuve "formelle" trouvée par Béranger Saunière à Rennes le Château. Jésus n’a pas été crucifié. Simon de Cyrène a pris sa place.

Le prieuré de Sion est en possession de l’élément irréfutable susceptible de fournir la preuve des hypothèses [...]

Les Druzes firent également partager aux Templiers leur vision d’un Christ autre que Jésus de Nazareth... celui-ci n’étant que l’apparence de l’Envoyé divin qui ne serait pas mort sur la Croix...

La crucifixion du christ est une fiction purement psychique.

Le christ n’a pas été crucifié. Il n’a pas choisi de mourir ainsi. Une conspiration s’organisa dans laquelle Judas joua un rôle, une tentative pour organiser un martyr sans le christ. L’homme choisi a été drogué -d’où la nécessité de l’aider à porter sa croix (Luc 23)- et on lui a dit qu’il était le christ. Il crut qu’il l’était.

Pierre a renié trois fois le Seigneur (Matthieu 26).

En fait, il s’était rendu compte que celui qui était pendu n’était pas le christ. "Pourquoi, Pierre, m’as tu renié ?" vient du faux christ. La crucifixion s’est passée dans une autre période spatio-temporelle. Elle a eu lieu dans une autre réalité et a "émergé historiquement en tant qu’idée".

La crucifixion du Christ était une insertion holographique. Elle n’a pas réellement eu lieu. »

8.4.8 Témoignages de scientifiques de l’Imperial College de Londres

Deux scientifiques de la Faculté de médecine de l’Imperial College de Londres soutiennent que l’image de la crucifixion de Jésus, le symbole du christianisme, est erronée. D’après leur étude, il n’existe aucune preuve que Jésus a été crucifié de cette façon.

Source en ligne : http://64.233.183.104/search?q=cache:UmoEXvLVbfAJ:tf1.lci.fr/infos/sciences/0,,3293190,00.html+non+crucifixion+J%C3%A9sus&hl=fr&ct=clnk&cd=5 (français)

« Le crucifix est l’emblème du christianisme depuis plus de 2 000 ans. Il symbolise la souffrance du christ sur sa croix et suscite l’adoration de milliards de croyants. Deux scientifiques de la Faculté de médecine de l’Imperial College de Londres remettent pourtant en cause l’exactitude de la scène.

L’image qui a traversé les siècles, celle d’un homme cloué sur la croix par les mains et les pieds, les bras étendus et la tête en haut, n’a jamais été étayée scientifiquement, relève l’étude publiée dans le numéro d’avril du Journal of the Royal Academy of Medicine. "Les preuves disponibles montrent que les gens étaient crucifiés dans différentes positions et que différents moyens étaient employés pour les fixer sur la croix", précise l’étude.

Des techniques de crucifixion extrêmement variées

Pour étayer leur argumentation, Piers Mitchell et Matthew Maslen ont passé au peigne fin l’ensemble des études et documents disponibles sur les causes médicales de la mort du Christ. Les techniques de crucifixion étaient extrêmement variées, soulignent les auteurs, mais toutes provoquaient finalement la mort du supplicié. "Les victimes n’étaient pas nécessairement positionnées la tête en haut, ni forcément fixées par des clous enfoncés dans le pied de l’avant vers l’arrière", expliquent-ils, sans pour autant remettre en cause la crucifixion elle-même.

Les croix étaient érigées dans toutes les orientations possibles, avec les suppliciés parfois la tête en bas, attachés avec des cordes et non des clous, voire cloutés par les parties génitales. "Si le supplicié était crucifié la tête en haut, un support en bois pouvait être ajouté pour soutenir le poids de la victime et prolonger ainsi le supplice", précisent les deux scientifiques.

Aucune preuve suffisante sur la façon dont les gens mourraient.

Sur la plan archéologique, une seule preuve des méthodes de crucifixion employées à l’époque a été retrouvée en Israël : un squelette de pied avec un clou de 11,5 centimètres planté par le travers et qui était celui d’un Juif nommé Yehonanan ben Hagkol, si l’on en croit une inscription trouvée dans un ossuaire tout proche. Aucune trace de clou n’avait en revanche été retrouvée au niveau des poignets et des avant-bras. "Il n’existe à l’heure actuelle aucune preuve suffisante sur la façon dont les gens mourraient sur la croix à l’époque romaine", résument les auteurs. "Et il est vraisemblable que la position dans laquelle ils ont été crucifiés est déterminante pour établir les causes physiques de la mort", concluent-ils, appelant à de nouvelles recherches sur ce sujet. D’après AFP - le 29/03/2006 - 17h24 »

8- Ahmad Abdel-Wahab : Dialogue transtextuel entre le Christianisme et l’Islam, Centre Abaâd, Paris 1987, page 117

9- John Toland, (1670 – 1722) philosophe du panthéisme (proche de Spinoza) premier ‘‘Grand Druide’’ présumé du ‘‘Druid Order’’. Il a donné son nom à la première vente des rites forestiers de la région de Paris et du premier groupe de maçons pour la résurgence de la maçonnerie du bois.


20 Messages de forum

  • 8-Les preuves de la non crucifixion de Jésus 23 mai 2013 14:20, par Dominique

    @ Maître Simozrag. vous dites que Jésus n’est pas mort sur la croix parce que le Coran le révèle. C’est pour vous une preuve évidente vu que vous croyez que le Coran est la parole d’Allah. Fort bien, mais voilà que vous essayez de prouver cette révélation, est-ce bien nécessaire ? Peut-être cherchez-vous réponse à un questionnement fondamental en écrivant ce texte et en le publiant sur internet. Voici la réponse que je vous propose :

    Je vous signale qu’au tout début du christianisme le symbole des chrétiens n’était pas la croix mais le poisson, Ichthus en grec. Le mot Ichthus c’est le monogramme du Christ : Jesous Christos Theou Uios Sôtér = Jésus Christ fils de Dieu Sauveur. De fait, au début du christianisme, on a beaucoup débattu sur le caractère divin de Jésus. Comment concevoir un tel mystère ? Beaucoup ne pouvait pas concevoir que le Christ ait pu mourir et ressusciter. Cette idée a longtemps persisté dans les sectes protochrétiennes isolées qui ont dû avoir une influence sur Muhammad (notamment dans la famille de Khadidja sa première femme).

    Donc vous reconnaissez qu’un homme a souffert un martyr épouvantable et a été pendu sur une croix jusqu’à ce que mort s’ensuive et cela parce qu’on l’a pris pour Jésus, à cause des idées défendues par Jésus. C’est un peu facile d’évacuer le problème en disant que ce n’était pas Jésus mais un sosie, parce que ce qu’il faut voir c’est qu’il s’agit de l’assassinat de celui qui représentait la parole de Dieu sur terre à cette époque. C’est tout aussi grave même s’il y a eu erreur sur la personne. On voulait tuer avec cet homme le message d’amour divin et de paix qu’il représentait. Voilà quelque chose qui semble vous avoir échappé. Tout le reste de votre discours est juste bon pour une discussion stérile au café du commerce.

    Ce qu’il faut retenir de cette crucifixion c’est que les méchants ont rejeté la parole de Dieu, la Vérité, et qu’ils ont tué pour cela. Malheureusement pour eux cette Vérité divine a survécu à leur oeuvre destructrice. Ceux qui aujourd’hui veulent occulter ou minimiser ce passage de la vie de Jésus perpétuent cette oeuvre de rejet de la vérité. Lisez donc les Evangiles avec un coeur d’enfant et vous découvrirez cette vérité enseignée par le Christ. N.B. je ne suis pas croyant et voilà que je défends le christianisme, voilà qui m’étonne moi-même.

    • 8-Les preuves de la non crucifixion de Jésus 23 mai 2013 15:42, par Maître Simozrag

      Merci beaucoup,

      je prie Dieu de vous guider vers la foi.

      Je sais ce que vous dites et c’est fondamental. Cependant, Dieu a fait échouer leur plan afin que "le message d’amour" ne disparaisse pas. Et les Juifs savaient parfaitement que ce n’est pas Jésus qui a été tué.

    • 8-Les preuves de la non crucifixion de Jésus 2 juin 2013 02:26, par Lindien

      Trop fort ! Avec les source indéniables que tu as, je serais curieux de lire ton histoire de France du 8ème au 18ème siècle !

    • 8-Les preuves de la non crucifixion de Jésus 4 juillet 2014 04:59, par ANOU

      Un non croyant qui défend la crucification c’est pas du tout étonnant. Car le Diable incite les hommes à se rebelé contre la vérité et induire les autres dans le mensonge. Que DIEU te pardonne et te quide..Il n’est jamais trop tard de se remettre en question

  • Almamyo. Moi j’ai un problème avec la théorie de substitution. Le cheick Imran Hossein dit que tous ceux qui ont parlé de cette théorie vont rendre compte de leur mauvaise parole et qu’il considère cette théorie comme des inventions. En acceptant cette théorie, les musulmans sont en quelque sorte en train de suivre le Vatican qui ont accepter le crime juif en les excluant de la soi disante mort du Christ . Il dit que les juifs voulaient tuer Jésus mais forcément par cruxifiction et ALLAH nous dit que c’était une illusion. Comment ? Il continue en disant que ALLAH dans le saint Coran nous explique que il peut retirer l’âme de quelqu’un et la renvoyer après.Ce qui signifie que la personne n’a pas subir l’épreuve de la mort et c’est le cas pour Jésus. Mais lorsque les juifs l’ont mis dans son sépulcre ALLAH lui a renvoyé son âme et l’a ensuite élevé vers lui. Il dit que c’est la meilleure explication qu’on puisse donner à cette illusion et non une théorie de substitution. Je ne suis pas trop aller loin dans mon explication de peur de falsifier les propos du Cheick Imran Hossein et donc j’ai fait un résumé.

    • 8-Les preuves de la non crucifixion de Jésus 16 septembre 2013 04:03, par Maître Simozrag

      Je ne connais pas le point de vue du Cheikh Imran Hossein sur cette question.

      Je ne sais pas ce que vous entendez par substitution. Je suppose le changement ou le remplacement d’une personne par une autre. Je pense qu’il est inutile de se lancer dans un tel débat.

      Allah (Gloire à Lui) dit : "Ils ne l’ont ni tué ni crucifié mais ont été victime d’une illusion." s4 v157

      D’autres traductions disent : "il leur a semblé ainsi"

      Il s’agit effectivement d’une illusion créée par Dieu lequel a le pouvoir de changer les regards.

  • 8-Les preuves de la non crucifixion de Jésus 24 décembre 2013 05:58, par Jésus

    Pitié pour vous qui ne croyez pas a sa mort et a sa resurection , je ne sais pas si vous avez remarqué vous même mais ces preuves cités ne font que se contre dirent les unes par rapport aux autres. Que Dieu vous pardonne car vous ne savez pas ce que vous faites

  • 8-Les preuves de la non crucifixion de Jésus 3 juillet 2014 16:55, par Le vrais Jeusu

    . Selon les chrétiens, jésus est venu emporter les péchés du monde, à travers sa mort sur la croix. Écoutons Jésus lui même : « "Ne pensez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes ; je ne suis pas venu pour abolir, mais pour accomplir, car en vérité je vous dis : jusqu’à ce que le ciel et la terre passent, un seul iota ou un seul trait de lettre ne passera point de la loi, que tout ne soit accompli. " " Celui donc qui supprimera l’un de ces plus petits commandements, et qui aura enseigné ainsi les hommes, sera appelé le plus petit dans le royaume des cieux, mais celui qui l’aura pratiqué et enseignés, celui-là sera appelé grand dans le royaume des cieux. " "Car je vous le dis, que si votre justice ne surpasse la justice des scribes et des pharisiens, vous n’entrerez point dans le royaume des cieux." » [La Bible, Matthieu 5:17-20] Dans ce cas, quels partis de l’ancienne loi qui demande aux prophètes de venir se faire mourir ??

  • 8-Les preuves de la non crucifixion de Jésus 3 juillet 2014 17:00, par Le vrais Jeusu

    Et encore Jean nous explique dans son évangile la raison de sa mort, comme une personne victime des accusations des Juifs sur ce qu’il prétendait être (Fils de grand DIEU) Lisons ces passages de Jean 5:14-18 qui dit ; –14-Depuis jésus le trouva dans le temple, et lui dit ; Voici, tu as été guérir ; ne pécher plus, de peur qu’il ne t’arrive quelque chose de pire. –15-Cet homme s’en alla, et annonça aux Juifs que c’était Jésus qui l’avait guérir. –16-C’est pourquoi les Juifs poursuivaient Jésus, parce qu’il faisait ces choses le jour du SABBAT. –17-Mais Jésus les répondit : Mon père agit jusqu’à présent ; et moi aussi j’agis. –18-A cause de cela, les juifs cherchait encore plus à le faire mourir, non seulement parce qu’il violait le SABBAT, mais parce qu’il appelait Dieu son propre père, se faisant lui-même égale à Dieu Alors, le saint coran a été très claire sur ce sujet, en disant qu’il a été élevé, et la même Bible affirme cela dans Jean 3 :14 qui dit ceci : –14-Et comme moise élève le serpent dans le désert, il faut de même que le fils de l’homme soit élevé. Encore dans Jean 6:62 qui dit : –Jean 6:62 = Et si vous voyez le fils monter ou il était auparavant ? Et en plus, Jésus qualifie de Démon celui qui l’a trahi !! Toujours dans ce même chapitre 6:70 qui dite réponse à Simon Pierre ; –Jean 6:70 Jésus leur répondit : N’est ce pas moi qui vous ai choisis, vous les Douze ? Et l’un de vous est un démon. – 6:71 Il parlait de Judas Iscariote, fils de Simon ; car c’était lui qui devait le livrer, lui, l’un des douze. Parlons la vérité Rien que la vérité !! Si jésus était vraiment venu pour être tué, il aurait le dit tout clairement à quelque part dans les écritures qu’il était venu pour être tué.

  • 8-Les preuves de la non crucifixion de Jésus 3 novembre 2014 15:56, par Patanna

    jésus est venu sur terre pour captiver nos pêchés,annoncé la bonne nouvelle,il est venu sur terre pour guérir les malades,les boiteux,les aveugles,il a même chasser les démons.Il est venu sur terres afin de porter tout nos pêcher et que par sa grâce et ses connaissances nous montre le chemin de la vérité afin que nous nous égarons pas car nous tous sommes des pêcheur.Il a aussi enseigné les bonnes paroles,prophétisé,apprendre aux peuples comment prier,comment demander à notre père Dieu qui est aux cieux,notre créateur,le seul et vrai dieu qui est l’éternel et le père de Jésus christ.Il était en tout temps avec ses disciples,mais ces disciples le croyait mais parfois se doutait de beaucoup de choses.Jésus est la lumière,il est le sauveur. La résurrection existait depuis avant sa venue sur terres, Puisque Dieu est le dieu vivant et n’ont pas des morts, Jésus avait dit pour ce qui est des résurrections des morts,n’avez-vous pas lu ce que Dieu a dit "je suis le dieu d’Abraham,le dieu d’Isaac, le dieu de Jacob ?dieu n’est pas dieu des morts mais Dieu des vivants.Donc cela veut dire que la résurrection de jésus étant justifié par la foi,nous avons la paix par notre seigneur jésus a qui nous devons eu par la foi accès à cette grâce dans laquelle nous demeurons fermes et nous nous glorifions dans l’espérance de la la gloire de Dieu. Or ,l’espérance ne trompe point parce que l’amour de Dieu est répandu dans nos cœurs par le saint esprit qui nous a été donné.mais Dieu prouve encore son amour envers nous, en ce que,lorsque nous étions des pêcheurs Jésus est pour nos pêchés. La persévérance la victoire dans l’épreuve et cette victoire l’espérance. Ignorez-vous que nous tous qui avons été baptisés en jésus christ,c’est en sa mort que nous avons été baptisés,nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort afin que christ est ressuscité des morts par la gloire du père,de même nous aussi nous marchons en nouveauté de vie. En effet,si nous sommes devenus une même plante avec lui par la conformité à sa mort,nous le serons aussi par la conformité à sa résurrection.Car il est mort et c’est pour le péché qu’il est mort une fois pour toutes, il est revenu à la vie et c’est pour Dieu qu’il vit. Car le salaire du pêché c’est la mort,mais le don gratuit de dieu,c’est la vie éternelle en Jésus christ notre seigneur. Jésus ,il avait annoncé à ces disciples qu’il sera livré et ressuscité. Si tu te confesses de ta bouche le seigneur Jésus, et si tu crois dans ton cœur dieu l’a ressuscité des morts,tu seras sauvés. Quiconque croit en lui ne sera point confus.Amen

    • 8-Les preuves de la non crucifixion de Jésus 4 novembre 2014 03:00, par Maître Simozrag

      Comme Abraham, moïse et d’autres prophètes, Jésus est un prophète, venu avec un message de Dieu destiné aux enfants d’Israël, pour confirmer la Torah et annoncer la venue d’un messager après lui, nommé Ahmad, c’est-à-dire le Prophète Mohammed. Tout ce que vous dites relève des fausses croyances sans aucun fondement. Ce sont, certes, des mécréants ceux qui disent : « Dieu c’est le Messie, fils de Marie. » Alors que le Messie a dit : « Ô enfants d’Israël, adorez Dieu, mon Seigneur et votre Seigneur ». Quiconque associe à Dieu (d’autres divinités) Dieu lui interdit le Paradis ; et son refuge sera le Feu. Et pour les injustes, pas de secoureurs ! Coran s5 v72

      Jésus n’est pas venu avec une nouvelle religion, puisque lui-même observait la Torah et pratiquait la religion juive. Il voulait seulement débarrasser le judaïsme du poids des traditions tels que l’immobilisme créé par le Sabbat, les sacrifices inutiles, lever certains interdits, atténuer le formalisme de certains rites, autrement Jésus était circoncis comme les juifs, jeûnait, priait et invoquait Dieu comme eux.

      « Ne croyez pas que je suis venu pour abolir la loi ou les prophètes. Je suis venu non pour abolir mais pour accomplir ». Matthieu 5.17

      "Il (Jésus) n’était qu’un Serviteur que Nous avions comblé de bienfaits et que Nous avions désigné en exemples aux Enfants d’Israël."Coran s43 v57,59

      Jésus n’était qu’un messager parmi les messagers que dieu a envoyés : Le Messie, fils de Marie, n’était qu’un Messager. Des messagers sont passés avant lui. Et sa mère était une véridique. Et tous deux consommaient de la nourriture. Vois comme Nous leur expliquons les preuves et puis vois comme ils se détournent . Coran s5 v75

      Il ne convient pas à Dieu de S’attribuer un fils. Gloire et Pureté à Lui ! Quand Il décide d’une chose, Il dit seulement : « Sois ! » et elle est. Coran s19 v34

      Jésus dit : Certes, Dieu est mon Seigneur et votre Seigneur. Adorez-le donc. Voilà un droit chemin . Coran s19 v36

      Le jour de la résurrection Dieu demande a Jésus si c’est lui qui dit au gens de le prendre pour dieu : (Rappelle-leur) le moment où Dieu dira : « Ô Jésus, fils de Marie, est-ce toi qui a dit aux gens : « Prenez-moi, ainsi que ma mère, pour deux divinités en dehors de Dieu ? » Il dira : « Gloire et pureté à Toi ! Il ne m’appartient pas de déclarer ce que je n’ai pas le droit de dire ! Si je l’avais dit, Tu l’aurais su, certes. Tu sais ce qu’il y a en moi, et je ne sais pas ce qu’il y a en Toi. Tu es, en vérité, le grand connaisseur de tout ce qui est inconnu.

      117. Je ne leur ai dit que ce Tu m’avais commandé, (à savoir) : « Adorez Dieu, mon Seigneur et votre Seigneur ». Et je fus témoin contre eux aussi longtemps que je fus parmi eux. Puis quand Tu m’as rappelé, c’est Toi qui fus leur observateur attentif. Et Tu es témoin de toute chose.

      118. Si Tu les châties, ils sont Tes serviteurs. Et si Tu leur pardonnes, c’est Toi le Puissant, le Sage ». 119. Dieu dira : « Voilà le jour où leur véracité va profiter aux véridiques : ils auront des Jardins sous lesquels coulent les ruisseaux pour y demeurer éternellement. » Dieu les a agréés et eux L’ont agréé. Voilà l’énorme succès. 120. A Dieu seul appartient le royaume des cieux, de la terre et de ce qu’ils renferment et Il est Omnipotent. Coran s5 v116

      Et ils ont dit : « Le Tout Miséricordieux S’est attribué un enfant ! » 89. Vous avancez certes là une chose abominable ! 90. Peu s’en faut que les cieux ne s’entrouvrent à ces mots, que la terre ne se fende et que les montagnes ne s’écroulent, 91. du fait qu’ils ont attribué un enfant au Tout Miséricordieux, 92. alors qu’il ne convient nullement au Tout Miséricordieux d’avoir un enfant ! 93. Tous ceux qui sont dans les cieux et sur la terre se rendront auprès du Tout Miséricordieux, [sans exceptions], en serviteurs. Coran s19 v88..93

      Et ils ont dit : "Dieu s’est donné un fils » ! Gloire à Lui ! Non ! mais c’est à Lui qu’appartient ce qui est dans les cieux et la terre et c’est à Lui que tous obéissent. Coran s2 v116

      Ils disent : « Dieu S’est donné un enfant » Gloire et Pureté à Lui ! Il est le Riche par excellence. A Lui appartient tout ce qui est aux cieux et sur la terre ; - vous n’avez pour cela aucune preuve . Allez-vous dire contre Dieu ce que vous ne savez pas ? Coran s10 v68

      Et pour avertir ceux qui disent : « Dieu S’est attribué un enfant. » 5. Ni eux ni leurs ancêtres n’en savent rien. Quelle monstrueuse parole que celle qui sort de leurs bouches ! Ce qu’ils disent n’est que mensonge. Coran s18 v4,5

      Créateur de cieux et de la terre. Comment aurait-Il un enfant, quand Il n’a pas de compagne ? C’est Lui qui a tout créé, et Il est Omniscient. Coran s6 v101

      Il ne convient pas à Dieu de S’attribuer un fils. Gloire et Pureté à Lui ! Quand Il décide d’une chose, Il dit seulement : « Sois ! » et elle est. Coran s19 v35

      Et ils dirent : « Le Tout Miséricordieux s’est donné un enfant ». Pureté à Lui ! Mais ce sont plutôt des serviteurs honorés . 27. Ils ne devancent pas Son Commandement et agissent selon Ses ordres. 28. Il sait ce qui est devant eux et ce qui derrière eux. Et Ils n’intercèdent qu’en faveur de ceux qu’Il a agréés [tout en étant] pénétrés de Sa crainte. 29. Et quiconque d’entre eux dirait : « Je suis une divinité en dehors de Lui ». Nous le rétribuerons de l’Enfer. C’est ainsi que Nous rétribuons les injustes. Coran s21 v26,29

      Les Juifs disent : « Uzayr est fils de Dieu » et les Chrétiens disent : « Le Christ est fils de Dieu ». Telle est leur parole provenant de leurs bouches. Ils imitent le dire des mécréants avant eux. que Dieu les anéantisse ! Comment s’écartent-ils (de la vérité) ?

      31. Ils ont pris leurs rabbins et leurs moines, ainsi que le Christ fils de Marie, comme Seigneurs en dehors de Dieu, alors qu’on ne leur a commandé que d’adorer un Dieu unique. Pas de divinité à part Lui ! Gloire à Lui ! Il est au-dessus de ce qu’ils [Lui] associent.

      32. Ils veulent éteindre avec leurs bouches la lumière de Dieu, alors que Dieu ne veut que parachever Sa lumière, quelque répulsion qu’en aient les mécréants. Coran s9 v30,32 Si le Tout Miséricordieux avait un enfant..

      Dis : « Si le Tout Miséricordieux avait un enfant, alors je serais le premier à l’adorer ». 82. Gloire au Seigneur des cieux et de la terre, Seigneur du Trône ; Il transcende de ce qu’ils décrivent.

      83. Laisse-les donc s’enfoncer dans leur fausseté et s’amuser jusqu’à ce qu’ils rencontrent le jour qui leur est promis. Coran s43 v81

      Si Dieu avait voulu S’attribuer un enfant, Il aurait certes choisi ce qu’Il eût voulu parmi ce qu’Il crée. Gloire à Lui ! C’est Lui Dieu, l’Unique, le Dominateur Suprême. Coran s39 v4

      • 8-Les preuves de la non crucifixion de Jésus 18 décembre 2015 04:49, par mado

        Pourquoi tant de bagarres pour "de la religion" ? je dis bien"de la religion" ! une religion c’est quoi au juste ? c’est une conception personnelle de personne ou un groupe de personnes qui s’est décidé à croire à ce qu’il pense au travers de sa propre interprétation d’un message dit venant de Dieu, ou appris par un tel, qui selon lui, l’a reçu directement ou indirectement en apprentissage dans certains ordres mystiques ou de Dieu. Qui peut confirmer ici sur terre avoir vu Dieu Le Créateur, La Source de toute existence dans L’univers ? Personne ! Mais pourquoi tant de tumulte sur Cet Être si Immense, si Gigantesque, rien qu’à voir l’Etendue Planétaire au point de décider avec certitude qui ira ou pas au Paradis ou encore pire en enfer ?!!! Où est ce paradis et cet enfer, qui les a vus avec ses propres yeux ? Admettons que quelqu’un aurait eu des révélations venant de Dieu ou Allah, ou God, ou Yaveh, etc... Selon les dialectes, d’ailleurs Il a pleins de Noms qui Le Magnifient, mais où est encore le problème de se l’attribuer dans des religions créées de toutes pièces que s’est le juif, musulman, chrétien, etc, qui est dans le vrai ? Nous nous trompons tous ! que ce soient Abram (Abraham), Moïse (Moshé), David, Jésus Le Christ, Mahomet (je préfère cette prononciation), et beaucoup d’autres Prophètes, laissons Dieu Seul s’en approprier s’ils sont vraiment ses Serviteurs, et si c’Est lui même qui les a délégués sur terre pour représenter sa véritable Parole aux travers de la torah, bible, coran, etc..., afin de prouver qu’Il Existe et de publier à travers les églises, mosquées ou synagogues ce qu’Il veut que nous fassions pour Lui être agréables ; sans oublier des religieux titrés : pasteurs, imams, rabbins, papes qui au lieu de transmettre La vraie et Bonne Nouvelle, ne font que pour la grande majorité, semer des discordes terribles au point d’en faire une guerre perpétuelle se liguant les uns contre les autres en se disant nous sommes les meilleurs, les autres sont les mauvais ! hein ? Ou tel est pécheur, tel est un infidèle, mais qui vous permet de vous mettre à La Place Du tout Puissant Qui t’a crée toi avec de la terre et Grâce à Son Souffle de Vie, tu es qui ? Tu te crois juge jusqu’à condamner et justicier jusqu’à ôter la vie à un être comme toi que L’ Auteur de toute chose avait pris la Peine de Créer, le mettre ici bas tout comme toi ??? En plus tu oses dire, c’est en Son Nom Sacré que tu multiplies tes exactions abominables ?! Et toi qui penses que critiquer d’autres religions, tu es dans la vérité, tu mens ! C’est faux ! Tout çà n’est qu’utopie, la dérision totale et l’hérésie dans nos têtes ! Non ! On ne peux pas calomnier, mentir, voler,violer, discriminer, pendre, exécuter, etc... Et dire que tu es sain, nada ; étêter son semblable soit disant c’est pour faire justice ! c’Est Dieu Le Seul Juste Juge, Il n’y a personne avant et après Lui, de plus si vraiment Jésus est L’Envoyer De Dieu ou Mahomet Est son Prophète, mais collez leur la paix !!! Seul Dieu Sait à quoi sen tenir d’eux !!!... Que Jésus fusse crucifié ou pas, ou que Mahomet qui, venu 4 cents ans après Jésus, qu’il eût des révélations ou pas, Laissons à Dieu la vérité sur lui, et puis fichons un peu la paix à cet homme, il n’a pas besoin de nous pour défendre son honneur ni son intégrité vis à vis de Dieu par toi ou moi, minables lâches que nous sommes en tuant des innocents qui ne nous ont rien fait, simplement pour assouvir ta soif satanique !!!, et l’associer lui, ou Dieu dans nos desseins macabres ! Personne n’est martyr après avoir tué lui même avant d’être tué, c’est ton innocente victime qui le devient illico !! Je ne crois pas un seul instant que Mahomet en tant que Prophète ait installé une assemblée de personnes et leur dire tuez aujourd’hui et demain au Nom De Dieu, non, je ne le crois pas du tout ! Ni que Jésus ait eu à faire assassiner une vie à sa place, çà va pas non ??!! Jésus n’a jamais tué personne ! qu’il n’ait pas été crucifié mais pas qu’un Oint et envoyé de Dieu eût eu cet esprit là, arrêtons de blasphémer, voyons ! Je vous exhorte à devenir plutôt UNIS pour avoir une seule et même VISION envers Dieu et Ses Prophètes dans un AMOUR PROFOND et SINCERE, laissons un peu nos religions de côté, surtout vivons dans la SANCTIFICATION les uns les autres, et nous verrons et aurons une vie meilleure sans guerres ni guéguerres même pas de querelles inutiles. Merci

    • 8-Les preuves de la non crucifixion de Jésus 30 janvier 2015 14:04, par Izzy

      Amen mon frère . Dieu est Amour , Verité et Lumière ....Et c par son Amour , qu’il a tjr veillé à nous guider dans les ténèbres par sa Lumière qui es sa parole , et cette parole a tjr été une lampe à nos pieds , par le biais de ses prophètes ...d’où certaines Lois ont été établie , mais l’homme dans son imperfection a tjr eu à désobéir ....depuis Abraham , isaac , jacob , moïse , david , salomon ....Kit a ébranler la Foi des plus fervant soumis à sa volonté .... Au commencement etait la parole et la parole etait Dieu ! Dieu par sa parole a dit , que la lumière soit et elle fût , et c par elle que tout a été crée , d’où il es important de savoir que la parole es sacrée ... Le verbe s’est fait chair , es venu comme une lumière dans le monde des ténèbres , mais les ténèbres l’ont fuit et ne l’ont pas reconnus, parce qu’ils desiraient rester cachés dans leurs mauvaises actions ... et cette parole qui etait , qui est et qui sera tjr la lumière du monde , à l’égard de toutes les nations par le biais du Christ ...Amen

    • 8-Les preuves de la non crucifixion de Jésus 3 juillet 2015 06:40, par fadlouloul

      Personne ne porte le fardeau d’autrui et Jésus (saws) n’est pas "mort" (version chrétienne) pour les pêchés des autres. Chacun sa tombe...A bon entendeur

  • 8-Les preuves de la non crucifixion de Jésus 20 janvier 2015 21:54, par Abdallah Mazouni

    salem , en verité ce n’est pas vraiment un commentaire , mais une réflexion sur la juste traduction et la compréhension de texte arabe et sa traduction s’agissant du terme "moutaouafika" ce verbe peut avoir plusieurs usage suivant sont radical "ALOUFA" "OUAFA" "YOUAFI" qui signifie -rencontrer et prendre - rencontrer et choisir , -trouver et prendre - trouver et choisir , ce radicale est utilisé pour composer la phrase trouver la mort OUAFA => TROUVER, RECONTER AL MANIA=> LA MORT "oufa al mania"=> trouva la mort et l’a choisit , ainsi dit ça signifie plus il est aller vers la mort , ce terme est plus utiliser pour définir un martyrs ou une mort héroïque "oufatehou el mania"=>la mort l’a trouvé et l’a pris , ce qui se dit de la mort du commun des mortel de ce radical est utiliser pour composer un autre verbe "TAOUAFA" "YATAOUAFA" qui signifie Administrer la trouvaille et la prise au nominatif "ALMOUTAOUAFI" celui qui administre la trouvaille et la prise cet attribut peut être humain au sujet de mort ça attribut le qualificatif de bourreau , mais on dit aussi "MOUTAOUAFI AL JIBAYA" qui est le collecteur d’impôt , le receveur d’impôt un attribut d’ange "MOUTAOUAFI AL ROUH" celui qui prélève l’âme du corps et un attribut divin "AL MOUTAOUFI" dieu il prend ce qualificatif a deux occasion dans la vie humaine , la plus plausible étant la mort , la seconde étant le sommeil , ce qui ne reduit pas cette attribu de dieu a ces deux seul administration , la prise de l’ame humaine pour raison de mort est differente du fait de dormir , on peut dormir en mourant pendant l’agonie et mourir pendant son sommeil mais pour les deux c’est dieu qui administre la trouvaille et la prise de l’ame pour revenir au verset
    - " y a Issa ini moutaouafik " ce serait plus " o jesus je vais administrer ta trouvaille et ta prise
    - " oua rafieouka illaya " et je vai t’elever vers moi
    - "oua moutahirouka min aladhina kafaraou " et te purifier de ceux qui ont renier
    - cette derniere affirmation merite meditation car elle decrit l’etat dans lequel été jesus en ce moment , l’etre humain etant :
    - un corps = jassad
    - un etre = al nafss
    - une ame = al rouh

    - le corps peut etre nettoyer et purifier
    - l’etre peut etre purifier etant la contrainte du corps sur l’ame
    - l’ame non le mort ne peut etre purifier ou debarasser son corps peut etre nettoyer mais tant que l’ame est dans un corps cet etre peut etre purifier et debarasser , on ne debarasse pas une ame de quoi que ce soit l’ame c’est l’etat pure , et dieu a annoncé a jesus qu’il aller etre purifier donc il été belle et bien vivant la juste comprehension sous reserve d’etre revu et corriger par des savants religieux car je n’en suis pas un de ce verset serait : "o jesus je vais administrer ta rencontre ta prise et ton ascension vers moi , et te débarrasser de ceux qui n’ont pas cru(ou - purifier ton etre du chagrin que te cause ceux qui n’ont pas cru)" ce qui signifie que jesus est vivant a ce moment la , l’ame de jesus etant dans son corps au moment de l’ascension , une ascension corporelle et non pas spirituelle . la bible a deja fait recit de l’ascension de Elie est aller renconter son ascension et l’ascension est venu trouver jesus pour le debarassé de ceux qui le cherchaient et ne le trouvaient pas

    • 8-Les preuves de la non crucifixion de Jésus 27 mars 2015 03:22, par ISSIHAKA HASSANI MMADI

      ALLAH AKBAR c’est pas étonnant s’il y a toujours certains personnes qui restent ferme au divinité de ISSA(Jesus) car qu’on les donnent des preuves et des explications concrets jamais ils ne changerons car leur cœur ont des voiles noirs mais quand le grand jour viendra leurs âmes diront malheur à moi, ils demanderont à ce qu’Allah les fait venir pour qu’il adore mais aucun une chance ne sera pas accordé leurs destinations est l’enfer. rien ne trop tard avant que l’ange de mort arrive, repend toi.

  • Il est quand même assez curieux de contaster à quel point le monde musulman met un point d’honneur à renier tout ce qui fait les fondements de la chrétienté. Quand il s’agit de s’auto proclamer héritière du monde juif et chrétien en reconnaissant seulement l’existence des prophètes juifs et chrétien, l’islam est au rendez vous. Quand il s’agit de dire que c’est le même dieu qui est vénéré, l’islam est au rendez vous. Par contre, quand on évoque les points qui font le fondement du monde chrétien, là l’islam se désolidarise. On peut se demander donc dans quel sens, il s’agit du même dieu et de la même religion, si ce qui fait l’essence de la croyance chrétienne n’est que mensonge. Dans quelle proportion l’islam est héritière de quoi que ce soit, si l’héritage sur lequel la religion dit s’appuyer n’est que mensonge. Dire que Jesus a existé et rejeter tout ce qui constitue son enseignement, suffit il à dire que c’est la même religion, le même dieu qui est vénéré ? Curieuse façon de voir les choses. Donc, concernant Jesus, on apprend qu’il n’a pas été crucifié, qu’il a envoyé un substitut sur la croix à sa place. Bien évidemment, parce que pour les musulmans, il n’est pas digne que l’envoyé de dieu périsse de cette façon. Pour le monde musulman, il est beaucoup plus digne par contre qu’un innocent soit crucifié, que Jesus, après avoir prêché partout pour propager la voie juste, se désolidarise d’un coups de ses propres responsabilités et laisse mourir un innocent à sa place. Cette façon de faire est noble pour le monde musulman, un Jesus caché, laissant souffrir un innocent à sa place, ça c’est noble, ça c’est digne d’un envoyé de dieu. Intéressant point de vue. D’où ce point de vue vient il ? De la bible publiée à des millions d’exemplaires ? Non, d’obscures textes que personne ne connait. Intéressant là aussi, cette façon de voir les choses. Partout, la bible est diffusée, et propage un message unique, partout elle est lue, mais c’est le texte le plus lu qui ment, il faut aller chercher l’obscure texte tiré à trois exemplaires pour trouver la vérité. Que penseraient les musulmans si on leur dirait que le coran n’est que mensonge, que la vraie vérité est contenue dans un texte d’une secte de 10 personnes que personne ne connait ? Un des autres chevaux de bataille des musulmans, c’est de dire que les chrétiens provoquent le blasphème de masse en faisant de Jesus une divinité. Là aussi, cette façon de voir les choses est assez ironique quand on constate que les musulmans considèrent que leur profession de foi ultime est d’aller prier une pierre noire, une fois dans leur vie. Tournant de façon fanatique autours d’un caillou, un certain nombre reprochent aux chrétiens de diviniser un homme, mais vous vous divinisez quoi, si ce n’est un caillou ? On constate aussi que Muhammad n’est pas du tout divinisé, non. Personne ne sait où se situe le tombeau de Jesus, mais le tombeau magnifique de Muhammad, passage obligatoire de tout musulman lors de son pélerinage à la mecque, ce n’est pas du tout de la divinisation de prophète, oulah non, les musulmans ne mangent pas de ce pain là. Les assassinats de dessinateurs, dès lors qu’ils représentent le prophète, non plus, ce n’est pas de la divinisation de prophète. Le tombeau du prophète de l’islam est une des plus belles constructions au monde, c’est un des passages obligatoires du pélerinage, mais ce n’est pas de la divinisation, non. Je crois qu’avant d’aller reprocher aux chrétiens leurs rites et croyances, les musulmans devraient commencer à regarder un peu plus leurs propres rites et croyances, ils constateraient qu’ils font EXACTEMENT la même chose.

    • 8-Les preuves de la non crucifixion de Jésus 3 juillet 2015 07:04, par fadkouloul

      Il n’y a qu’une seule religion au monde : le chemin que Dieu nous demande d’empreinter, et qu’il nous a transmis au travers ses prohètes et messagers, c’est à dire la soumission des êtres humains à la volonté de Dieu au travers ses messages. Le Coran vient en continuité de la Thora et de l’évangile et confirme ce qui a été REELLEMENT transmis à Moïse et à Jésus (saws). C’est le DERNIER message venant de Dieu et il est resté authentique car Dieu en a voulu ainsi.

  • franchement, je trouve que ce article a été conçut par une personne qui ne maitrise pas ce qu’elle raconte. Il y a tellement de truc invalides dans ce article que je ne sais pas par ou commencer. mais je vais quand même essayer.

    Pour commencer, les évangiles n’ont jamais dis que jesus est mort un vendredi puis resucité un dimanche ; c’est l’église catholique qui raconte cela. en réalité, jesus est mort un mercredi vers 15h (la neuvième heure) et est ressucité un jour de sabbat à la neuvième heure(samedi à 15h). Aussi, c’est l’église catholique qui raconte que le lundi est le dernier jour de la semaine alors qu’en réalité, c’est le jour du sabbat (samedi) qui est le dernier jour. Pour continuer, les évangiles ne disent pas que Jesus est Dieu mais ils disent que Jesus est seigneur, fils de Dieu. C’est à dire que Jesus à été choisi et oint (christ) par L’Eternel Dieu pour être au dessus de toute la création et pour être roi dans le royaume de Dieu.

    En outre, Dans les psaumes qui ont été listés dans ce article, ont parle de David et non du Christ car, c’est clairement David qui a écrit les psaumes et non Jesus.

    Je termine mes remarques en parlant du verset d’Hebreu qui a été cité : en fait, jesus a clairement prié son père l’Eternel Dieu au moment où on a voulu le prendre et cela est nomal car seul Dieu est tout puissant. Et aussi, le fait que Jesus n’a pas répondu aux questions de ses bourreaux a propos de savoir qui l’a frappé, vient du fait qu’il a été clairement été écrit à propos de Jesus qu’il a été amené muet comme un mouton vers les bourreaux.

    Pour finir je pose maintenant une question à toi qui li ce article : Qu’est ce qui te garantit que l’islam ou le coran est véridique. Avant de commencer par critiquer d’autres réligions, assure toi d’abord que ta réligion est la bonne ET que tu peux démontrer cela aux autres. ne cherche pas à critiquer les autres sur un coup de tête car comme l’a di le christ, seul un hypocrite cherchera a enlever un objet dans l’oeil de son prochain alors que lui même est aveugle. Sans vouloir te mentir, je peux te démontrer par a + b que l’islam est entièrement une réligion satanique car moi même j’ai fait mon collège et Lycée dans une école Islamique dans un millieu arabe mais j’ai fini par changer de réligion après le bac à cause de certaines vérité que j’ai découver à propos de l’islam. Cherchez la vérité et elle vous affranchira. QUE LE SANG DU CHRIST NOUS PROTEGE.

  • 8-Les preuves de la non crucifixion de Jésus 27 octobre 2015 10:41, par Marc Legrand

    Dans la section 8.3 - K de cet article intitulée "L’Apparition", vous affirmez sur la base de Jean 20:27, je cite : "Jésus s’est présenté à ses disciples sans blessures ni marque de la croix [...]" Fin de citation.

    C’est entièrement faux.

    Ne lisez pas uniquement Jean 20:27, mais Jean 20:24-29, c’est-à-dire ce verset 27, les trois qui le précèdent et les deux juste après, afin de ne pas décontextualiser ce passage et tordre ainsi, même involontairement, la Parole de Dieu.

    Voici l’extrait entier : "[24] Thomas, appelé Didyme, l’un des douze, n’était pas avec eux lorsque Jésus vint. [25] Les autres disciples lui dirent donc : Nous avons vu le Seigneur. Mais il leur dit : Si je ne vois dans ses mains la marque des clous, et si je ne mets mon doigt dans la marque des clous, et si je ne mets ma main dans son côté, je ne croirai point. [26] Huit jours après, les disciples de Jésus étaient de nouveau dans la maison, et Thomas se trouvait avec eux. Jésus vint, les portes étant fermées, se présenta au milieu d’eux, et dit : La paix soit avec vous ! [27] Puis il dit à Thomas : Avance ici ton doigt, et regarde mes mains ; avance aussi ta main, et mets-la dans mon côté ; et ne sois pas incrédule, mais crois. [28] Thomas lui répondit : Mon Seigneur et mon Dieu ! Jésus lui dit : [29] Parce que tu m’as vu, tu as cru. Heureux ceux qui n’ont pas vu, et qui ont cru !"

    Au verset 25, Thomas pose ses conditions. Il y en a trois. S’il ne voit pas dans les mains de Jésus ressuscité la marque des clous, s’il ne peut enfoncer son doigt dans chaque trou laissé par les clous et s’il ne peut enfoncer sa main dans le flanc du Christ creusé par le coup de lance du Romain, il ne croira pas.

    Au verset 27, Jésus lui propose de vérifier par lui-même s’il est bien l’homme qui a été crucifié, et il laisse Thomas vérifier selon les trois conditions préalables posées par ce dernier. La condition n°2 est remplie (enfoncer le doigt dans les trous laissés dans les mains du Christ par les clous), puis la condition n°1 (vérifier les marques) et enfin la condition n°3 (enfoncer sa main entière dans le flanc de Jésus)

    Au verset 28, Thomas semble avoir pu vérifier par lui-même avec succès que Jésus et le crucifié sont une seule et même personne puisqu’il s’écrie : "Mon Seigneur et mon Dieu !" Il croit que Jésus a bien été crucifié, est mort et a ressuscité. Pas de faux semblant ici. Et il y a bien des marques visibles du supplice enduré par le Christ, le supplice de la croix jusqu’à la mort.

    Il est donc faux d’affirmer le contraire, comme c’est le cas dans la section 8.3 - K de cet article, de prétendre que les Evangiles n’en parlent pas.

    Il est indispensable de dire la vérité quand on évoque la Parole de Dieu.

    Pour finir, je ferai remarquer que Jésus ne reproche pas à Thomas de douter. Dieu nous a fait don de l’intelligence. Il souhaite que nous nous en servions pour éprouver les affirmations des uns et des autres, ce que nous avons fait aujourd’hui, ensemble.

    Par contre, au verset 28, Jésus dit bien à Thomas, après lui avoir prouvé que lui et le crucifié étaient bien une seule et même personne : "Et ne sois pas incrédule, mais crois."

    Une fois éclairés, nous n’avons ainsi pas d’autre alternative qu’accepter la vérité ou la renier par pure malice, nous exposant dès lors au jugement que Dieu réserve aux incrédules.

    J’espère ainsi de tout coeur que l’auteur de cet article reconnaîtra devant Dieu avoir écrit et répandu un mensonge en affirmant que : "Jésus s’est présenté à ses disciples sans blessures ni marque de la croix [...]"

    Et qu’il admettra que si une telle erreur et un tel mensonge ont pu se glisser dans l’article dont il est l’auteur, dans sa pensée et dans son coeur, il est fort probable qu’il y en ait d’autres.

    A lui de les découvrir en son temps.

    Fraternellement,

    Marc