Accueil du site > Actualité > Choc des civilisations et déclin de l’Occident
      

Choc des civilisations et déclin de l’Occident

Publication en ligne : mercredi 28 septembre 2011, par Maître Simozrag

I-Énoncé de la problématique

D’après la théorie de Samuel Huntington, l’affrontement des civilisations est le principal moteur des conflits, depuis la fin de la guerre froide marquée par la chute du mur de Berlin en 1989.

Dès lors, les nouveaux rapports de force entre les nations et les peuples sont basés sur les identités et les cultures, en un mot sur les civilisations, non pas sur les idéologies.

Selon cette théorie, les conflits idéologiques Est-Ouest, ou économiques capitalisme-communisme vont céder la place à des conflits de civilisations.

Avant la publication en 1996 de son livre intitulé « The clash of civilizations… », Samuel Huntington avait déjà exprimé cette thèse dans un article paru en 1993 dans la revue ‘’Foreign Affairs’’ qui a suscité de grands débats.

L’auteur s’inquiète du déclin de l’Occident face à la montée en puissance de l’Islam et de la Chine. Il s’interroge : Face à la montée de la civilisation islamique qui ne manquerait pas de faire alliance avec la Chine, l’Occident parviendra-t-il à conjurer son déclin ?

Les peuples d’Amérique et d’Europe sauront-ils apprendre à coexister pour faire face aux nouvelles civilisations montantes susmentionnées ou bien leurs différences les poussent vers un nouveau type de conflits plus violents que ceux des deux guerres mondiales ?

Huntington préconise que l’Europe et l’Amérique du Nord devraient envisager une intégration politique et économique, de même l’alignement des pays d’Amérique latine sur l’Occident, empêcher le Japon de s’écarter de l’Ouest et freiner la puissance militaire de l’Islam et de la Chine en maintenant la supériorité technologique et militaire de l’Occident.

Cette théorie a eu un certain succès, en particulier depuis les attentats du 11 septembre 2001.

Beaucoup ont pensé que lesdits attentats et la réplique américaine en Afghanistan et en Irak étaient le début d’un choc de civilisation entre l’Occident et l’Islam.

L’extrême droite américaine s’est ralliée à cette vision, faisant de la guerre contre le monde musulman une nécessité pour le maintien de la suprématie de l’Occident.

a) Certains milieux, notamment en Europe, ont critiqué cette thèse en ce sens qu’elle fait la confusion entre civilisation et religion. Le monde musulman, dit la critique, est divisé entre sunnites et chiites, Arabes, Perses, Turques, etc.

De même que le monde occidental est divisé entre catholiques, protestants, orthodoxes, communistes, libéraux. Contrairement à la thèse de Huntington, il n’y a ni bloc asiatique, ni bloc islamique. Il y a une terre islamique mais pas de civilisation islamique.

Le monde musulman est divisé en peuples hostiles entre eux. La guerre Irak/Iran entre 1980 et 1988 a opposé Arabes sunnites à des Perses chiites.

La guerre du Golfe 1990-91 a opposé des musulmans à d’autres musulmans alliés à des occidentaux chrétiens. La guerre du Soudan n’est pas une guerre de religion.

Il y a des conflits d’intérêts mais pas de religions, souligne la critique. L’exemple de l’alliance des États-Unis avec l’Arabie Saoudite exclut l’éventualité d’une guerre de religion ou de civilisation, comme le prétend Huntington.

b) Parmi les musulmans, d’aucuns pensent qu’il ne doit pas y avoir de choc de civilisations pour la bonne et simple raison qu’il existe une seule civilisation humaine.

C’est la théorie de l’unicité de la civilisation humaine dont Mohamed Hassaneine Haykal est l’un des précurseurs. Dans son livre ‘’En marge du conflit des civilisations, il affirme que l’humanité a connu une seule civilisation à laquelle les peuples et les nations ont apporté le meilleur de leurs progrès et de leurs inventions au fil des siècles.

Il considère l’espace de la science comme un seul champ alimenté par des fontaines et des sources différentes. Cela est la preuve, dit-il, de l’appartenance de la civilisation à l’humanité. Il n’y a pas une physique ou une chimie ou une astronomie ou des mathématiques exclusivement européennes ou chinoises ou arabo-islamiques.

Il existe une seule science, un seul savoir où tout le monde a déversé de ses connaissances de sorte que le débordement a formé le grand océan commun.

Cependant, précise l’auteur, l’Amérique s’est approprié la civilisation, et nous, en acceptant l’idée du choc des civilisations ou même le dialogue des civilisations avec la même logique avec laquelle cela nous a été présentée, nous avons cédé et accepté la partition, c’est-à-dire renoncé à notre part et nous sommes entrés dans le lot des autres.

D’autres estiment que la situation actuelle des pays musulmans ne nous permet pas de considérer que ces pays représentent aujourd’hui une civilisation comme c’est le cas des pays occidentaux.

Ces derniers sont regroupés sous la même bannière, la même idéologie, ayant la même histoire, agissant dans le même cadre institutionnel et pour les mêmes objectifs.

En revanche, les pays musulmans n’ont pas le même mode de pouvoir politique, ils n’appliquent pas tous l’Islam dans leurs systèmes politiques, économiques et judiciaires ; il n’existe pas de coopération réelle entre eux en dépit du fait qu’ils soient tous membres de l’Organisation de la Conférence Islamique (OCI).

Ainsi, la civilisation islamique est loin d’avoir une existence réelle qui la distingue de la civilisation occidentale et encore moins qu’elle soit en conflit avec cette dernière.

Certes, la civilisation islamique était l’unique civilisation mondiale jusqu’au début du 17° siècle, mais elle ne l’est plus en raison des agressions des puissances occidentales et de la désinvolture, du laisser-aller des musulmans.

Ces idées sont celles du professeur Jaafar Cheikh Idris, qui ajoute : « Notre problème est que la civilisation occidentale n’est pas satisfaite même du peu qui nous reste de la civilisation islamique.

Ils ne veulent pas voir la moindre étincelle de renaissance de la civilisation islamique. C’est pourquoi, prennent-ils toutes les dispositions pour garantir le non-retour de la civilisation islamique.

Parmi ces dispositions, figure le fait d’empêcher la Umma d’accéder à une véritable compréhension du Coran et d’interdire à l’Islam le pouvoir politique, c’est-à-dire combattre l’Islam politique ».

D’autres, notamment le grand historien Abdul Aziz Touaidjri, parlent de répulsion ( تدافع). Les civilisations, disent-ils, ne s’affrontent pas, elles se repoussent les uns les autres.

Le concept de répulsion, souligne l’auteur, est d’origine coranique et il recouvre l’ensemble des acceptions et des sens qui confirment la fausseté de la théorie du choc des civilisations. Il invoque à l’appui de sa thèse les versets suivants du saint Coran :

« Et si Allah ne repoussait pas les hommes, les uns par les autres, il y aurait partout le chaos sur la terre. » s2 v250

« Si Allah ne repoussait pas les gens les uns par les autres, les ermitages seraient démolis, ainsi que les églises, les synagogues et les mosquées où le nom d’Allah est fréquemment invoqué. » s22 v40

Le fait qu’Allah neutralise ou repousse les hommes les uns par les autres rend inutile et sans effet l’affrontement ou le choc car c’est cette répulsion qui empêche la corruption ou le chaos sur la terre.

II- Ce qu’il convient de savoir

a)Le choc n’est pas nouveau

Il est un fait essentiel qui semble être ignoré ou passer sous silence est que le choc des civilisations n’est pas un événement nouveau.

Ce choc a toujours existé et il remonte à des siècles. La civilisation musulmane a toujours été la cible de la civilisation occidentale.

Cette dernière considère la civilisation musulmane comme une civilisation rivale, un ennemi à éliminer. Allah dit :

« Les infidèles ne cessent de vous combattre jusqu’à ce qu’ils vous détournent de votre religion s’ils peuvent. » s2 v217

Des croisades jusqu’aux invasions de l’Irak et de l’Afghanistan en passant par les conquêtes coloniales, la civilisation occidentale est une civilisation belligérante, agressive, qui n’a pas cessé de faire la guerre à l’Islam et à sa civilisation ainsi qu’au reste du Monde y compris l’Afrique et l’Asie.

Aucune civilisation, aucun peuple n’a échappé à l’agressivité de l’occident.

Les agressions au quotidien contre l’Islam, ses fidèles et ses symboles : le voile intégral, la prière, le minaret, les cimetières, les écoles coraniques, les caricatures du Prophète (Paix et Salut sur lui), les attaques médiatiques tous azimuts ne sont pas moins des frappes permanentes dirigées contre l’Islam, ses principes et ses valeurs civilisationnelles.

La civilisation occidentale abhorre la civilisation islamique non seulement parce qu’elle voit en elle une civilisation concurrente, mais du fait aussi qu’elle n’a pas les mêmes fondements et ne poursuit pas les mêmes objectifs qu’elle.

L’une est basée sur le Tawhid (le monothéisme), l’autre se fonde sur le Chirk et la négation de Dieu.

L’une se caractérise par une vision juste et globale de l’existence tenant compte de la Parole divine, de ses commandements et de ses prohibitions ; l’autre, la civilisation occidentale, a une vision étriquée de la vie et de l’existence, ne croit qu’en ce qui est visible et palpable.

L’une a engendré la ségrégation, l’apartheid, le mépris, l’exclusion, l’indécence... L’autre, la civilisation musulmane, est la civilisation du respect, de la pudeur, de la vertu, de l’humilité, de l’équité :

« Ô Gens ! Votre Seigneur est Un et votre père est Un ; vous descendez tous d’Adam et Adam provient de la terre. Le plus noble d’entre vous auprès d’Allah est le plus pieux, l’arabe n’a pas plus de mérite que le non-arabe ni le blanc n’en a plus que le noir sauf s’il se distingue par la piété. »

Pour preuve, les nombreux versets et hadiths du Prophète (psl) : « Rends le bien pour le mal, car Nous savons mieux que quiconque ce qu’ils inventent. » Coran, s23 v96

« La bonne action et la mauvaise action ne sont pas pareilles. Repousse le mal par le bien. » Coran, s41 v34

« L’homme acquiert les plus hauts degrés au Paradis et les places d’honneur, rien que par la noblesse de caractère alors même qu’il n’a que de médiocres pratiques cultuelles. » (Hadith rapporté par plusieurs imams)

« Dans la « Balance », rien n’égale en poids le noble caractère. » (Hadith rapporté par Ahmed et Abou Daoud)

« La piété n’est que le noble caractère. » (Hadith rapporté par plusieurs imams)

« Les croyants les plus accomplis en matière de foi sont ceux qui ont le meilleur caractère » (Hadith rapporté par plusieurs imams)

« Les plus aimés de Dieu et les plus proches de moi au Jour de la Résurrection sont ceux qui ont un noble caractère. » (Hadith rapporté par Bukhari)

« Quelle est la meilleure des œuvres », demanda-t-on au Prophète ? « C’est la noblesse de caractère », répondit-il. On lui demanda aussi : « Qu’est-ce qui donne le plus d’accès au Paradis ? « C’est la crainte de Dieu et la noblesse de caractère » dit-il » (Hadith rapporté par Tirmidi)

« A toute religion une morale et la morale de l’Islam est la pudeur. » (Hadith rapporté par plusieurs imams)

« Je suis envoyé pour parfaire les nobles caractères. » (Hadith rapporté par Bukhari))

La civilisation occidentale est une civilisation immorale, impudique, permissive où le mal sévit partout. Les dégâts de l’alcoolisme et de la drogue, l’homosexualité, l’éclatement de la famille du fait que les hommes se marient entre eux et les femmes entre elles, la criminalité, les trafics de toutes sortes, le commerce de fœtus et d’organes humains , les suicides (toutes les quarante secondes une personne se suicide) pour cause de désespoir lié à la perte de l’envie de vivre, toutes ces tragédies sont inhérentes à la civilisation occidentale malgré un haut niveau de confort et de développement matériel.

Celle-ci a perverti et dégradé la dignité humaine en détruisant les valeurs morales, les principes et les fondements d’une vie sociale, paisible.

Les injustices sévissent quasiment à tous les niveaux et dans tous les domaines. Les ressources de la planète sont très mal réparties. Un cinquième des habitants de la Terre possède quatre cinquième, soit 80 %, des ressources de celle-ci.

La famine fauche des dizaines de milliers de vies humaines chaque jour. Les maladies, toujours en nombre croissant, remplissent les hôpitaux et les cimetières.

Les déséquilibres, la corruption, les maux affectant presque tous les domaines de la vie sont le résultat d’une gestion catastrophique du Monde par ladite civilisation.

Cette civilisation est responsable de la destruction des écosystèmes, d’où la recrudescence des catastrophes naturelles dont les tsunamis ; les cyclones, les tremblements de terre, les inondations, la sècheresse, les épidémies.

La détérioration des conditions climatiques est en train de provoquer l’extinction d’espèces animales et végétales, nécessaires au maintien de la vie sur terre.

L’humanité assiste impassible à sa propre destruction. La pollution de l’air, des mers, des sols et de l’eau menace d’asphyxier et la planète et les êtres qui y vivent.

La fornication, le sexe libre, l’avortement, l’euthanasie sont des pratiques normales dans les sociétés d’aujourd’hui.

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), quarante deux millions d’avortements sont officiellement signalés chaque année.

Plus de la moitié des enfants nés dans les pays occidentaux sont nés de mères célibataires.

En bref, cette civilisation a dépouillé l’homme et le monde de sa substance, de sa dimension spirituelle. L’homme est naturellement constitué de corps et d’esprit.

Celui-ci a besoin de religion de la même manière que le corps a besoin de nourriture.

Malheureusement, la civilisation occidentale n’a pu satisfaire ni les besoins de l’esprit ni les besoins du corps.

Elle a plongé l’humanité dans les fosses abyssales des ignorances : l’ignorance sur le plan spirituel, c’est-à-dire celle de Dieu, de l’au-delà et des mystères de la vie et l’ignorance sur le plan matériel, à savoir l’analphabétisme et l’acculturation.

Quant aux besoins du corps, ils ne sont ni convenablement ni suffisamment satisfaits, sinon il n’y aurait pas autant de misère, de famine, de maladies et de mortalité.

Chaque jour qui passe, les foules, les savants, les intellectuels expriment leur indignation contre le matérialisme à outrance de cette civilisation, contre ses injustices criardes, contre ses armées qui quadrillent la planète, contre les effets dévastateurs d’un ultralibéralisme inhumain, contre sa faillite économique, contre la faim et la misère.

Ils se plaignent du vide abyssal, des ténèbres dans lesquelles les a plongés ladite civilisation.

Elle a rendu les gens aveugles, ne voyant pas où ils vont et dans quelle direction ils cheminent. De la science, ils n’ont tiré qu’un profit superficiel, contingent, en partie nuisible.

Dans le monde musulman, il y a moins de dégâts de ce genre malgré l’inapplication des règles de l’Islam.

Force est de reconnaître, cependant, que le monde musulman connaît d’autres fléaux non moins destructeurs. Il s’agit notamment de la dictature, de l’injustice et des guerres fratricides.

Les guerres – nourries par l’Occident - continuent à faire des ravages dans le monde musulman.

b) Faillite et effondrement

La civilisation occidentale est en faillite. Il ne lui reste que l’effondrement et la disparition.

Le choc dont on parle est en phase finale.

Il existe de nombreux témoignages d’experts en politique, en économie, en sociologie sur cette faillite qui devrait provoquer la chute de cette civilisation qui ne survit que grâce au soutien des pétrodollars arabes.

Helmut Schmidt dit : « La catastrophe actuelle n’est pas une crise financière, économique, politique, sociale ou culturelle. Elle est tout cela à la fois et simultanément, ce en quoi elle est totalement inédite ».

Cette civilisation, disait Hassan Al-Banna, « a montré sa totale incapacité à assurer le bien-être de la société humaine et à lui procurer la sérénité et la paix... Car elle est en faillite aujourd’hui ; elle s’effondre, ses fondements s’effritent, de même que ses institutions et ses règles…Ses fondements économiques sont ébranlés par les crises, et des millions de pauvres, de chômeurs et d’affamés témoignent contre elle. »(1)

Le sociologue Pitirim A.Sorokin dit : « La civilisation occidentale est en proie à une crise inaccoutumée ; elle est gravement malade tant dans son corps que dans son esprit ; à peine, peut-on y trouver un organe ou un nerf qui fonctionne bien. »(2)

Le Coran nous exhorte à parcourir la terre, à étudier l’histoire, à observer le sort des anciennes civilisations que Dieu a fait périr à causes de leur perversité et de leurs injustices :

« Que ne parcourent-ils pas la Terre pour voir quelle a été la fin de ceux qui les avaient devancés ? Pourtant, ils les surpassaient en puissance. Ils avaient cultivé et peuplé la terre beaucoup mieux qu’ils ne l’aient fait eux-mêmes. Et leurs messagers leur avaient bien apporté des preuves évidentes. Ce n’est donc pas Dieu qui leur fit du tort. Mais ce sont eux qui furent injustes envers eux-mêmes. » (Coran, s30 v9)

« Ne voient-ils pas combien de générations Nous avons fait périr avant eux ? Nous les avions pourtant dotées sur Terre de moyens beaucoup plus importants que ceux dont Nous vous avons pourvus. Et Nous leur avions envoyé du ciel des pluies abondantes et fait couler de grandes rivières à leurs pieds. Mais Nous les anéantîmes à cause de leurs crimes ; et Nous avons créé, après eux, une nouvelle génération. » (Coran, s6 v6)

« Tel est le châtiment de ton Seigneur quand Il sévit contre les cités injustes. Ses coups sont toujours douloureux et très dures. » (Coran, s11 v102) « Que de cités injustes avons-Nous fait périr en punition de leurs péchés, et dont il ne reste que de vagues vestiges. » (Coran, s22 v45)

Dieu nous informe, joignant son témoignage à celui de l’histoire, que des puissances ont été anéanties par différents procédés, entre autres, les asphyxies et les crises économiques, les catastrophes naturelles tels que les ouragans, les tsunamis, les tempêtes, les inondations, les tremblements de terre, les épidémies et bien d’autres phénomènes.

Notre époque est celle de la transition, du passage de la civilisation occidentale à la civilisation islamique.

Cette dernière est de retour car Allah l’a promis, outre le fait que l’alternance des moyens et des situations soit une nécessité impérieuse.

La durée de la période de transition dépend de l’attitude des musulmans vis-à-vis de l’Islam, c’est-à-dire de leur contribution effective à la réalisation de son avancement, à la promotion de ses valeurs et à l’application de ses lois. Les musulmans ont une responsabilité et un rôle majeur dans ce domaine.

Il faudrait tout d’abord une prise de conscience de la réalité de cette transition qui exige de tout musulman, individus, groupes et institutions, des efforts dans ce sens afin que son déroulement puisse s’opérer facilement, dans les délais et dans de bonnes conditions.

Parmi les efforts que le devoir exige de chaque musulman dans le cadre de cette perspective, figure la mise en œuvre des principes et des valeurs civilisationnels de l’Islam, à savoir la grandeur d’âme, le noble caractère, la générosité, la bienfaisance , la solidarité et l’entraide entre les musulmans , la consolidation des liens de l’unité et de la fraternité, ce qui signifie que l’on doit mettre de côté les divergences et les dissensions, se placer au-dessus des partis et des doctrines ( madahibsمذاهب ), que l’identité du musulman doit être réduite à la seule appartenance à l’Islam et à la communauté, ni plus ni moins. Toute autre appartenance sectaire, partisane, doctrinale doit être dépassée, sinon bannie.

Cela implique une vision, une perception communautaire universelle de l’Islam.

Cette vision est nécessaire pour jeter les bases de la communauté unique conformément aux nombreux préceptes du Coran dans ce sens :

« Puissiez-vous former une communauté qui prêche le bien, ordonne ce qui est convenable et interdise ce qui est blâmable. Car ce sont eux qui réussissent. » Coran, s3 v104

« Cette communauté, la vôtre, est une seule communauté, tandis que Je suis votre Seigneur. Craignez-Moi donc. » Coran, s23 v52

« Cette communauté qui est la vôtre est une communauté unique, et Je suis votre Seigneur. Adorez-Moi donc. » Coran, s21 v92

« Vous êtes la meilleure communauté qui a été donnée comme exemple aux hommes. Vous recommandez le bien, vous interdisez le mal et vous croyez en Dieu. » Coran, s3 v110

La communauté musulmane est la communauté du juste milieu, investie de la mission du témoignage au Jour de la résurrection. C’est cette communauté que les musulmans, Etats et peuples, doivent tout mettre en œuvre pour sa réalisation :

« C’est ainsi que Nous avons fait de vous une communauté du juste milieu afin que vous soyez témoins parmi les hommes et que le Messager vous soit témoins. » Coran, s2 v143

Ces recommandations doivent s’inscrire dans le cadre d’un Jihad civilisationnel. Celui-ci est à l’opposé du Jihad armé et de la violence.

Le Jihad civilisationnel est un combat sans armes qui réunit toutes les valeurs de l’Islam ; c’est un Jihad pacifique, moral, comportemental, scientifique, humanitaire, bienfaisant, social.

Dans ce contexte, il est une exigence primordiale qui veut que l’identité communautaire, faut-il le rappeler, passe avant l’identité nationale, ethnique ou tribale.

Le lien communautaire est selon le Coran plus important que le lien du lieu de résidence ou de naissance. L’affiliation à la communauté est basée sur la fraternité de la foi.

C’est cette affiliation, ce sentiment qui nous permet d’avoir une bonne position auprès de Dieu, d’obtenir Son agrément, ce n’est pas le sentiment d’attache ou d’appartenance ethnique, raciale, doctrinale ou partisane ; bien au contraire, celui-ci peut nous être très préjudiciable au Jour de la résurrection, ce pourquoi il faut l’éviter.

La communauté musulmane n’est pas une communauté de race, ni de tribus, ni de sol, ni de sang mais une communauté de la foi et du témoignage, la communauté de la Qibla.

Le bien que fait le musulman profite à toute la communauté, et le mal qu’il fait nuit à toute la communauté. Nous devons faire en sorte que cette communauté soit le fondement de la civilisation islamique.

Mais la communauté, appelée la Umma, pourquoi faire ? Pour quel objectif ? Pour élire des dirigeants qui veillent à l’application de la loi islamique, la Chari’a. !

Pour la mise en place d’un cadre institutionnel où sera promulguée et appliquée la Chari’a, seul gage d’indépendance, de justice, de sécurité, de salut et de Paix.

Enfin, pour l’instauration d’un monde de paix et de justice ; un monde où il y aura moins de guerres, moins d’effusion de sang, moins de criminalité, un monde où règnent les valeurs d’amour, de partage et de fraternité humaines !

Il est fort probable que ce monde interviendra après la chute des dictatures qui ont sévi pendant des décennies.

Cet évènement sera suivi de l’instauration de la démocratie, une phase transitoire avant la mise en place du pouvoir islamique.

La démocratie est une étape obligatoire du fait qu’elle permettra aux musulmans de choisir librement leurs dirigeants, et de là s’effectuera le passage au système islamique.

C’est la concrétisation du hadith suivant du prophète relatif au retour au Califat après la période de la dictature.

(1) Entre hier et aujourd’hui, cité par Tariq Ramadan dans : « Aux sources du Renouveau musulman », pp 369-70

(2)in Dieu des 2 Kaâba, cité par Seyyed Mojtaba Moussavi Lâri : L’Islam et la Civilisation occidentale, éd. Nahid Chahbazi 1993, p.22


4 Messages de forum

  • Excellent article, il y a un point qu je n’ai pas bien saisi : celui de la relation de l’islam à la Chine, comme bloc opposé au monde occidental. Je crains que cette assertion ne soit fausse dans la mesure où la Chine n’est guère un modèle auquel l’islam ne peut s’allier, en tout cas, pas mieux que l’occident ...

    • Choc des civilisations et déclin de l’Occident 6 octobre 2011 09:45, par Maître Simozrag

      C’est le point de vue de Samuel Huntington. En ce qui me concerne, je n’adhère pas à cette thèse. La vérité n’a pas besoin de prendre le faux comme allié.

      • Choc des civilisations et déclin de l’Occident 30 novembre 2011 07:50, par Abi bakr

        barakallahou fikh cheik. Cependant, n’est-il pas temps qu’une tribune mondiale d’intellectuels musulmans de votre trempe voit le jour afin de préparer le terrain ? peut être réussirez vous là où les dirigeants politiques musulmans ont échoués eux qui sont la plupart des rallonges et des suppôts des dirigeants occidentaux. en tout cas, le monde musulman ne doit pas attendre les bras ballants la chute du fruit pourri si nous voulons mériter le secours d’Allah. une des missions primordiales serait déjà l’aplanissement des divergences qui le mine. Pour ce qui est de ce point, j’ai une préoccupation concernant un hadith qui stipule que le Prophète aurait adressé une demande à Allah pour la cohésion de sa communauté et que cette demande lui serait refusée. je veux savoir si ce hadith est authentique.

  • Choc des civilisations et déclin de l’Occident 4 décembre 2011 07:58, par Tony

    Je pense que la civilisation musulmane doit accepter la modernité si elle souhaite évoluer et non s’effondrer : diviser les hommes est chose aisée mais peut conduire au chaos, à une guerre totale... L’histoire de l’occident lui a appris cela : il ne se remettra jamais des effets dévastateurs de la 2nde guerre mondiale et du génocide juif. Il ne faut SURTOUT PAS que la civilisation musulmane se définisse dans ce qui l’oppose aux autres mais au contraire dans ce qui la rapproche et ce qu’elle apporte aux autres. ...car l’histoire nous a montré qu’elle a apporté énormément de choses.