3. Egalité et Equité

Publication en ligne : jeudi 21 octobre 2004, par Maître Simozrag

Le Coran a posé le principe de l’égalité des êtres humains quelles que soient leurs couleurs, leurs langues ou leurs origines. Car Dieu les a créés dans la même forme et de la même matière. « Les gens sont égaux comme les dents d’un peigne » disait le prophète. Ce dernier prenait part personnellement aux travaux de construction de la mosquée ; il avait creusé avec eux la tranchée alentour de la ville de Médine. Dans son discours d’adieu, le prophète a dit : «  ô gens, votre Seigneur est Un et votre père est un, l’Arabe n’a aucun mérite sur le non arabe, ni le blanc sur le noir sauf par la piété. Le plus noble d’entre vous est le plus pieux ».

Cette communauté avait intégré en son sein l’Arabe, le Persan, le Byzantin, l’Africain, le riche, le pauvre, le lettré, l’illettré, l’émigré, l’autochtone et tous étaient égaux devant la loi ; ils étaient égaux en droits et en devoirs.

La justice est l’une des conditions de l’existence. Rappelons que les dispositions de l’article 13 de l’acte constitutionnel fait obligation à chaque citoyen d’apporter son aide dans la lutte contre l’injustice même contre les membres de son clan ou de sa famille. A propos de la justice, Dieu leur ordonne : « d’observer strictement la justice...Ne suivez donc pas les passions afin de ne pas dévier de la justice » s4, v135

« Et que la haine pour un peuple ne vous incite pas à être injustes. Pratiquez la justice, cela est plus proche de la piété » s5, v8

« Et quand vous parlez, soyez justes même s’il s’agit d’un proche parent » s6, v152 « Et quand vous jugez entre les gens, de juger avec justice » s4, v58

Le prophète a dit : «  un jour d’un imâm juste vaut mieux que soixante années d’adoration ».