Accueil du site > Principes du Droit Islamique (Fiqh) > Genèse et évolution du Fiqh : Première étape
      

Genèse et évolution du Fiqh : Première étape

Publication en ligne : jeudi 2 décembre 2004, par Maître Simozrag

Genèse du Fiqh

Le Fiqh a pris naissance avec la mission du prophète Mohamed (psl). Dès le début de la révélation du Coran, le prophète s’est attaché à l’expliquer et appliquer ses enseignements sur le plan cultuel, moral et légal.

A ce moment-là, les problèmes posés aux musulmans trouvaient leurs solutions, soit dans le Coran, soit dans les actes ou les propos du prophète Mohamed (psl). Certains versets du Coran étaient révélés spécialement en réponse à certaines questions. Le Coran ordonne au prophète (psl) d’expliquer le Coran et nous ordonne à nous musulmans de suivre le prophète et de mettre en pratique ses instructions :

« Prenez ce que le prophète vous donne et abstenez-vous de ce qu’il vous interdit. » s59 v7

« Nous avons fait descendre sur toi le Coran afin que tu exposes clairement aux gens ce qu’on a fait descendre pour eux et afin qu’ils réfléchissent » s16 v44

Dès lors, les actes du prophète, ses dires, ses approbations, même par le silence, étaient regardés comme un enseignement et des règles de conduite à suivre. C’est la raison pour laquelle, le prophète leur a annoncé : « apprenez de moi vos rites », « priez comme vous m’avez vu prier ». Le prophète (psl) faisait lui-même l’Ijtihad (l’effort de réflexion) et l’apprenait à ses compagnons. Le Coran et la Sunna constituent, en effet, les fondements de base du Fiqh islamique. Compte tenu de leur richesse pédagogique et doctrinale, le Coran et la Sunna constituent des sources permanentes de règles et de méthodes qui ne cessent d’inspirer et d’alimenter les travaux des Faqihs (juristes et docteurs) jusqu’à nos jours.

Evolution du Fiqh

- A- Epoque des compagnons

Cette période s’étend du décès du prophète jusqu’à la fin du premier siècle de l’Hégire. Après le décès du prophète (psl), la construction de l’édifice juridique était parfaitement achevée. « Aujourd’hui, J’ai parachevé pour vous votre religion, et accompli sur vous Mon bienfait. Et j’agrée l’Islam comme religion pour vous » s5 v3

Le prophète a dit : « Je vous ai légué deux choses : si vous y tenez, vous ne vous égarerez jamais : le Livre d’Allah et ma Sunna »

L’expansion de l’Islam a mis les musulmans devant des faits nouveaux et des problèmes qu’ils ne connaissaient pas auparavant. Ils se trouvèrent confrontés à une réalité sociale différente de la leur, ce qui les a obligés de recourir à l’Ijtihad et à la réflexion. Leur méthode consistait à rechercher la solution d’abord dans le Coran puis dans la Sunna. A défaut de solution dans les deux sources, ils demandaient l’avis des savants et des jurisconsultes avant d’adopter la solution qui s’en dégage. C’est à cette époque que le consensus et l’opinion virent le jour. Signalons que la Sunna n’était pas codifiée et il n’y avait pas de compagnon qui connaissait de mémoire tous les hadiths, d’où la nécessité de réunir tous les compagnons pour certains cas complexes. Il y a lieu de noter que le consensus et l’Ijtihad doivent s’appuyer sur le Coran et la Sunna.

B- Epoque des Imâms jurisconsultes

Cette époque commence de l’an 100 à 350 de l’Hégire. Elle se caractérise par d’intenses activités juridiques, scientifiques et littéraires. C’était l’âge d’or du Fiqh, de la liberté de pensée et d’expression. Les facteurs qui ont contribué à l’épanouissement intellectuel au cours de cette période sont entre autres :
- 1- Le respect des Faqihs ;
- 2- La liberté d’opinion. Le gouvernement n’était pas enfermé dans une doctrine déterminée de manière à canaliser l’Ijtihad des Faqihs ou à limiter son champ d’activité ;
- 3- Le développement des discussions et des débats scientifiques entre les jurisconsultes et les savants ;
- 4- L’extension de l’Etat islamique vers d’autres nations et d’autres civilisations a stimulé le développement de l’Ijtihad et partant du Fiqh à l’occasion de la recherche de solutions aux multiples problèmes auxquels étaient confrontés les Faqihs ;
- 5- Les échanges et les contacts entre les savants qui voyageaient d’un pays à l’autre pour s’instruire et rapprocher les points de vue ;
- 6- La richesse du patrimoine légué par les deux siècles précédents. La Sunna était codifiée ainsi que les recueils d’exégèse et de Fatwas des compagnons et de leurs disciples, ce qui a permis aux savants d’élaborer des théories dans de nombreux domaines. Le Fiqh a connu un essor tel qu’il a dépassé le champ du réel pour s’étendre au virtuel, à des questions hypothétiques.