Accueil du site > Sectes des temps modernes > Impact des sectes sur l’appel islamique
      

Impact des sectes sur l’appel islamique

Publication en ligne : samedi 5 juin 2004, par Maître Simozrag

1-Peut-on inverser la question et se demander : quel est l’impact de la da’wa sur les sectes ?

Nous avons signalé au début que sans la défaillance de la da’wa, il n’y aurait certainement pas autant de sectes et en tous cas, même si leur existence était inévitable, elles ne prendraient pas une telle ampleur. En réalité les sectes n’ont fait qu’occuper un terrain abandonné par la da’wa. Ce sont elles qui font la da’wa et leur activisme est plus dynamique que celui de la vraie da’wa . Le monde est tel un champs agricole ou une terre en friche qui doit être cultivée, faute de quoi elle sera envahie par les mauvaises herbes. Les sectes ont tellement gagné du terrain que l’on est amené à s’interroger si la da’wa peut exercer une influence sur les sectes ?

On ne peut répondre que négativement à cette question, car le propre des sectes est l’endoctrinement intensif de leurs adeptes, ce qui les rend réfractaires et insensibles à tout appel. Celui qui entre dans une secte aura du mal à en sortir à cause de l’endoctrinement qu’il subit. La situation est d’autant plus grave que certaines sectes, outre les monts et merveilles de leurs promesses, distribuent des avantages matériels pour attirer des adeptes.

L’ignorance et la misère des masses leur facilitent la tâche. Les gens ont tendance à rechercher l’intérêt immédiat, surtout quand ils sont dans le besoin.

Il est important de signaler que certaines sectes islamiques, en particulier Ahmadiyya, applique la même stratégie que des sectes chrétiennes qui exercent un prosélytisme intensif.

Tout le monde sait que ces dernières déploient des efforts gigantesques dans le but d’évangéliser les musulmans. A titre d’exemple, les témoins de Jéhovah ont édité des millions de fascicules sur les méthodes et les techniques de conversion. ‘‘Comment convertir un musulman’’, c’est le titre de l’un de ces fascicules que tout prédicateur doit avoir avec lui. Ce prosélytisme est soutenu par des oeuvres sociales et humanitaires de grande envergure, telle la distribution de vivres, de soins de santé et de vêtements, la création d’établissements d’enseignement et de formation professionnelle dotés de bibliothèques et d’équipements informatiques modernes, de centres d’accueil et d’éducation pour handicapés, orphelins, prisonniers en fin de peine, etc.

Sans compter les médias : livres, tracts, journaux, revues, magazines, cassettes audio et vidéo, dvd (disc vidéo drive), les émissions de radio et de télévision, Internet, tous ces moyens sont utilisés par les sectes qui ne lésinent pas sur la propagande et le prosélytisme. Internet est un outil efficace pour les activités des sectes.

Leurs messages inondent les boîtes de courrier électronique.

Il y a d’innombrables sites qui s’attaquent à l’Islam et au Prophète Mohammed (s) ; d’autres diffusent un Islam déformé, c’est le cas de l’institut mystique américain qui fait la propagande pour un faux prophète nommé Sarkar Riad Ahmad Jawhar Chahi, établi au Pakistan.

Ce dernier, dont la photo serait gravée sur la pierre noire de la Kaaba, s’attribue la qualité de prophète de l’amour. Il répond, semble-t-il, aux questions implicites de ses disciples avant qu’elles ne soient formulées. On l’aurait vu dans divers endroits en même temps. On y trouve une multitude de sites diffusant l’identité et le programme de sectes pseudo-islamiques.

Citons entre autres les sites Ahmadiyya, Bahaï-ya, le site de Mahyeddine ibn Arabi (un hérétique ex-communié par les savants musulmans), le site de la nation d’Islam, dirigée par Louis Farakan. Selon les croyances de cette secte, Allah (SWT), se serait incarné dans la personne de Wille Ford Mohammed en 1930.

Ce dernier serait le messie pour les chrétiens et le Mahdi pour les musulmans. A l’instar des autres sectes, la nation d’Islam est contre le Jihad et pour une paix mondiale. Il ne fait pas de doute que ces sectes sont le résultat d’une conspiration satanique mondiale visant à freiner l’expansion de l’Islam et détruire ses fondements. Non seulement, ces sectes sont un obstacle à l’appel islamique, mais aussi la cause de l’immobilisme des musulmans. Cette situation peut s’expliquer de la manière suivante :

Premièrement : ces sectes ont réussi à endoctriner une grande partie des musulmans et influencer une autre si bien que le monde musulman compte actuellement plus de musulmans endoctrinés ou influencés que de musulmans indépendants. Leur mysticisme s’est mué en culture qui a empreint le comportement des masses musulmanes.

Deuxièmement : parce que ces sectes prêchent un islam déformé. Leurs discours mystificateur, centré sur des thèmes comme la paix, l’amour, l’inanité de ce bas monde, tendant à occulter l’actualité et ses tragédies quotidiennes, contribue moins à éveiller les musulmans qu’à les engourdir.

L’obligation du Jihad, celle de dénoncer le mal ne sont plus d’actualité, déchues du répertoire des devoirs. Et elles ont inculqué cette conception à la majorité des musulmans. Elles n’accordent aucune importance à une da’wa autre que leur propre prosélytisme pour recruter davantage de fidèles et multiplier les occasions de ‘‘walima’’ (réunions autour d’un plat). Les fonds destinés au financement de la vraie da’wa sont, dans la plupart des cas, utilisés à d’autres fins.

Troisièmement : pour qu’elle puisse convaincre, la da’wa doit être objective et indépendante. Or, ce que je sais de l’Afrique, chaque prédicateur appartient à une structure, une tendance ou une opinion, (par exemple la laïcité, Jafariya ou Tidjania), qu’il aimerait faire partager aux autres, ce qui fait que son appel et sa prédication sont moins consacrés à Allah et à l’Islam qu’à son opinion ou à la structure dont il dépend.

Quatrièmement : Les sectes sont des fragments d’une communauté brisée, divisée. Leur existence illustre et consacre cette division et cela ne peut qu’entraver la bonne marche de l’appel.

Cinquièmement : L’appel dans le monde musulman s’effectue dans un cercle restreint et selon des méthodes classiques, aujourd’hui dépassées. Les mêmes thèmes sont répétés dans les mêmes mosquées. L’actualité nationale et internationale n’est presque jamais abordée.

Sixièmement : Tout se passe comme si les associations, les mosquées, les sectes se font concurrence entre elles, chacune essayant d’attirer les fidèles de l’autre. D’où il résulte que les musulmans tournent en rond ; au lieu d’avancer, ils passent tout leur temps à se battre entre eux, à épuiser leur force dans une sorte de guerre de clans.

Non seulement, ils ont laissé le champ libre aux mouvements destructeurs, mais plus grave encore, ils sont eux-mêmes la proie du prosélytisme de ces mouvements, ce qui explique certaines conversions au protestantisme observées ces derniers temps.

Il en résulte non seulement une stagnation, un blocage au niveau de la da’wa, pire encore une régression, une marche en arrière, c’est-à-dire une inversion du sens de la marche de l’Islam. Tel est le complot ourdi par le sionisme et l’occident.

Mais Allah peut retourner le complot contre eux. Les nombreuses conversions spontanées, sans contrainte et sans appel, à la religion musulmane, sont la preuve de l’échec de ce complot. L’Islam, combattu chez lui, progresse ailleurs. D’autre part, il se peut fort bien que le branle-bas de ces sectes soit une publicité pour l’Islam. Nous n’avons pas le moindre soupçon sur la capacité d’Allah à faire en sorte que ces sectes finissent par perdre toute crédibilité car la vérité doit toujours triompher. « Ils complotèrent, mais Allah a fait échouer leur complot, et Allah est le meilleur en stratagèmes » (Coran 8.30). A condition que les musulmans sachent qu’ils ont un grand rôle à jouer dans la nouvelle bataille de la da’wa.

2 - Quelle alternative au phénomène des sectes ?

L’important est de savoir comment bénéficier des efforts publicitaires de ces sectes, sans entrer en conflit ouvert avec elles ?

Comment gagner les cœurs de ceux qui s’intéressent à l’Islam avant qu’ils ne soient endoctrinés ? D’une part, cela nous permettra de faire l’économie d’un combat aussi périlleux qu’inutile ; surtout que les méthodes classiques de lutte contre ces sectes semblent infructueuses ; d’autre part, d’épargner et/ou délivrer des multitudes de fidèles innocents, victimes de manipulations et de tromperie. Naturellement, cela ne veut pas dire qu’il faille cesser de dénoncer leurs méfaits, auquel cas on aurait failli au devoir de dénoncer le mal.

Il convient cependant de trouver un point d’équilibre, un juste milieu, entre le devoir de les combattre et la nécessité de sauver leurs disciples en majorité innocents. Cela implique :

1) Que le combat doit viser seuls les fondateurs et les responsables, et non les fidèles.

2) Que le combat doit être une affaire d’individus et non de groupes ou de structures et ce pour éviter les querelles de clans entre musulmans (guerre des associations) et aussi pour maintenir les relations avec ces sectes afin de pouvoir approcher leurs disciples et les ramener à la vérité.

3) Pour être crédible et convainquant, le prédicateur d’une région doit être étranger à cette région, et de préférence étranger à ce pays.

4) Que le prédicateur doit être d’une neutralité absolue. Il doit prêcher l’Islam et seulement l’Islam sans tendance et sans parti pris.

5) Que la sagesse et la meilleure exhortation, qui est une consigne divine, doit être la règle de base de toute entreprise de da’wa.

Cela en ce qui concerne la lutte contre les sectes. Pour ce qui est de la da’wa en général, celle-ci doit tenir compte d’un certain nombre de données liées au progrès de la science ainsi qu’à l’évolution des sociétés humaines. Face aux défis de la mondialisation, la tâche de la da’wa exige désormais des efforts conjugués, une stratégie nouvelle, des moyens et des méthodes modernes.

La méthode de prêche dans les mosquées s’est avérée insuffisante et inefficace. Parce que son impact se limite à la mosquée, alors que la da’wa doit toucher les masses populaires, musulmanes et autres. Les musulmans doivent cesser d’être sur la défensive. De plus, la seule prédication n’a pas la capacité ni de convaincre ni de changer des croyances et des modes de vie soutenus et entretenus par des systèmes et des médias très puissants. La da’wa doit reposer sur des réalisations concrètes sur le plan social, éducatif et médiatique. Les efforts à entreprendre sont les suivants :

-A court terme :

recruter et former des prédicateurs, multiplier les forums, les séminaires, les rencontres périodiques, les activités culturelles, créer des ONG (organisations non gouvernementales) à caractère humanitaire, multiplier les écoles d’enseignement primaire, créer des sites Internet ainsi que des émissions de radio et de télévision.

- A moyen terme :

Il est impératif, si l’on veut réussir la da’wa, de multiplier les établissements d’enseignement, du primaire au supérieur, les centres d’accueil et d’apprentissage, les dispensaires, les restaurants gratuits ou à tarif réduit, à l’exemple des restaurants du cœur, les œuvres de charité pour les nécessiteux, musulmans et non-musulmans, la création de stations de télévision et de radiodiffusion, l’édition de livres, de journaux et de périodiques, la multiplication de sites islamiques. La mondialisation, malgré ses inconvénients, est une ouverture qui permet à l’Islam de se développer et de se faire connaître, à condition que les musulmans s’y investissent. L’un des mérites de la mondialisation est qu’elle permette la libre concurrence entre le bien et le mal, entre le vrai et le faux. Les deux ont les mêmes chances dans ce nouveau combat médiatique ; les deux peuvent utiliser les sites Internet et les chaînes satellitaires, les deux peuvent se combattre à armes égales.

Il appartient aux musulmans de multiplier les œuvres sociales, de fonder une société civile mondiale ou une communauté mondiale indépendante des Etats, de mettre en place des ONG à caractère humanitaire. Ils doivent prendre conscience du fait que l’Islam est un message universel, qu’il est une miséricorde pour l’humanité, qu’ils sont chargés d’une mission universelle à l’image de l’universalité de l’Islam, que ce message a pour but de sauver l’humanité, que l’opération de sauvetage dépend d’eux, de leur intervention, de leur engagement et de leur dévouement pour la cause d’Allah.

Que le temps est venu de mettre en application les nombreuses directives du Coran et des hadîths sur les vertus de solidarité et de générosité, des dons et du partage, de l’aide aux pauvres, aux nécessiteux, aux veuves, aux orphelins et enfants de la rue, de satisfaire les besoins de santé, d’éducation, de nourriture, de logement, sans contrepartie bien sûr, contrairement aux sectes et aux missions chrétiennes qui visent par leur charité la conversion des bénéficiaires.

Ils doivent saisir l’opportunité de la mondialisation qui transcende les frontières nationales et qui leur offre les conditions matérielles et techniques favorables à l’accomplissement des bonnes œuvres dans le cadre du combat pour le bien et contre le mal.

« Et dis : oeuvrez, car Allah va voir votre œuvre, de même que Son messager et les croyants, et vous serez ramenés vers Celui qui connaît bien l’invisible et le visible. Alors Il vous informera de ce que vous faisiez. » Coran 9.105

« Et tout ce que vous avancez de bien pour vous-mêmes, vous le retrouverez auprès d’Allah. » Coran 2.110

« Et tout ce que vous dépensez de vos biens dans les bonnes œuvres vous sera récompensé pleinement. Et vous ne serez pas lésés » Coran 2.272

« Et toute dépense que vous faites (dans le bien), Il la remplace, et c’est Lui le Meilleur des donateurs » Coran 34.39

« Quiconque fait un bien fût-ce du poids d’un atome, le verra » Coran 99.7

« Ceux qui dépensent leurs biens dans le sentier d’Allah ressemblent à un grain d’où naissent sept épis, à cent grains l’épi. Car Allah multiplie la récompense à qui Il veut et la grâce d’Allah est immense, et Il est Omniscient. » Coran 2.261

« Et ceux qui dépensent leurs biens cherchant l’agrément d’Allah, et bien rassurés ( de Sa récompense), ils ressemblent à un jardin sur une colline. Qu’une averse l’atteigne, il double ses fruits ; à défaut d’une averse qui l’atteint, c’est la rosée. » Coran 2.265

« ...Et offrent la nourriture, pour son amour, au pauvre, à l’orphelin et au prisonnier (disant), ‘‘c’est pour le visage d’Allah que nous vous nourrissons : nous ne voulons de vous ni récompense ni gratitude’’ » Coran 76.8-9

« Mais non ! C’est vous plutôt, qui n’êtes pas généreux envers les orphelins ; qui ne vous incitez pas mutuellement à nourrir le pauvre, qui dévorez l’héritage avec une avidité vorace, et aimez les richesses d’un amour sans bornes. » Coran 89.17-20


2 Messages de forum

  • > Impact des sectes sur l’appel islamique 29 juillet 2005 16:17, par Oumm Habiba

    ALLAH EST LE PLUS SAVANT

    • > Impact des sectes sur l’appel islamique 11 février 2009 13:29, par melody

      machaallah, tt es dis ds ce texte, mais ou s adresser comment proceder quand on a pas de moyen ? du moins , au lieu de faire les oeuvres chacun de son coté, comment faire l unité ? ss tomber ds des sectes ect , tt es dis, mais par ou comencer au point de depard , la base l unification ? moi je sais pas comment y parvenir merci de me donner les liens, inchaallah khyr wa salam alekom wa rahmatollah !