Accueil du site > Exposés & Conférences > Islam et Medias - Partie 1
      

Islam et Medias - Partie 1

Conférence animée à Koudougou en janvier 2009

Publication en ligne : mardi 3 février 2009, par Maître Simozrag

Islam et Médias [1]

Par Ahmed Simozrag

1-Définition des concepts


a) On nomme média un moyen de diffusion d’informations (comme la presse, la radio, la télévision), utilisé pour communiquer.

Les médias permettent de diffuser une information vers un grand nombre d’individus sans possibilité de personnalisation du message. C’est la raison pour laquelle on parle également de média de masse (« mass-média » en anglais).

En audio, en vidéo et en informatique, on appelle Média le support sur lequel est physiquement stocké, contenu (dans le cas d’un simple fichier) ou transféré (dans le cas d’un message) une musique, un film, des photos ou plus généralement des données.
Les différents médias sont aujourd’hui :

- La presse écrite où les professionnels appliquent des techniques d’écriture journalistiques (basé essentiellement sur l’information).

- La radio où le journalisme utilise l’écriture radio.

- La télévision par la diffusion de montages vidéos commentés.

- Internet

- Le cinéma

Ces informations peuvent être relayées par des agences de presse, qui fournissent en information les rédactions abonnées. On compte trois grandes agences de presse généralisées dans le monde :

- AFP (France)

- Reuters (Grande Bretagne)

- Associated Press (E.U)
Source : Wikipédia

b) Islam est un mot d’origine arabe qui signifie « soumission à la volonté de Dieu ».
Etymologiquement, il est apparenté au mot SALAM qui signifie paix.
Religion révélée, l’Islam n’est pas fondé par Mohammed comme on a tendance à le faire croire.

L’Islam est la religion d’Abraham et de tous les prophètes, réactivée et parachevée par un message divin (le Coran) révélé au Prophète Mohammed.

L’Islam est une religion monothéiste et universelle. Elle s’appuie essentiellement sur une révélation divine (le Coran) qui s’adresse à l’humanité tout entière.

L’Islam ne se réduit pas à une simple spiritualité que l’on peut enfermer dans la conscience.
L’Islam est multidimensionnel. Il englobe et régit tous les aspects de la vie humaine.
Il est à la fois pratique, civilisation, foi, loi.
Non seulement la foi doit se traduire par les actes, mais aussi les actes sont régis par la loi.
Ces caractéristiques font de l’Islam un système de vie complet tendant à organiser le rapport de l’homme à soi, son rapport à Dieu et son rapport à l’autre.
Cependant, s’il est vrai que l’Islam constitue une religion unique, fondé sur un message unique (le Coran) et prônant le culte d’un Dieu unique, force est de reconnaître que les musulmans sont loin de former une communauté unique, homogène.
Si on peut parler de communauté à propos des musulmans, le moins que l’on puisse dire est que cette communauté est hétérogène, disparate.

Il y a des peuples musulmans, d’origines différentes, de cultures différentes et d’écoles différentes. Au sein de chaque peuple musulman, on trouve des croyants, des athées, des communistes, des laïcs, des libéraux qui se disent musulmans ou qui sont considérés comme tels du fait qu’ils sont citoyens ou originaires de pays musulmans.

Parmi les croyants, figurent des sensibilités différentes, des opinions différentes, des degrés d’engagement différents. Certains appartiennent à des structures apolitiques (sectes et associations humanitaires diverses), d’autres militent au sein de formations ou de partis politiques, d’autres encore sans-parti et sans appartenance.

Ceux qui sont engagés politiquement divergent sur les voies et les moyens d’action pour atteindre l’objectif visé. Les uns ne voient que la lutte armée comme moyen susceptible de conduire à l’objectif, les autres optent pour un changement par des moyens pacifiques ; parmi ceux-ci, certains préconisent le changement par le bas, c’est-à-dire la base, d’autres par le haut (le pouvoir), d’autres enfin combinent les deux voies.

C’est dire que la diversité est une caractéristique du monde musulman.

Les médias traduisent l’éternelle hostilité judéo-chrétienne à l’égard de l’Islam, laquelle hostilité s’est vue exacerbée par les sionistes depuis l’émergence de la république islamique d’Iran. Les médias reflètent l’image fidèle des croisés et des orientalistes et en reproduisent les mêmes calomnies contre l’islam.


Notes

[1] Conférence animée à Koudougou en janvier 2009