Accueil du site > Péché originel et Rachat > L’Islam et le péché originel, 1ère Partie
      

L’Islam et le péché originel, 1ère Partie

Publication en ligne : jeudi 28 août 2008, par Maître Simozrag

Première partie

Cet exposé a pour objet de réfuter les allégations du site "Facealislam" sur le péché originel. Rappelons que le péché originel est le péché de désobéissance commis par Adam et Eve. Ce péché n’a de valeur que chez certains chrétiens qui lui ont attribué ce nom. Le péché originel a certes existé mais il a été pardonné à ses auteurs, Adam et Eve. C’est pour cette raison qu’il n’a pas été transmis à leurs descendants.

La mort n’a rien à voir avec le péché originel. Elle fait partie du plan de la vie terrestre initialement créée comme étape nécessaire à la préparation de la vie éternelle. La vie ici-bas est un champ d’action et d’épreuve permettant à l’homme d’œuvrer afin de mériter le Bien-être de la vie éternelle. C’est un passage obligé d’expérimentation, d’exercice, et de purification pour ceux qui veulent se purifier.

Il en est de même pour le salut qui serait lié à la prétendue « mort du Christ sur la croix ». Le salut est sans fondement du fait que le péché originel est lui-même sans fondement. Il a été entièrement et définitivement pardonné. La preuve : le monde a connu des justes et des injustes avant et après l’époque du Christ, des élus et des damnés, des bons et des méchants avant et après l’avènement de Jésus.

L’article mis en ligne sur le site ‘‘Face à l’Islam’’ comporte des erreurs et des contradictions évidentes. L’auteur de l’article tente désespérément de trouver un lien entre l’Islam et la doctrine du péché originel, alors que cette doctrine n’a aucun fondement dans les enseignements de Jésus.

L’auteur de cet article aurait été plus inspiré de démontrer la relation supposée entre cette doctrine et le message de Jésus au lieu de s’escrimer à lui trouver des racines et un appui dans l’Islam. Il convient de souligner que les chrétiens orthodoxes rejettent cette doctrine :

« Le péché originel est une doctrine de la théologie chrétienne occidentale, à la différence du christianisme oriental qui l’ignore, dont la notion fut créée par Augustin d’Hippone au IVe siècle et confirmée pour l’Église catholique par un décret conciliaire promulgué en 1546 au cours du concile de Trente.

Selon cette doctrine, extrêmement débattue depuis ses origines, tout être humain se trouve en état de péché du seul fait qu’il relève de la postérité d’Adam. On parle parfois de premier péché, péché d’Adam ou encore péché de nos premiers parents.

Il n’y a, en fait, aucune notion de péché originel dans le texte de la Genèse racontant l’histoire d’Adam et Ève dans l’Eden. La formalisation du concept tient à une lecture de l’épître aux Romains, V:12 de Paul de Tarse explicitée par saint Augustin d’Hippone au IVe siècle dans sa lutte contre Pélage. Pélage considérait que la création était bonne...Ce concept de Péché originel est typiquement occidental. Les christianismes orientaux, quel que soit le nombre de conciles qu’ils reconnaissent, ne croient pas à cette doctrine, également étrangère au judaïsme et à l’islam. »

Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Peche_...

« Le terme de péché originel n’a pas d’existence dans l’Eglise d’Orient qui ne parle que du péché des premiers parents Adam et Eve. En ce qui concerne les conséquences de ce péché, l’Orient rejette la croyance que tous les hommes ont en fait péché et qu’ils naissent naturellement pécheurs. Seuls Adam et Eve ont réellement péché. » Source : Mgs Salim Bustros, la pensée chrétienne entre hier et aujourd’hui, site arabophone de l’association de l’enseignement chrétien d’Aleb. www.talimmasihi.com/ahadis_o... - 38k De même chez les Mormons, le péché originel n’est pas un acte négatif :

La chute d’Adam et Ève n’est pas considérée comme négative dans la théologie mormone. Alors que la majorité des religions chrétiennes y voit un acte négatif (péché), la désobéissance d’Adam et Ève est perçue comme le choix conscient de manger du « fruit de la connaissance du bien et du mal » afin de recevoir cette connaissance et d’avoir une postérité.

Les saints des derniers jours ne croient pas en la prédestination. Pour eux, Dieu, bien qu’omnipotent, n’agit pas à la place des hommes. Ceux-ci jouissent du libre arbitre et sont responsables des conséquences de leurs actes. Selon la théologie mormone, les hommes seront punis pour leurs propres péchés, et non pour la transgression d’Adam ; et les petits enfants qui meurent sans baptême sont sauvés dans le Christ. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Mormons

Jésus n’a parlé ni du péché originel ni de ses prétendues conséquences sur les descendants d’Adam. Au contraire, Jésus a enseigné que l’enfant naît pur sans péché. Jésus a dit : « Je vous le dis en vérité, si vous ne vous convertissez et si vous ne devenez comme les petits enfants, vous n’entrez pas dans les royaumes des cieux. C’est pourquoi, quiconque se rendra humble comme ce petit enfant sera le plus grand dans les royaumes des cieux » Matthieu 18.3-4

« Laissez venir à moi les petits enfants, et ne les en empêchez pas ; car le royaume de Dieu est pour ceux qui leur ressemblent. » Matthieu 19.13-15 ; Marc 10. 14 « Je vous le dis en vérité, quiconque ne recevra pas le royaume de Dieu comme un petit enfant n’y entrera point. » Marc 10. 15

Jésus a fait savoir que sa venue est la cause même des péchés de ceux parmi les juifs qui n’ont pas cru en lui.

« Si je n’étais pas venu et que je ne leur eusse point parlé, ils n’auraient pas de péché ; mais maintenant ils n’ont aucune excuse de leur péché. » Jean 15. 22

« Au Jour du jugement, les hommes rendront compte de toute parole vaine qu’ils ont proférée. » Mt 12.36

« Jésus vit, en passant, un homme aveugle de naissance. Ses disciples lui firent cette question : Rabbi, qui a péché, cet homme ou ses parents, pour qu’il soit né aveugle ? Jésus répondit : ce n’est pas que lui ou ses parents aient péché ; mais afin que les œuvres de Dieu, soient manifestées en lui. » Jean 9.1-3

Une telle réponse de la part de Jésus est l’expression d’un rejet catégorique du péché originel : si cet homme est né aveugle, ce n’est ni de sa faute ni de la faute de ses parents. C’est seulement par la volonté de Dieu, affirme Jésus.

Par ailleurs, aucun prophète n’a parlé du péché originel. Les Prophètes ont dit clairement que le péché n’est pas inné et que chacun est personnellement comptable de ses fautes :

« On ne fera point mourir les pères pour les enfants, et l’on ne fera point mourir les enfants pour les pères ; on fera mourir chacun pour son péché. » Dt 24.16

« L’âme qui pêche est celle qui mourra » Ez 18.4

« Le fils ne portera pas l’iniquité de son père et le père ne portera pas l’iniquité de son fils. La justice du juste sera sur lui et la méchanceté du méchant sera sur lui. » Ez 18.20

« Mais il ne fit pas mourir leurs fils, car il agit selon ce qui est écrit dans la loi, dans le livre de Moïse, où l’Éternel donne ce commandement : On ne fera point mourir les pères pour les enfants, et l’on ne fera point mourir les enfants pour les pères ; mais on fera mourir chacun pour son péché. » 2 Chroniques 25.4

« Mais il ne fit pas mourir les fils des meurtriers, selon ce qui est écrit dans le livre de la loi de Moïse, où l’Éternel donne ce commandement : On ne fera point mourir les pères pour les enfants, et l’on ne fera point mourir les enfants pour les pères ; mais on fera mourir chacun pour son péché. » 2 Rois 14.6

« Mais chacun mourra pour sa propre iniquité » Jérémie 31.30

« L’âme qui pèche, c’est celle qui mourra. » Ezéchiel 18.20 Tous les Prophètes ont annoncé la bonne nouvelle de la Clémence de Dieu, Sa grâce immense, Son pardon sans limites :

« Quel Dieu est semblable à toi qui pardonne l’iniquité, qui oublie les péchés du reste de ton héritage ? Il ne garde pas sa colère à toujours, car il prend plaisir à la miséricorde » Michée 7.18

« Si vos péchés sont comme le cramoisi, ils deviendront blancs comme la neige » Esaïe 1.18

« Que le méchant abandonne sa voie, et l’homme d’iniquité ses pensées ; Qu’il retourne à l’Eternel, qui aura pitié de lui, à notre Dieu, qui ne se lasse pas de pardonner » Esaïe 55.7

« Mais toi, tu es un Dieu prêt à pardonner, compatissant et miséricordieux, lent à la colère et riche en bonté » Néhémie 9.17

« Heureux l’homme qui ne marche pas selon le conseil des méchants, qui ne s’arrête pas sur la voie des pécheurs... » Psaumes 1.1

La mort existait indépendamment du péché originel.

« L’Éternel Dieu fit pousser du sol des arbres de toute espèce, agréables à voir et bons à manger, et l’arbre de la vie au milieu du jardin, et l’arbre de la connaissance du bien et du mal. » Genèse 2.9

« Mais quant au fruit de l’arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit : Vous n’en mangerez point et vous n’y toucherez point, de peur que vous ne mouriez. » Genèse 3.3

D’après ce passage, les deux arbres -l’arbre de la vie et l’arbre de la connaissance du bien et du mal- se trouvent au milieu du jardin.

Lequel des deux était interdit à Adam et Eve ? Si c’est l’arbre de la vie qui était interdit, cela suppose qu’Adam et Eve n’étaient pas éternels et qu’ils voulaient le devenir.

Si l’arbre interdit était celui de la connaissance du bien et du mal, cela suppose qu’Adam et Eve, avant qu’ils en mangeaient, étaient inconscients et donc irresponsables. Pourquoi Dieu leur reproche-t-Il quelque chose avant qu’ils aient la faculté de discernement ?

Le pardon a fait disparaître le péché originel. Il n’en subsiste aucune trace. L’expulsion du Paradis n’en est pas une car déjà prévue.

« Puis Adam reçut de son Seigneur des paroles, et Allah agréa son repentir car c’est Lui certes, qui agrée le repentir, le Miséricordieux. » s2 v37

« Son Seigneur l’a ensuite élu, agréé son repentir et l’a guidé. » s20 v122

« Et qui est-ce qui pardonne les péchés sinon Allah. » s3 v135 La mission d’Adam sur la terre était déterminée avant qu’il eût été créé.

Adam devait assumer la fonction de représentant (khalifa) sur la terre :

« Lorsque ton Seigneur dit aux anges : « Je vais installer sur la terre un représentant. Ils dirent : « Vas-Tu installer quelqu’un qui y fera régner le mal et y répandra le sang, alors que nous chantons Ta gloire et célébrons Tes louanges ? Il dit : Je sais ce que vous ne savez pas ! » s2 v30

Il n’a pas dit : Je vais installer au Paradis un représentant. Il a dit : « Je vais installer sur la terre un représentant ».

Cette information suffit à démontrer qu’Adam était destiné à habiter la terre avant sa création.

En outre, le Coran enseigne que Satan a montré à Adam l’arbre de l’immortalité.

« Mais Satan le tenta en lui disant : « Ô Adam ! Veux-tu que je te montre l’arbre de l’immortalité et un royaume impérissable. » s20 v120

Si Adam était immortel, il n’aurait pas eu besoin de l’arbre de l’immortalité. Et Satan ne lui aurait pas proposé l’immortalité.

La Bible enseigne qu’Adam n’était que poussière et que de toutes façons il devait retourner à la poussière :

Dans Genèse 3.19, Dieu dit à Adam « car tu es poussière, et tu retourneras dans la poussière. » Ce passage ne dit pas : « poussière vous êtes devenus ». Il dit : « car tu es poussière, et tu retourneras dans la poussière. »

C’est la confirmation de la Parole de Dieu en genèse 2.7 : « L’Eternel Dieu forma l’homme de la poussière de la terre. »

Le Coran dispense un enseignement similaire sur ce sujet :

« Nous vous avons prédestinés à la mort et rien ne Nous empêchera de vous remplacer par des êtres semblables à vous ou vous faire naître dans un état que vous ne savez pas. » s56 v60, 61

« Béni soit Celui qui détient le pouvoir suprême et qui est Tout- Puissant, qui a créé la vie et la mort pour vous éprouver et connaître ceux d’entre vous qui se conduisent le mieux. » s67 v1,2

« Nous n’avons accordé l’immortalité à aucun être humain avant toi. » s21 v34

Ces versets montrent que la mort a été créée indépendamment du péché originel.

Aussi, peut-on démontrer l’inexistence du péché original sous d’autres angles.

Si le péché originel avait une quelconque influence sur l’homme, comment se fait-il que Noé fût un homme juste et intègre, Genèse 6.9 ?

Comment se fait-il qu’Abraham fût béni en toute chose, Genèse 24.1 ?

Comment se fait-il qu’Elie monta au ciel (2Rois 2.11) ? S’il était impur du fait du péché originel, il ne serait pas monté au ciel !

Comment peut-on expliquer ces propos de Job : « Mais tu as dit à mes oreilles, et j’ai entendu le son de tes paroles : Je suis pur, je suis sans péché, je suis net, il n’y a point en moi d’iniquité » (Job 33.8,9) ?

Comment se fait-il qu’Abel était juste selon le témoignage de Paul et que son sacrifice fût accepté, (Ga 11.4 ; Gn 4.4) ?

Comment se fait-il que Lazare soit sauvé alors qu’il est mort avant l’évènement de la croix, Luc 16 21.14 ?

Jésus a enseigné qu’il y avait dans le monde des justes et des pécheurs indépendamment du péché originel : « Ce ne sont pas ceux qui se portent bien qui ont besoin de médecin, mais les malades...Car ce ne sont pas les justes que je suis venu appeler à la repentance, mais ce sont les pécheurs. » Matthieu 9.12-14 ; Marc 2.17 ; Luc 5.31-32

Avant la création d’Adam et avant sa descente sur la terre, Allah lui a soumis tout ce qui est dans les cieux et tout ce qui est sur la terre, s45 v13.

« Ne voyez-vous pas que Dieu a mis à votre service tout ce qui est dans les cieux et sur la terre, et qu’Il vous a comblés de Ses bienfaits apparents et cachés ? » s31 v20

Les théoriciens du péché originel soutiennent que l’Homme a été créé pur et qu’ensuite il a été souillé par le péché originel. Jésus serait donc venu, selon ces mêmes théoriciens, restituer à l’homme sa pureté originelle grâce au sacrifice de la croix.

Cette théorie ne tient pas la route pour la simple raison que le problème de pureté originelle est un faux problème.

Et comme un faux problème entraîne forcément une fausse solution, il n’est guère étonnant qu’il en résulte des fausses théories commençant par le péché originel et finissant par la Rédemption en passant par la croix.

D’abord, que faut-il entendre par pureté originelle ? Etait-elle absolue ou relative ? L’homme a-t-il pu la retrouver grâce au « sacrifice de Jésus » ?

Ensuite, comment se fait-il qu’Adam, censé être pur, fût tombé dans le piège de Satan ?

Pourquoi Dieu n’était-il pas venu à son secours pour l’empêcher de manger le fruit interdit ? Telles sont les questions légitimes auxquelles les intéressés doivent répondre.

Voici, à titre de contribution, une esquisse de réponse à ces questions :

1-L’homme n’était pas parfaitement pur et pour preuve il s’est laissé berner par Satan. S’il était absolument pur, il n’aurait pas succombé à la tentation satanique.

2- Dieu l’a déjà averti, l’avertissement vaut excuse, et partant dispense totale de responsabilité de la part de Dieu. .

3- Adam n’a pas prié Dieu de le mettre à l’abri de la tentation du Diable. Il a donc compté sur soi. C’était une forme de suffisance incompatible avec la pureté parfaite.

4- Ces événements étaient connus d’avance par Dieu. Ils étaient donc prévus et intégrés dans le plan de la vie. Le péché originel n’a rien ajouté à ce plan ni retranché.

Allah a placé dans l’âme humaine les deux penchants pour le bien et pour le mal. Le Coran informe :

« Par l’âme et Celui qui l’a harmonieusement façonnée et lui a inspiré son immoralité et sa piété » S91 v7,8 « Ne lui avons-Nous pas indiqué les deux voies possibles ? » s90 v10

Interrogé sur le péché originel, Sheikh Ahmad Kutty a donné cette réponse :

« Du point de vue coranique, l’être humain a été créé avec un penchant égal vers le bien et vers le mal. Dieu dit dans le Coran : « Et par l’âme et Celui Qui l’a harmonieusement façonnée ; et lui a alors inspiré son immoralité, de même que sa piété ! A réussi, certes, celui qui la purifie. Et est perdu, certes, celui qui la corrompt. »

Par conséquent, et à la lumière d’autres versets coraniques, chacun d’entre nous a une propension au bien et au mal. Donc, d’un point de vue islamique, nous avons la possibilité de choisir entre les deux voies, celle du bien ou du mal, et nous serons rétribués en conséquence.

Les êtres humains eux-mêmes reconnaissent lorsqu’ils ont commis un péché qu’ils avaient la possibilité de l’éviter. Lorsqu’ils accomplissent une bonne action, ils en ont également le choix et sont contents de le faire.

Si les êtres humains péchaient contraints et forcés, le châtiment qui s’ensuivrait ne procèderait d’aucune sagesse. Mais Dieu est le Très Sage le Très Juste. Il nous a assuré dans le Coran que : « Nul ne portera le fardeau d’autrui ».

Cela signifie que le péché d’Adam n’a pas été transmis à sa descendance. Il a payé pour son propre péché et nous aurons à payer pour nos propres péchés, à moins que Dieu nous pardonne.

Dans ce domaine, la conception islamique est en parfaite harmonie avec la raison et avec la révélation. Elle est également en harmonie avec l’Évangile et l’Ancien Testament, avant que les Chrétiens n’inventent la doctrine du péché originel.

Certains historiens ont en effet mis en évidence que le concept de péché originel et la crucifixion de Jésus, ainsi que les péchés de l’espèce humaine ont été importés dans le christianisme de sources païennes. Et Dieu est le plus savant. » Source : http://www.islamophile.org/spip/Le-...

L’auteur de l’article en discussion prétend que l’islam croit au péché originel. A ce sujet, il cite le verset coranique ci-après et le fait suivre d’un commentaire :

« Puis Satan les fit trébucher et il les chassa du lieu où ils se trouvaient. Et Nous avons dit : "descendez en, VOUS serez ennemis les uns des autres, vous trouverez sur la terre un lieu de séjour et jouissance jusqu’au terme fixé. Puis, Adam reçut de son Seigneur des paroles et Dieu accueillit son repentir. Il est Celui qui pardonne et Il est le miséricordieux vraiment. c’est Lui certes, le Repentant, le Miséricordieux. - Nous avons dit : "Descendez VOUS tous du Paradis ! Puis une Direction vous sera certainement donnée de Ma part. Ni crainte, ni tristesse n’affligeront ceux qui suivent ma direction. » S. 2:36-38 Trad. Suat YILDIRIM

Le susdit texte montre expressément que le péché d’Adam avait un impact négatif sur toutes les générations futures puisqu’en arabe le "VOUS" dans les versets 2:36-38 est au pluriel (renvoyant à plus de deux personnes), par opposition au duel.

Et nous savons que le pluriel dans la Sourate 2:38 ne peut pas faire allusion à Satan car il est condamné à l’enfer et ne peut pas suivre les directives qui viennent d’Allah. Il est donc évident que le pluriel se réfère à toute l’humanité, que l’humanité a subi l’expulsion en raison d’Adam

Réponse :

Le duel arabe ne peut être traduit autrement que par vous. Le verbe « descendez-en tous » est exprimé en duel dans la Surate 20 (Taha) verset 123, qui dit « Ahbita » « descendez-en tous, vous serez ennemis les uns des autres ».

L’impératif au duel « descendez-en » vise Adam et Iblis. Al-Qurtubi affirme que la parole s’adresse à Adam et Iblis, car Adam et Eve n’étaient pas ennemis l’un de l’autre.

Concernant le même verbe exprimé au pluriel dans 2.36 et 2.38 « Descendez-en, vous serez ennemis les uns des autres », les exégètes ont émis deux avis sur les personnes concernées par ce pluriel. Selon le premier avis, l’ordre s’adresse à Adam, Eve, Iblis et le serpent.

Mais selon le deuxième avis, l’ordre s’adresse à Adam et ses descendants et Iblis et ses descendants.

A part l’expulsion d’Adam et Eve du Paradis, chose qui était déjà programmée par Dieu, le péché d’Adam n’avait aucun « impact négatif » sur les générations futures.

Le péché originel a été pardonné. Pardonner à quelqu’un c’est effacer ses fautes et les oublier. Le péché connut son règlement définitif avec le pardon ; les enfants d’Adam n’héritent pas d’une faute qu’ils n’ont pas commise, et de surcroît pardonnée.

Adam a bénéficié d’une totale absolution qui s’est manifestée par une assistance divine permanente matérialisée par l’envoi de prophètes et de messages, par l’ennoblissement des fils d’Adam et par un dispositif de grâce fonctionnant continuellement.

Dieu avait une parfaite connaissance de ce qui allait se passer avant et après le péché originel et s’Il voulait à Adam et Eve un Paradis sans risque, sans épreuve et sans accident, Il n’aurait pas laissé Satan s’approcher d’eux.

Leur destin était déjà tracé, les Livres et les Prophètes étaient déjà prévus dans le programme, le Registre de la vie.

Dieu n’a pas créé Adam et Eve pour qu’ils vivent comme des anges, sans péché. Le péché n’a aucune conséquence sur leur progéniture puisque, non seulement, il a été effacé mais encore, les fils d’Adam et Eve n’ont pas à supporter la faute de leur père et mère, c’est incompatible avec la justice divine.

Il n’y a pas de raison de subir les conséquences d’un mal qu’ils n’ont pas fait. Chacun est personnellement responsable de ses actes, c’est un principe décrété tant par la Bible que par le Coran.

L’auteur poursuit :

Ibn Kathir a fait quelques commentaires assez intéressants par rapport à un autre texte, spécialement la Sourate 7:172, qui sont tout à fait pertinents pour notre discussion : En commentant cette Ayah (7:172), At-Tirmidhi a enregistré qu’Abu Hurayrah a dit que le Messager d’Allah a dit, ... ((... Donc Adam a nié et SA PROGÉNITURE L’A SUIVI (niant le pacte d’Allah), Adam a oublié et SA PROGÉNITURE A OUBLIÉ, Adam a fait une erreur et SA PROGÉNITURE A FAIT DES ERREURS.))

At-Tirmidhi a dit, "Cet Hadith est Hasan Sahih, et il a été rapporté par des chaînes variées de narration par Abu Hurayrah du Prophète. Al-Hakim l’a aussi enregistré dans son Mustadrak et a dit ; Sahih selon les critères de Muslim et ils ne l’ont pas enregistré." ... (Tafsir Ibn Kathir (Abridged) (Surat Al-A‘raf to the end of Surah Yunus), First Edition : May 2000, Volume 4, pp. 201-203)

Réponse :

Que dit le verset 7.172 « Et quand ton Seigneur tira des lombes des fils d’Adam leurs descendants et les fit témoigner sur eux-mêmes, en leur demandant : « Ne suis-Je pas votre Seigneur ? » Et ils répondirent : « oui, nous en témoignons ! » Et ce, afin que vous ne disiez pas le jour de la résurrection : « Nous avons été pris au dépourvu ».

Le Verset ne dit pas que Dieu a pris l’engagement d’Adam à la place de ses descendants. Le verset dit qu’Allah a pris l’engagement des fils d’Adam. Et nombreux sont les Hadiths authentiques qui expliquent ce verset, entre autres, ce Hadith cité plus loin par l’auteur, que je reproduis dans sa version intégrale :

« Quand Allah créa Adam, II caressa avec Sa Main son dos. Ainsi toutes les âmes qui doivent naître de sa progéniture jusqu’au jour du Jugement, sortiront de son dos.

Sous les yeux de chaque être humain II fit une lumière brillante et la mit devant Adam. Adam dit : ’O Seigneur ! Qui sont ceux-ci ?’ Il répondit : ’Ils sont ta progéniture’. Il vit un homme parmi eux dont la lumière l’attira. Adam demanda : ’O Seigneur ! Qui est ceci ?’ Allah lui répondit : ’C’est un homme de parmi les dernières nations de ta progéniture, appelé David’. Il lui demanda : ’O Seigneur ! Son âge est combien d’années ?’ Allah dit : ’60 ans’. Adam demanda à Allah : ’O Seigneur ! Donne-lui de mon âge 40 ans de plus’. Quand l’âge d’Adam fut achevé, l’Ange de la mort vint à lui, Adam lui dit : Ne me reste-t-il pas encore 40 ans ?. L ’Ange dit : Ne les as-tu pas donnés à ton fils David. Il renia et sa progéniture renia, il oublia et sa progéniture oublia aussi, il se trompa et sa progéniture se trompa aussi ». Rapporté par Abu Dawud (4703), Tirmidhi (3078) d’après Abu Hurayra. Cité par al-Albani dans son recueil authentique (5084) et dans takhridj assunna (204-205).

La dernière phrase du Hadith : « Il renia et sa progéniture renia, il oublia et sa progéniture oublia, il se trompa et sa progéniture se trompa aussi » ne signifie nullement la transmission héréditaire du péché originel.

Elle fait allusion à l’hérédité des caractères. Ces caractères sont inhérents à la nature de l’homme, il y a une nuance entre des caractères innés et un péché originel contingent, accidentel.

Tous les hommes renient, oublient et se trompent, car ils ont été créés faibles, comme le dit Allah « l’homme a été créé faible » s4 v28. Et comme le dit aussi le prophète : « Tout fils d’Adam est pécheur, et les meilleurs pécheurs sont ceux qui se repentent ». Hadith rapporté par Tirmidhi, Ibnu Maja et al-Hakim

Cependant, aucun homme n’hérite du péché de l’autre, ni de la faute de l’autre. Chaque homme répond de sa propre faute. Dans ce sens, la règle coranique est très claire : « Nul ne commet le mal qu’à son propre détriment, et nul n’aura à assumer les fautes d’autrui. » s6 v164

« Nous avons rendu tout homme responsable de sa destinée et, le Jour de la résurrection, Nous lui présenterons un livre qui sera, sous ses yeux, étalé. » s17 v13

« Quiconque aura alors fait le poids d’un atome de bien le verra et quiconque aura commis le poids d’un atome de mal le verra. » s99 v7-8

Le Prophète (Paix et Salut sur lui) a indiqué des occasions de purification totale de tous les péchés, par exemple : Abu Hurayra rapporte : « J’ai entendu l’Envoyé de Dieu -sur lui la grâce et la paix- dire :

« Celui qui accomplit son pèlerinage sans tenir de propos licencieux et sans commettre de turpitude redeviendra comme il était le jour où sa mère l’a mis au monde » (Bukhari et Muslim)

Shaddad ibn Aous rapporte : j’ai entendu le Prophète -sur lui la grâce et la paix- dire : « Allah- Le Glorieux, le Majestueux a dit : Lorsque J’éprouve un de Mes serviteurs croyants et qu’il Me loue pour l’épreuve que Je lui fais subir, il se lèvera de son lit comme le jour où sa mère l’a mis au monde. » Tabarani

L’auteur écrit :

Les ahadith vont même plus loin puisque non seulement les ahadith conviennent qu’Adam a expulsé l’humanité du paradis à cause de son péché, mais affirment même qu’Allah l’y avait réellement prédestiné pour lui et sa progéniture !

D’après Abu Huraira : Le Prophète a dit, "Adam et Moïse se sont disputés l’un avec l’autre. Moïse a dit à Adam. ’O Adam ! Vous êtes notre père qui NOUS A DÉÇU ET NOUS A SORTI DU PARADIS.’ Alors Adam lui a dit, ’O Moïse ! Allah vous a préféré avec Sa conversation (vous a parlé directement) et Il a écrit (la Torah) pour vous avec Sa Propre Main. Me reprochez-vous l’action qu’ALLAH AVAIT ÉCRITE DANS MON DESTIN quarante ans avant ma création ?’ Donc Adam a réfuté Moïse, Adam a réfuté Moïse," a ajouté le Prophète, en répétant la déclaration trois fois. (Sahih al-Bukhari, Volume 8, Book 77, Number 611)

Réponse :

Ce Hadith est de nature à démonter les arguments de l’auteur. D’après ce Hadith, Adam n’assume aucune responsabilité concernant le péché originel. Il le dit clairement : « Me reprochez-vous l’action qu’ALLAH AVAIT ÉCRITE DANS MON DESTIN quarante ans avant ma création ? »

Adam devait effectuer un bref séjour au Paradis avant de s’installer sur la terre. Son passage au paradis lui a permis d’apprendre le sens de la vie, les conséquences de la désobéissance à l’ordre de son Seigneur et jusqu’où son ennemi pouvait l’entraîner. Adam a passé un stage au Paradis au cours duquel il reçut un enseignement pratique indispensable à la vie sur terre qui l’attendait.

L’auteur écrit :

D’après Abu Huraira : Le Prophète a dit, " Si ce n’avait pas été pour les Bani Israel, la viande ne pourrirait pas ; et si ce n’avait pas été pour Eve, aucune femme ne trahirait son époux. (Sahih al-Bukhari, Volume 4, Book 55, Number 611)

Hammam b. Munabbih a dit : Ceux-ci sont certains des ahadith qu’Abu Huraira (Allah soit satisfait de lui) nous a rapporté du Messager d’Allah (puisse la paix être sur lui) et un d’entre ceux-ci est (celui-ci) : Le Messager d’Allah (puisse la paix être sur lui) a dit : Si ce n’avait pas été pour les Bani Isra’il, les aliments ne deviendraient pas rassis et le repas ne deviendrait pas mauvais ; et si ce n’avait pas été pour Eve, une femme n’aurait jamais agi infidèlement envers son mari. (Sahih Muslim, Book 008, Number 3472)

Réponse :

Concernant le Hadith du prophète (Paix et Salut sur lui) : « si ce n’était les fils d’Israël, la viande ne pourrirait pas, et si ce n’était Eve, aucune femme ne trahirait son époux. »

A l’origine du premier récit, les enfants d’Israël avaient conservé la viande des cailles jusqu’à ce qu’elle pourrisse. Alors qu’ils avaient reçu ordre de ne pas la conserver. Ils avaient de ce fait introduit une pratique en rapport avec le pourrissement de la viande. Tandis que le deuxième récit s’explique par le fait que Eve, en poussant Adam à manger le fruit de l’arbre, avait trahi son époux.

Elle avait, en tant que mère, influencé par son comportement ses filles, c’est-à-dire les autres femmes. Le mot « trahir » fait allusion au fait que Eve a succombé à la tentation de Satan et y entraîna, à son tour, son époux. Il ne s’agit nullement d’une trahison au sens d’infidélité conjugale.

Là aussi, c’est un caractère qui a été transmis par la mère à ses filles. Ce caractère s’est traduit par les actes, le comportement. Ce n’est pas lié au péché originel, c’est une prédisposition naturelle, un comportement inhérent à la nature de la femme. Si bien que notre mère Eve pouvait difficilement y échapper. Elle était prédisposée à céder à la tentation, mais elle n’était pas condamnée à y succomber.

Elle aurait pu résister, elle en avait la capacité, s’agissant d’un penchant qu’elle pouvait facilement réprimer. Si elle l’avait fait, elle aurait introduit une pratique louable et un enseignement exemplaire. Cependant, il serait injuste d’accuser toutes les femmes de faiblesse face aux tentations de Satan.

Il y a des femmes qui y résistent de manière irréductible. La preuve : toutes les femmes ne sont pas infidèles et toutes les femmes n’ont pas été appâtées par Satan, Nous avons des exemples dans les épouses et les filles des prophètes, dans Assia, la femme du Pharaon, Marie, la mère de Jésus, Khadidja, Fatima Zahra, Aïsha, Hafsa, Ruqayya, et bien d’autres, parmi les générations passées et actuelles. Ce qui prouve encore une fois que le péché originel n’a aucune impact ni sur le comportement ni sur le caractère des femmes. Source : http://almoslim.net/node/64490 Voir aussi : http://www.saaid.net/mktarat/alzawa...

L’auteur écrit :

Un autre exégète, Al-Tabari, rapporte l’histoire suivante concernant la chute d’Adam et d’Eve : D’après Yunus- Ibn Wahb- Ibn Zayd (commentant le mot de Dieu : "et il a chuchoté”) : Satan chuchota à Eve à propos de l’arbre et réussi à l’emmener vers (l’arbre) ; alors il l’a fait sembler bon à Adam. Il continua. Lorsqu’Adam ressenti le besoin (d’Eve), il l’appela, et elle dit : Non ! à moins que vous alliez là. Lorsqu’ il est allé, elle dit encore : Non ! à moins que vous mangiez de cet arbre. Il continua. Tous deux mangèrent de (l’arbre), et leurs parties secrètes leurs devinrent évidentes. Il continua. Adam circula alors du paradis en volant. Son Seigneur l’appela : Adam, est-ce de Moi que vous vous sauvez ? Adam répondu : Non, mon Seigneur, mais je me sens honteux. Quand Dieu demanda ce qui avait causé son ennui, il répondit : Eve, mon Seigneur. Sur quoi Dieu dit : Maintenant il est dans Mon obligation de faire en sorte qu’elle saigne une fois par mois, comme elle a fait saigner cet arbre. Je la rendrais STUPIDE bien que j’avais créé son intelligence (halimah), et l’inciterais à souffrir durant la grossesse et à donner naissance avec difficulté bien que J’avais rendu facile pour elle d’être enceinte et de donner naissance.

Ibn Zayd dit : Sans l’affliction qui avait affecté Eve, les femmes de ce monde n’auraient pas de menstrues, et ELLES SERAIENT INTELLIGENTES, et, lorsqu’elles sont enceintes, elles accoucheraient facilement. (The History of Al-Tabari : General Introduction and From the Creation to the Flood, translated by Franz Rosenthal [State University of New York Press, Albany], Volume 1, pp. 280-281)

Réponse :

Le commentaire d’un exégète traduit une opinion personnelle qui n’engage que son auteur,

D’une part, ce commentaire ne s’appuie sur aucune preuve légale. Ni le Coran ni le hadith n’expriment de tels propos. D’autant plus que beaucoup d’exégèses s’inspirent des légendes bibliques. C’est bien le cas de ce commentaire qui est un résumé du chapitre 3 de la Genèse.

D’autre part, il y a dans ce commentaire des absurdités qui ne correspondent aucunement à la réalité. Le fait de manger le fruit ne fait pas saigner l’arbre. La femme n’est pas stupide contrairement aux allégations de ce commentaire. Les menstrues sont une saignée naturelle indispensable à la bonne santé de la femme.

La menstruation permet de purger l’organisme de toutes ses impuretés. Elle est Indispensable au corps sain, elle est de même indispensable à la féminité : pas de femmes sans règles. Cette fonction qui donne à la femme son identité relève évidemment d’une régulation organique rattachée à un ordre naturel. Ce « balancier interne qui fait le juste équilibre féminin » selon le mot de l’anthropologue Yvonne Verdier46, relie au cycle parfait de l’univers celles dont la « mission » sur terre est d’enfanter, mission qui s’accomplira d’autant plus facilement que la femme sera réglée comme une horloge. « Aussi, toute perturbation, retard ou absence, sont intolérables et contre-nature en ce qu’ils menacent et la santé et la fonction de la femme. »

En outre, ce sang a pour fonction de nourrir le fœtus lorsque la femme est enceinte. Puis ce même sang se change en lait après l’accouchement. Lorsque la femme n’est pas enceinte, ce sang, alors inutile, est évacué à un moment précis. Source : http://al-mumtahanah.over-blog.com/...

La reproduction étant l’un des objectifs de la création d’Eve. Sans le mécanisme de la menstruation, la reproduction n’est pas possible. Il résulte de ces données que le péché originel n’a rien à voir avec les propriétés physiologiques de l’organisme humain.

L’auteur écrit :

Caïn est également pris en tant que responsable de la chute de l’homme, en particulier les meurtriers : D’après Abdullah : Le Prophète a dit, "Personne n’est tué injustement, mais le premier fils d’Adam aura une partie de son fardeau." Sufyan a dit, "... une partie de son sang parce qu’il a été le premier à établir la tradition du meurtre." (Sahih al-Bukhari, Volume 9, Book 92, Number 423)

Réponse :

Ce Hadith est mal traduit, la traduction exacte est : « Le premier fils d’Adam porte une part de responsabilité pour chaque sang versé injustement parce qu’il a été le premier à introduire la tradition du meurtre. » Cette version est la même que celle rapportée par Ibn Mas’ûd : « L’aîné des fils d’Adam porte une part de responsabilité pour tout sang versé injustement, car c’est lui qui institua le meurtre. » (Bukhari et Muslim).

Ce Hadith est confirmé par un autre qui dit : « Quiconque introduit dans l’islam une pratique (sunna) louable en retirera une double récompense : La première pour l’avoir introduite, la seconde constituée par la somme des récompenses acquises par ceux qui l’auront imité sans que cela ne diminue en rien leur propre récompense. Mais quiconque introduit dans l’islam une pratique blâmable se verra pénalisé d’une double faute : La première pour avoir introduit cette pratique et la seconde constituée par l’ensemble des fautes commises par ceux qui l’auront imité sans que cela ne diminue en rien leurs propres fautes. » (Muslim)

Le fait que le premier fils d’Adam, Caïn, ait commis le premier meurtre, lui fait porter une part de responsabilité dans chaque meurtre commis sur la terre. Selon ce Hadith, il est question d’imitation, d’exemplarité et non d’hérédité. Le péché originel n’est nullement concerné.

L’auteur écrit :

Ce que les données précédentes impliquent est que le péché d’Adam et d’Eve a eu un impact sur eux-mêmes ainsi que sur leurs descendants. Cela signifie que nous devrions nous attendre à trouver le Coran enseigner que l’homme est né coupable, méchant, corrompu etc., à la suite du premier péché ou péché originel. C’est en fait, ce que nous trouvons avec précision dans l’enseignement du Coran. 1. L’homme est injuste et ingrat. Il vous a accordé de tout ce que vous Lui avez demandé. Et si vous comptiez les bienfaits de Dieu, vous ne sauriez les dénombrer. L’homme est vraiment très injuste, très ingrat. S. 14:34 Que périsse l’homme ! Qu’il est ingrat ! S. 80:17

L’homme est, certes, ingrat envers son Seigneur ; et pourtant, il est certes, témoin de cela ; et pour l’amour des richesses il est certes ardent. S. 100:6-8

2. L’homme est fou et ne fait pas ce qui est commandé. Nous avions proposé aux cieux, à la terre et aux montagnes la responsabilité (de porter les charges de faire le bien et d’éviter le mal). Ils ont refusé de la porter et en ont eu peur, alors que l’homme s’en est chargé ; car il est très injuste [envers lui-même] et très ignorant. S. 33:72 Eh bien non ! [L’homme] n’accomplit pas ce qu’Il lui commande. S. 80:23

3. L’homme a été créé impatient. Oui, l’homme a été créé instable [très inquiet] ; quand le malheur le touche, il est abattu ; et quand le bonheur le touche, il est refuseur. Sauf ceux qui pratiquent la Salat qui sont assidu à leurs Salats, et sur les biens desquels il y a un droit bien déterminé [la Zakat] S. 70:19-24 L’homme appelle le mal comme il appelle le bien, car l’homme est très hâtif. S. 17:11

4. L’homme a été créé faible. Dieu veut vous alléger (les obligations,) car l’homme a été créé faible. S. 4:28

5. L’homme s’incline au mal. Je ne m’innocente cependant pas, car l’âme est très incitatrice au mal, à moins que mon Seigneur, par miséricorde, [ne la préserve du péché]. Mon Seigneur est certes Pardonneur et très Miséricordieux". S. 12:53

Réponse :

Il est clair que tous ces versets parlent des caractères naturels de l’être humain, de ce qui est inné en lui et non pas acquis à cause du péché originel. Dieu a créé l’homme avec des tendances égales, équilibrées entre le bien et le mal, la piété et l’impiété, la vertu et le vice. L’homme est libre de choisir entre ces deux voies, entre le bien et le mal. Et Dieu le guide vers le but qu’il se serait fixé et le choix qu’il aurait fait.

Chez certains, la tendance au mal domine, non pas en raison du péché originel, mais du fait qu’ils se laissent facilement emporter par leurs mauvais instincts. D’autres, au contraire, leur foi leur donne la force de résister aux tentations sataniques et Dieu intervient souvent pour renforcer leur capacité de résistance. Dans tous les cas, il n’est nullement question de péché originel. « Ne lui avons-Nous pas indiqué les deux voix possibles ? » s90 v10 « Et par l’âme et Celui Qui l’a harmonieusement façonnée ; et lui a alors inspiré son immoralité, de même que sa piété ! A réussi, certes, celui qui la purifie. Et est perdu, certes, celui qui la corrompt. » s91 v7-10

L’humanité n’a jamais été dépourvue d’hommes de bien, bienfaiteurs, vertueux, justes. Ceux-ci ont de tous temps existé. De sorte que la marque du péché originel n’existe nulle part.

« Tel est l’argument d’Abraham contre son peuple. Nous élevons en haut rang qui Nous voulons. Ton Seigneur est Sage et Omniscient. Et Nous lui avons donné Isaac et Jacob et Nous les avons guidés tous les deux. Et Noé, Nous l’avons guidé auparavant. Et Nous lui donnâmes aussi, comme descendants, David, Salomon, Job, Joseph, Moïse et Aaron. C’est ainsi que Nous récompensons les hommes de bien. Il en fut de même de Zacharie, de Jean baptiste, de Jésus et d’Elie, qui étaient tous des hommes vertueux ; ainsi que d’Ismaël, d’Elisée, de Jonas et de Loth, que Nous avons tous élevés au rang d’élus. De même une partie de leurs ancêtres, de leurs descendants et de leurs frères, Nous les avons choisis et guidés vers un chemin droit. » s6 v83-87

« Et Ismaël, Idriss, et Dûl-Kifl ! Qui étaient tous endurants ; que Nous fîmes entrer en Notre miséricorde car ils étaient vraiment du nombre des gens de bien. Et Dun-Num (Jonas) quand il partit, irrité. Il pensa que Nous n’allions pas l’éprouver. Puis, il fit, dans les ténèbres, l’appel que voici : « Pas de divinité à part Toi ! Pureté à Toi ! J’ai été vraiment du nombre des injustes ». s21 v85-87

Nous l’exauçâmes et le sauvâmes de son angoisse. Et c’est ainsi que Nous sauvons les croyants. Et Zacharie, quand il implora son seigneur : « Ne me laisse pas seul, Seigneur, alors que Tu es le meilleur des héritiers. » s21 v88-89

Nous l’exauçâmes, lui donnâmes Yahya et guérîmes son épouse. Ils concouraient au bien et Nous invoquaient par amour et par crainte. Et ils étaient humbles devant Nous. » s21 v90

Parmi les gens du Livre, témoigne le Coran, il y avait « des gens vertueux et d’autres qui l’étaient moins. » s7 v168 « Parmi eux il y a une communauté pieuse dont les membres passent des nuits entières à réciter les versets de Dieu et à se prosterner. Ils croient en Dieu et au Jour dernier ; ils ordonnent le bien, réprouvent le mal et s’empressent d’accomplir de bonnes œuvres. Ceux-là sont au nombre des justes. » s3 v113-114

« Les musulmans et musulmanes, croyants et croyantes, les hommes pieux et les femmes pieuses, les hommes sincères et les femmes sincères, les hommes patients et les femmes patientes, ceux et celles qui craignent Dieu, ceux et celles qui pratiquent la charité, ceux et celles qui observent le jeûne, ceux et celles qui sont chastes, ceux et celles qui invoquent souvent le Nom du Seigneur, à tous et à toutes Dieu a réservé Son pardon et une magnifique récompense. » s33 v35

« Il est, parmi les croyants, des hommes qui ont été sincères dans leur engagement envers Allah. Certains d’entre eux ont atteint leur fin, et d’autres attendent encore ; Mais ils n’ont jamais rien changé à leur comportement. » s33 v23

« Quiconque obéit à Allah et au Messager...Ceux-là seront avec ceux qu’Allah a comblés de Ses bienfaits : les prophètes, les véridiques, les martyrs, et les vertueux. Et quels excellents compagnons que ceux-là ! » s4 v69

L’auteur écrit :

Les récits suivants fournissent des justifications supplémentaires qu’Allah a prédestiné tout ce qui se produit, en particulier la méchanceté et le mal : Rapporté d’Abdullah ibn Amr ibn al-’As : J’ai entendu l’Apôtre d’Allah (PBUH) comme disant : Allah avait décrété les mesures (de la qualité) de la création cinquante mille ans avant qu’Il ait créé les cieux et la terre, tandis que Son Trône était sur l’eau. (Sahih Muslim, Book 32, Number 6416) Abu Huraira a rapporté le Messager d’Allah (puisse la paix être sur lui) comme disant que : un croyant fort est mieux et est plus agréable à Allah qu’un croyant faible et il y a du bon dans chacun, (mais) chérir celui qui vous donne des avantages (dans l’au-delà) et chercher l’aide d’Allah et ne pas perdre courage et si quoi que ce soit (des problèmes) vous arrive, ne dites pas : si je ne l’avais pas fait, cela ne serait pas arrivé ainsi et ainsi, mais dites : Allah a fait ce qu’Il avait décrété de faire et votre "si" ouvre la (porte) pour Satan. (Sahih Muslim, Book 32, Number 6441)

6. L’homme est perdu. L’homme est certes, en perdition, sauf ceux qui croient et accomplissent les bonnes oeuvres, s’enjoignent mutuellement la vérité et s’enjoignent mutuellement l’endurance. S. 103:2-3

7. L’homme croit qu’il est autarcique. Prenez-garde ! Vraiment l’homme devient rebelle, dès qu’il estime qu’il peut se suffire à lui-même (à cause de sa richesse). S. 96:6-7

8. Le péché est universel. Si Dieu s’en prenait aux gens pour leurs méfaits, Il ne laisserait sur cette terre aucun être vivant. Mais Il les renvoie jusqu’à un terme fixe. Puis, quand leur terme vient, ils ne peuvent ni le retarder d’une heure ni l’avancer. S. 16:61

Et ton Seigneur est le Pardonneur, le Détenteur de la miséricorde. S’il s’en prenait à eux pour ce qu’ils ont acquis. Il leur hâterait certes le châtiment. Mais il y a pour eux un terme fixé (pour l’accomplissement des menaces) contre lequel ils ne trouveront aucun refuge. S. 18:58 Et si Dieu s’en prenait aux gens pour ce qu’ils acquièrent. Il ne laisserait à la surface [de la terre] aucun être vivant. Mais Il leur donne un délai jusqu’à un terme fixé. Puis quand leur terme viendra... (Il se saisira d’eux) car Dieu est Très Clairvoyant sur Ses serviteurs. S. 35:45

9. L’homme est incapable de devenir pur par lui-même. Vous qui avez cru ! Ne suivez pas les pas du Diable. Quiconque suit les pas du Diable, [sachez que] celui-ci ordonne la turpitude et le blâmable. Et n’eussent été la grâce de Dieu envers vous et Sa miséricorde, nul d’entre vous n’aurait jamais été pur. Mais Dieu purifie qui Il veut. Et Dieu est Audient et Omniscient. S. 24:21

Réponse :

L’auteur change de sujet, il saute du péché originel à la prédestinée. Ce thème appelle une autre approche, un autre développement qui pourrait dépasser le cadre de ce débat. Allah ne fait aucun tort à Ses créatures. Celles-ci se font du tort à elles-mêmes : « Allah ne commet jamais d’injustice envers les hommes, mais ce sont plutôt les hommes qui se font du tort à eux-mêmes. » s10 v44

« Ce ne fut pas Allah qui leur fit du tort, mais ils se firent du tort à eux-mêmes. » s9 v70

« Ce n’est pas Allah qui a été injuste envers eux. Ce sont plutôt eux qui l’ont été envers eux-mêmes. » s3 v117

« Nous ne leur avons fait aucun tort, mais ils se faisaient du tort à eux-mêmes. » s16 v 33 ,118 ; s29 v40 ; s30 v9

« Car Allah ne fait point de tort aux serviteurs. » s3 v182 ; s8 v51 ; s22 v10 ; s41 v46 ; s50 v29

Dieu fait naître les gens avec les mêmes facultés, la même nature et les mêmes prédispositions au bien et au mal. Il les fait naître égaux en pureté. Mais Il sait à l’avance les actions des uns et des autres. Il n’impose rien, Il connaît le devenir de chacun. Or connaître n’est pas imposer.

Dieu possède des preuves contre les gens. De sorte que personne ne pourra plaider non coupable ni accuser Dieu d’injustice.

Il est inutile de reprendre les défauts de l’homme mentionnés par l’auteur, sa perdition, son autosuffisance. Nous avons vu que ce n’est pas le cas de tous les hommes. Il y a des bons et des méchants, des croyants et des incroyants. Il y a d’un côté des prophètes, des vertueux, des saints, et de l’autre des athées, des idolâtres, des polythéistes.

Le caractère universel du péché ne signifie nullement qu’il ait un lien avec le péché d’Adam et Eve.

L’homme est-il capable de devenir pur par lui-même ? Il faut s’entendre sur le sens du mot ‘‘pur’’. Encore une fois, que signifie ce mot ? Est-ce qu’il est synonyme de parfait, d’infaillible. On peut être d’accord sur cette signification : pur veut dire sans péché, sans défaut, sans tache, sans corruption. Soit ! Mais ce terme est-il synonyme de parfait, d’infaillible, d’impeccable ? On peut, certes, devenir pur à la suite d’un pardon total des péchés, mais est-ce une protection, une garantie contre les péchés futurs ? Qui peut se targuer de ne pas pécher ? Il y a des péchés dont nous sommes inconscients ! Il y a les péchés de la pensée, de la vue, de l’ouïe, de la langue, de la main. Tous les membres peuvent pécher sans que nous le sachions. Parfois, nous péchons tout en croyant bien faire !

Il en résulte que l’homme peut « devenir pur par lui-même » en accomplissant certains actes de culte, des bonnes œuvres, mais il peut pécher de nouveau. C’est pourquoi, en Islam, le dispositif du pardon fonctionne en permanence. Ce qui compte c’est de mourir sans péchés. L’islam offre une multitude d’occasions pour le pardon des péchés, le rachat de tous les péchés et ainsi devenir pur.

Le pèlerinage rend le musulman pur, comme le jour où sa mère l’a mis au monde, les ablutions, la prière, le jeûne. On peut multiplier à satiété les exemples.

Aïsha (r) rapporte : « J’ai entendu le prophète - sur lui la grâce et la paix- dire : celui qui accomplit la prière du Fajr (matin), reste à sa place, sans s’occuper des futilités de ce bas monde, et invoque Allah jusqu’à ce qu’il fasse la prière du Doha 4 rakk’as, sortira de ses péchés comme il était le jour où sa mère l’a mis au monde. » Hadith enregistré par Abu Ya’la et Tabarani dans le recueil des suppléments t10, p.105 (en arabe).

Aïsha (r) rapporte également : « Le Prophète (Paix et Salut sur lui) a dit : « celui qui fait la toilette mortuaire à un mort, en observant le devoir de discrétion sans divulguer ce qu’il trouve en lui, sortira de ses péchés comme il était le jour où sa mère l’a mis au monde. » Imâm Ahmed dans son Musned. « Chaque pèlerin en tenue de sacralisation, passant sa journée à prononcer la formule de « talbiyya » (réponse à l’appel du Seigneur) jusqu’au coucher du soleil, ses péchés disparaîtront, il devient comme il était le jour où sa mère l’a mis au monde. » Ibnu Maja.

Abu Hurayra rapporte : « J’ai entendu l’Envoyé de Dieu -sur lui la grâce et la paix- dire : « Celui qui accomplit son pèlerinage sans tenir de propos licencieux et sans commettre de turpitude redeviendra comme il était le jour où sa mère l’a mis au monde » (Bukhari et Muslim) Shaddad ibn Aous rapporte : j’ai entendu le Prophète -sur lui la grâce et la paix- dire : « Allah- Le Glorieux, le Majestueux a dit : Lorsque J’éprouve un de Mes serviteurs croyants et qu’il Me loue pour l’épreuve que Je lui fais subir, il se lèvera de son lit comme le jour où sa mère l’a mis au monde. » Tabarani

L’auteur écrit :

Vous qui avez cru ! Ne suivez pas les pas du Diable. Quiconque suit les pas du Diable, [sachez que] celui-ci ordonne la turpitude et le blâmable. Et n’eussent été la grâce de Dieu envers vous et Sa miséricorde, nul d’entre vous n’aurait jamais été pur. Mais Dieu purifie qui Il veut. Et Dieu est Audient et Omniscient. S. 24:21 Maintenant s’il était vrai que l’homme est né pur alors pourquoi est-ce que quiconque a besoin de la grâce d’Allah pour être purifié ? Ne sommes-nous pas pur dès le commencement ? Si à cela, il est répondu que l’homme devient impur plus tard en désobéissant à Allah alors la question évidente qui se pose est qu’est-ce qui fait que la nature de l’homme l’amène à accomplir ce qui est mal et nécessite qu’il soit purifié par Allah ?

Réponse :

C’est cette question que nous avons soulevée plus haut. Etre pur ou naître pur ne met pas à l’abri des péchés. Tant que Satan existe, le péché existe aussi. C’est pour cela que nous avons besoin de la grâce d’Allah, de Sa protection contre les démons, de Son pardon pour être purifié. C’est la présence de Satan qui fait problème. De sorte que personne ne peut se passer de la protection d’Allah et de sa grâce.

L’auteur écrit :

L’homme a été créé dans la détresse. Nous avons, certes, créé l’homme pour une vie de lutte. S. 90:4

Réponse :

Ce qui prouve que le péché originel est hors cause puisque Dieu a créé l’homme pour une vie de lutte.

L’auteur écrit :

Allah dégrade des incroyants. Nous avons certes créé l’homme dans la forme la plus parfaite. Ensuite, Nous l’avons ramené au niveau le plus bas, sauf ceux qui croient et accomplissent les bonnes oeuvres : ceux-là auront une récompense jamais interrompue. S. 95:4-6

Réponse :

Aux termes de ce verset, les incroyants sont voués à l’Enfer. Le même sort est réservé aux injustes d’après les évangiles : « Seront jetés dans les ténèbres du dehors où il y aura des pleurs et des grincements de dents » Matthieu 8.12

« Le fils de l’homme enverra ses anges, qui arracheront de son royaume tous les scandales et ceux qui commettent l’iniquité : et ils les jetteront dans la fournaise ardente, où il y aura des pleurs et des grincements de dents. Alors les justes resplendiront comme le soleil dans le royaume de leur père. » Mt 13.41-43

« Et ceux-ci iront au châtiment éternel, mais les justes à la vie éternelle » Matthieu 25.46

« Si ta main est pour toi une occasion de chute, coupe-la ; mieux vaut pour toi entrer manchot dans la vie, que d’avoir les deux mains et d’aller dans la Géhenne, dans le feu qui ne s’éteint pas, où leur ver ne meurt point, et où le feu ne s’éteint point » Marc 9.43-48

Il y aura souffrances dans des lieux de tourment et de flamme (Luc 16. 23, 24, 28) « Serpents, race de vipères ! Comment échapperez-vous au châtiment de la géhenne ? » Matthieu 23.33

« Et il leur répondra : je vous le dis en vérité, toutes les fois que vous n’avez pas fait ces choses à l’un de ces plus petits, c’est à moi que vous ne les avez pas faites. Et ceux-ci iront au châtiment éternel, mais les justes à la vie éternelle. » Mt 25.45-46

« Malheur au monde à cause des scandales ! Car il est nécessaire qu’il arrive des scandales ; mais malheur à l’homme par qui le scandale arrive ! Si ta main ou ton pied est pour toi une occasion de chute, coupe-les et jette-les loin de toi ; mieux vaut pour toi entrer dans la vie boiteux ou manchot, que d’avoir deux pieds ou deux mains et d’être jeté dans le feu éternel. Et si ton oeil est pour toi une occasion de chute, arrache-le et jette-le loin de toi ; mieux vaut pour toi entrer dans la vie, n’ayant qu’un oeil, que d’avoir deux yeux et d’être jeté dans le feu de la géhenne. » Mt 18.7-9

Zawadi a aussi fait allusion aux mots du Coran déclarant qu’une personne ne sera pas condamnée pour les péchés d’une autre : Dis : "Chercherais-je un autre Seigneur que Dieu, alors qu’Il est le Seigneur de toute chose ? Chacun n’acquiert [le mal] qu’à son détriment : personne ne portera le fardeau (responsabilité) d’autrui. Puis vers votre Seigneur sera votre retour et Il vous informera de ce en quoi vous divergez. S. 6:164

Le problème avec la susdite assertion est que le Coran enseigne énergiquement et clairement qu’une personne peut réellement souffrir à cause des péchés de quelqu’un d’autre, puisque l’humanité a souffert à la suite du péché d’Adam, d’Eve et même de Caïn.

De plus, il y a d’autres versets coraniques qui déclarent que les personnes peuvent réellement porter les fardeaux d’autres personnes : Qu’ils portent donc, au Jour de la Résurrection, tous les fardeaux de leurs propres oeuvres ainsi qu’une partie de fardeaux de ceux qu’ils égarent, sans le savoir ; combien est mauvais [le fardeau] qu’ils portent ! S. 16:25

Et ceux qui ne croient pas disent à ceux qui croient ; "Suivez notre sentier, et que nous supportions vos fautes". Mais ils ne supporteront rien de leurs fautes. En vérité ce sont des menteurs. Et très certainement, ils porteront leurs fardeaux et d’autres fardeaux en plus de leurs propres fardeaux. et ils seront interrogés, le Jour de la Résurrection, sur ce qu’ils inventaient. S. 29:12-13

Selon les susdites références les incroyants porteront les péchés d’autres personnes, montrant ainsi qu’il y a une contradiction dans le Coran.

En fait, le Coran se contredit dans un espace de deux versets puisque le dernier passage ci-dessus dit que les incroyants ne porteront pas les péchés des croyants, "Mais ils ne supporteront rien de leurs fautes". Mais directement après que soit fait cette déclaration il est dit que les incroyants le jour de la résurrection porteront non seulement leurs propres fardeaux, mais les fardeaux d’autres également, "ils porteront leurs fardeaux et d’autres fardeaux en plus de leurs propres fardeaux".

Réponse :

Ne mélangeons pas ! Le verset suivant : « Et ceux qui ne croient pas disent à ceux qui croient : « Suivez notre voie et nous nous chargerons de vos péchés. »

Ce verset parle du mensonge des païens de la Mecque qui disaient aux croyants qui venaient de se convertir à l’islam : renoncez à cette nouvelle religion et suivez-nous et nous supporterons vos fautes, c’est-à-dire « vos péchés si vous avez des péchés.

Comme si un passager propose au conducteur d’un véhicule de griller le feu rouge et en cas d’amende, il la payerait alors qu’il ment. Allah dit qu’ils mentent, personne ne porte le fardeau de l’autre : « Or, personne ne portera le fardeau d’autrui. Et si une âme surchargée de péchés appelle à l’aide, rien de sa charge ne sera supporté par une autre même si c’est un proche parent. », « où nul ami dévoué ne s’enquerra d’un ami ».

Il n’y a pas de contradiction : Les mécréants ne déchargent pas les autres de leurs fautes. Leurs châtiments seront doublés mais cela ne diminue en rien les châtiments des autres.

Comme dans le Hadith suivant : « Celui qui appelle à une guidance (huda), aura le même salaire que ceux qui le suivent jusqu’au Jour de la résurrection sans que leurs salaires ne soient diminués de rien et celui qui appelle à un égarement aura le même châtiment que ceux qui l’ont suivi sans que leurs châtiments ne soient diminués en rien », ou le Hadith sur le meurtre dont la même punition retombe sur le premier fils d’Adam.

« L’aîné des fils d’Adam porte une part de responsabilité pour tout sang versé injustement, car c’est lui qui institua le meurtre. »

Ceux qui porteront leurs propres fardeaux et les fardeaux d’autres sont les chefs de file de la mécréance et de l’égarement, ceux qui appellent les gens à l’incroyance et à l’égarement se verront supporter leurs fardeaux et les fardeaux de ceux qui ont répondu à leur appel sans que ces derniers en soient déchargés.

Moujahid a dit : ils supportent leurs fardeaux, leurs péchés et les péchés de ceux qui leur ont obéi. Les supplices de ceuxquileuront obéi ne seront en rien allégés (Ibn Kathir).

L’auteur écrit :

Le Coran enseigne également qu’une personne qui ment peut amener la malédiction d’Allah sur les membres de sa famille : A ceux qui te contredisent à son propos, maintenant que tu en es bien informé, tu n’as qu’à dire : "Venez, appelons nos fils et les vôtres, nos femmes et les vôtres, nos propres personnes et les vôtres, puis proférons exécration réciproque en appelant la malédiction de Dieu sur les menteurs. S. 3:61

Selon les narrateurs islamiques, ce passage a été donné en réponse à un groupe chrétien de Najran qui était venu interroger Muhammad sur ses ambitions prophétiques.

Muhammad les a alors invités à invoquer la malédiction d’Allah sur celui qui mentait et non seulement sur les menteurs, mais sur leurs familles aussi.

Quiconque dispute, désormais, avec toi parmi les chrétiens au sujet de Jésus, maintenant que tu en es bien informé, dis leur : « Venez, qu’on appelle nos fils et les vôtres, nos femmes et les vôtres, nos propres personnes et les vôtres, puis proférons une exécration réciproque en appelant la malédiction de Dieu sur les menteurs. »

En d’autres termes, disons : « Que Dieu maudisse celui qui ment au sujet de Jésus ! » En effet, lorsque la députation de Najran (des Chrétiens) vint chez le Messager de Dieu (Que Dieu lui accorde Sa grâce et Sa paix), il appela ses hommes à embrasser l’Islam, mais ils lui dirent : « Donne-nous un certain délai afin qu’on pense à cette affaire. »

Les avisés parmi eux dirent aux autres : « Vous savez bien qu’il est un prophète, et aucun prophète n’a demandé aux gens de faire exécration réciproque sans les vaincre. » Ils vinrent le trouver le lendemain alors qu’il y avait avec lui Al-Hassan, Al-Hussein, Fatima et ‘Ali.

Le Prophète (Que Dieu lui accorde Sa grâce et Sa paix) dit aux siens : « Quand je ferai mon invocation dites : ‘’Amîn’’ » Comme les chrétiens refusèrent de faire l’exécration, ils acceptèrent de payer le tribut. (Abou Na’im).

Ibn Abbas, à son tour dit : « S’ils avaient fait cette exécration, ils seraient retournés chez eux pour ne trouver ni biens ni familles. » (Tafsir Al-Jalalayn, vol 1, p.118) La question naturelle que nous nous posons est pourquoi Allah maudirait des personnes innocentes, à savoir des enfants, et des femmes pour un mensonge qu’ils n’ont pas dit si l’Islam n’accepte pas des concepts comme le péché originel ? Pourquoi les enfants et la femme d’un homme souffrent pour un mensonge que lui a prononcé, pas eux ? La réponse est assez évidente.

Réponse :

La question du péché originel n’est guère posée ni dans ce verset de la ‘‘moubahala’’ ni dans d’autres.

Concernant l’épreuve de la ‘‘moubahala’’ (appel de la malédiction de Dieu contre le menteur), elle relève d’une vieille tradition arabe. Le terme ‘‘moubahala’’ est dérivé de ‘‘bahala’’ qui signifie ‘‘maudire’’. Bahalahu Allah = Allah l’a maudit. Alaihi bahlatu Allah =sur lui la malédiction d’Allah (Tabari).

Les chrétiens de Najrân ne voulaient pas admettre que Jésus est une créature comme Adam et qu’il n’était qu’un Prophète. Certains le déifiaient, d’autres le considéraient comme ‘‘fils de Dieu’’. Ils faisaient valoir ses miracles alors que c’est par la permission et la grâce de Dieu qu’il faisait les miracles. Lorsqu’ils furent appelés à l’épreuve de la moubahala, ils refusèrent.

La question qui se pose est de savoir pourquoi ces derniers ont-ils refusé la moubahala ? Ils avaient peur que la malédiction de Dieu s’abat sur eux du fait qu’ils n’étaient pas dans la vérité.

Ils avaient demandé conseil à un des leurs nommé Abdul-Masih. Celui-ci leur avait dit : Par Allah, ô chrétiens, vous avez appris que Mohammed est un Prophète Messager et qu’il vous a apporté ce qui est décisif au sujet de votre ami. Vous avez également appris que chaque fois que des gens participent à une ‘‘moubahala’’ avec un Prophète, il ne subsiste que leurs vieux mais aucun de leur jeune ne pousse.

C’est votre extermination si vous le faites. Si vous voulez garder votre religion et rester là où vous êtes par rapport à votre ami, prenez congé de cet homme et rentrez chez vous.

Du coup, ils se présentèrent au prophète (Paix et Salut sur lui) et lui dirent : ô Aba l-Qacim, nous avons décidé de renoncer à l’épreuve de la ‘‘moubahala’’, nous te laissons dans ta religion et nous repartons avec la nôtre, cependant envoie avec nous un de tes compagnons, afin d’arbitrer des litiges entre nous. Ibn Kathir.

Al-Qurtubi écrit : Ce verset est un des signes de la qualité prophétique de Mohammed, car il les avait appelés à la ‘‘moubahala’’et ils refusèrent enacceptant le tribut (la Jizya). Celaaprèsque leur doyen Al-‘Aqib (surnommé Abdul-Masih) les eût informés du danger qu’ils courraient s’ils participaient à ‘‘la moubahala’’. La vallée s’enflammerait sur eux.

Certes, Mohammed, leur dit-il, est un Prophète envoyé, vous savez qu’il vous est venu avec ce qui tranche au sujet de Jésus.

Ils abandonnèrent ‘‘la moubahala’’ et retournèrent chez eux avec l’engagement de donner chaque année mille habits au mois de Safar et mille habits au mois de Rajab. Ce dont le Messager d’Allah (Paix et Salut sur lui) a convenu avec eux au lieu de l’Islam.

Tabari rapporte sur la foi de Abdullah ibn al-Harith lequel entendit le prophète- sur lui la Grâce et la paix- dire : « J’aurais souhaité qu’il y ait entre moi et les habitants de Najrân un voile pour que je ne les vois pas et qu’ils ne me voient pas », à cause de l’ardeur avec laquelle ils polémiquaient avec le prophète (sws).

L’auteur écrit :

Cela amène à un autre point. Si le Coran enseigne qu’une personne peut affecter d’autres par ses actions négatives alors sûrement le Coran n’aurait aucun problème à accepter le fait que les actes vertueux d’une personne peuvent affecter positivement d’autres individus. Et si le Coran admet que les gens souffrent à cause du péché d’Adam et que les personnes supportent vraiment les fardeaux d’autres, il doit également accepter la doctrine de l’expiation, en particulier, qu’une personne peut souffrir à la place d’une autre.

Après tout, le Coran n’enseigne-t-il pas qu’Allah a rançonné le fils d’Abraham en fournissant un produit de substitution ?

Et Nous le rançonnâmes d’une immolation généreuse. S. 37:107 Et si Allah accepte une victime pour mourir à la place d’une autre alors sûrement il ne devrait avoir aucun problème avec l’Agneau innocent de Dieu, le Seigneur Jésus, mourant à la place des pécheurs afin qu’ils puissent être sauvés par sa vie d’obéissance parfaite.

En fait, les sources islamiques enseignent que les gens peuvent exécuter de bonnes actions au nom d’autres, des actes vertueux qu’Allah créditera à quelqu’un d’autre, comme l’accomplissement du Hajj par procuration (Hajj-e-Badal).

Réponse :

Le Coran n’accepte pas qu’une personne souffre à la place de l’autre. De même qu’il rejette la doctrine du péché originel.

Dans le cas du fils d’Abraham, le « produit de substitution » est un bélier, non pas un être humain.

Si Dieu acceptait le sacrifice humain, Il aurait accepté le sacrifice du fils d’Abraham. La substitution de ce dernier par un bélier est la preuve irréfutable que Dieu n’accepte pas le sacrifice humain. Il s’agit d’un enseignement fondamental destiné à servir d’exemple.

Le sacrifice humain est une pratique païenne. César fit savoir que les Gaulois brûlaient rituellement un certain nombre d’hommes au solstice d’été. « Les Phéniciens (y compris les Carthaginois) sacrifiaient leurs enfants mâles, brûlés vifs pour satisfaire le Dieu Baal et obtenir ses faveurs. Les Hébreux, y compris leurs rois, ont très souvent suivi leurs voisins phéniciens, donc adoré de la même atroce façon Baal, mais aussi sacrifié leurs enfants pour se concilier Yahwé. Et ce, malgré les interdictions et les imprécations répétées de leurs prophètes : "C’est l’amour que je veux, non le sacrifice ; la connaissance de Dieu, non les holocaustes" (Osée, VI, 6).

De même, bien que Zoroastre ait aboli les sacrifices humains, et alors que les Perses Achéménides avaient adopté sa religion, la reine Amestris, épouse de Xerxès, a fait enterrer vivants 12 hommes pour se concilier le monde souterrain. Avant leur conversion au Christianisme sous Vladimir le grand (dixième siècle de notre ère), les Russes sacrifiaient régulièrement au dieu Péroun des personnes tirées au sort parmi la population.

Les anciens Egyptiens sacrifiaient chaque jour, d’après l’historien Manéthon, trois hommes, jusqu’à ce que le Pharaon Amasis (569-539) les fît remplacer par trois statues de cire. En Inde, le sacrifice humain a pris de multiples formes, la plus connue étant l’immolation, en principe volontaire, des veuves sur le bûcher funéraire de leurs maris (et cette coutume semble aujourd’hui renaître, si l’on ose dire, de ses cendres).

Enfin, à partir de 1995, l’organisation dite "le Temple solaire" a sacrifié plusieurs dizaines de personnes en Suisse, en France et au Canada. Etc. » Source : http://pagesperso-orange.fr/daruc/t...

Allah dit : « Et c’est ainsi que leurs divinités ont fait croire à un grand nombre de païens que le meurtre de leur enfant est un acte méritoire, afin de les ruiner et jeter la confusion dans leur religion. » s6 v137

Al-Qurtubi, commentant ce verset, affirme : « avant l’islam, l’homme jurait par Allah que s’il lui naissait tant et tant d’enfants, il sacrifierait l’un d’eux comme l’avait fait Abdul-Muttalib lorsqu’il fit le vœu de sacrifier son fils Abdullah. »

Allah n’accepte jamais le sacrifice humain, qu’il soit volontaire ou par contrainte. Il a dit, Gloire à Lui :

« Et ne vous tuez pas vous-mêmes. Allah, en vérité, est Miséricordieux envers vous. » s4 v29

« Voilà pourquoi Nous avons prescrit aux fils d’Israël : « Celui qui tue un homme qui lui-même n’a pas tué, ou qui n’a pas commis de violence sur la terre, est considéré comme s’il avait tué tous les hommes ; et celui qui sauve la vie à un seul homme est considéré comme s’il avait sauvé la vie de tous les hommes. » s5 v32

Allah a dispensé le même enseignement par la bouche de Jésus :

« Allez, et apprenez ce que signifie : Je prends plaisir à la miséricorde, et non aux sacrifices » Matthieu 9.13


2 Messages de forum

  • Bonjour,

    Que voulez vous dire par : Ce passage ne dit pas : « poussière vous êtes devenus ». Il dit : « car tu es poussière, et tu retourneras dans la poussière. »

    Pouvez vous explicitez ce passage ci dessus ?

    Merci

    • > L’Islam et le péché originel, 1ère Partie 1er septembre 2008 01:20, par Maître Simozrag

      Bonjour,

      Adam n’est pas devenu poussière à cause du péché originel. Il était poussière et il retournera dans la poussière. Cela signifie qu’il était mortel et il est normal qu’il mourra. Le péché originel n’a aucune incidence sur la nature d’Adam ni sur son destin préétabli.