Accueil du site > Connaître l’ISLAM > L’immuable dans le Coran
      

L’immuable dans le Coran

Publication en ligne : dimanche 23 décembre 2012

Une des caractéristiques de l’Islam est la jonction ou l’union de l’immuable et du changeant. La zone de l’immuable est constituée par :

1° les cinq fondamentaux de la foi à savoir la foi en Allah, en Ses anges, Ses livres, Ses messagers et au jugement dernier. Ce que le Coran a cité dans plusieurs endroits, notamment aux chapitres (Surates) 2 et 4 :

« La piété ne consiste pas à tourner vos visages vers le Levant ou le Couchant. Mais la piété est de croire en Allah, au Jour dernier, aux Anges, au Livre et aux Prophètes… » s2 v177

« Ô les croyants ! Soyez fermes en votre foi en Allah, en Son messager, au Livre qu’Il a fait descendre sur Son messager, et au Livre qu’Il a fait descendre avant. Quiconque ne croit pas en Allah, en Ses Anges, en Ses Livres, en Ses messagers et au Jour dernier, s’écarte loin de la Vérité. » s4 v136

2° les cinq piliers de l’Islam, à savoir : la profession de foi : Il n’y a de Dieu qu’Allah et Mohammed est le Messager d’Allah, la prière, la Zakat, le jeûne du Ramadan et le pèlerinage aux lieux saints de l’Islam.

3° les interdits tels que la sorcellerie, le meurtre, l’adultère, l’usure, la fuite du combat pour la cause de Dieu, la mécréance, le vol, le viol, etc.

4° les vertus essentielles telles que la sincérité, la bonté, la chasteté, la patience, le respect de l’engagement, la pudeur et tout ce qui relève du bon caractère.

5° les prescriptions décisives de l’islam concernant le mariage, le divorce, les successions, les sanctions pénales et tout ce qui découle d’un texte décisif, clair et précis. Les principes et les règles contenus dans cette zone sont des dispositions immuables.

Personne ne peut les modifier, ni chef d’Etat, ni colloque, ni conseil de savants.

D’une manière générale, les règles de l’Islam se caractérisent par la constance et la souplesse. Une constance dans les finalités et les objectifs, une souplesse dans les moyens et les méthodes.

Une constance dans les principes et les fondements, une souplesse dans les branches et les détails. Une constance dans les valeurs morales et religieuses, une souplesse dans les relations, l’organisation et la gestion des affaires sociales, politiques et économiques.

A titre d’exemple, le principe de la Choura ou consultation fait partie des constantes, c’est-à-dire des principes immuables. Dieu dit : « et se consultent entre eux au sujet de leurs affaires » s42 v38

Et Il a dit : « Consulte-les au sujet de leurs affaires » s3 v159 2

Aucun dirigeant, aucun gouvernement, aucune société ne peut abolir ce principe ayant essentiellement pour but d’empêcher l’absolutisme, l’autocratie et la dictature. Un tel principe ne laisse aux dirigeants aucune possibilité de conduire une politique au mépris de la volonté populaire.

Cependant, il existe une souplesse quant à la forme de la Choura. Son mode d’exercice demeure tributaire des circonstances du lieu et du temps.

On peut donner un autre exemple en matière de justice laquelle fait partie des principes immuables énoncés dans le verset :

« Allah vous commande de restituer les dépôts à leurs propriétaires et d’êtres équitables quand vous jugez entre les gens. » s4 v58

Mais la souplesse réside dans la forme et les modalités de cette justice. Quel mode de preuve ? Faut-il un juge unique ou un système collégial ? Un ou plusieurs degrés de juridiction ? Faut-il séparer le civil du pénal et ainsi de suite….

En matière de nourriture, le Coran affirme :

« Il vous est interdit de consommer la bête morte, le sang, la chair du porc, celle d’un animal immolé à d’autres divinités qu’à Dieu, la bête étranglée, assommée, morte d’une chute ou d’un coup de corne ou celle qui a été entamée par un carnassier – à moins qu’elle n’ait été égorgée à temps-, ainsi que celle qui a été immolée sur un autel païen. » s5 v3

La souplesse se manifeste néanmoins dans l’exception qui dit : « Si quelqu’un est contraint par nécessité et non par désir de mal faire, sera absous, car Dieu est Clément et Miséricordieux. » s5 v3