Accueil du site > Debat Islam-Christianisme > DEBATS > Lettre 9 du pasteur : Critique de la notion d’amour en islam et du prophète, (...)
      

Lettre 9 du pasteur : Critique de la notion d’amour en islam et du prophète, Structure numérique de la Bible

Publication en ligne : dimanche 9 mai 2004, par Maître Simozrag

Dori, le 9 juin 1997

Cher ami Ahmed, J’accuse réception de vos courriers des 17 et 20 mai, 1997 et vous en remercie.

Veuillez trouver ci-joint une version revue et complétée du message "Phénomènes numériques dans le Coran et la Bible ?"

J’attends toujours de votre part l’année de parution des travaux du Docteur Rashid Khalifa aux U.S.A. Je vous ai ajouté quelques exemples concrets dans la Thora afin que vous puissiez vous-mêmes faire les vérifications.

Si vous êtes un vrai scientifique (C.A.D.I.S), vous ne vous retrancherez pas derrière le prétexte que vous ne comprenez pas l’hébreu.

Moi-même, il y’a un mois de cela, je n’y connaissais pratiquement rien. Je me tiens à votre disposition pour vous expliquer comment j’ai pu effectuer ces quelques vérifications concrètes. J’ai eu l’occasion de faire une première conférence sur ce thème aux élèves du Lycée, à l’aide de transparents et d’un rétroprojecteur.

Je suis plus que jamais convaincu que la Bible est la parole de Dieu. Plus que jamais, je veux le proclamer à tous ceux que Dieu met sur mon chemin : chrétiens authentiques, chrétiens nominaux, musulmans, juifs, athées, animistes, humanistes, gnostiques, agnostiques...

Selon la Bible, Dieu a créé l’homme à son "image", selon sa "ressemblance" (Gen.1.26). Selon vous, c’est l’homme qui, ayant écrit la Bible, a donné de Dieu une image anthropomorphique ‘en forme d’homme’, n’est-ce pas ? Ainsi ; la Bible serait selon vous truffée d’erreurs, d’aberrations, de fausses conceptions. La structure mathématique sous-jacente dans la Bible prouve pourtant mathématiquement qu’elle ne peut être le produit de l’intelligence humaine : « C’est poussés par le Saint-Esprit que des hommes ont parlé de la part de Dieu » (1.Pierre 1.21).

La Bible révèle sans aucune ambiguïté que la connaissance de l’essence divine ne peut se faire qu’en acceptant le Fils : « Personne n’a jamais vu Dieu ; le Fils unique qui est dans le sein de Père est celui qui l’a fait connaître » (Jean 1.18). Les musulmans connaissent très mal Jésus, par conséquent ils connaissent aussi très mal Dieu. J’en veux pour preuves les contradictions flagrantes dans vos citations islamiques : "Dieu est un" puis "Il n’est pas quantifiable par les nombres" ; "Dieu est incomparable", puis "Dieu est plus tendre et plus bienveillant qu’une mère envers son fils bien-aimé". Aussi quand vous qualifiez Dieu en utilisant les adjectifs suivants : "Indescriptible, Incomparable, Impénétrable, Imperceptible", allez donc jusqu’au bout de votre pensée et concluez : "Dieu est inconnaissable". Et cessez de parler de celui que vous ne connaissez pas. Si Dieu lui-même choisit de se révéler aux hommes qu’Il a créés au moyen d’une comparaison ou d’une description ou en envoyant Sa parole sous une forme humaine, qui sommes-nous pour le lui interdire ? Bien sûr, nul ne peut prétendre connaître tout de l’Essence divine, mais s’Il est Amour, il est certain qu’il nous permet de Le connaître au moins partiellement (1 Corinthien 13.9-12). Je suis donc persuadé que c’est Dieu lui-même qui nous invite à l’appeler "Père". En plus du hadith cité plus haut qui compare Dieu à une mère, le Coran parle du "visage de Dieu" (2.115), de "son repose-pied" (2.255), n’y a-t-il pas là deux anthropomorphismes ?

« L’Amour est lié à un sentiment profond qui doit être prouvé par les actes ». J’abonde totalement dans ce sens. Dieu n’est pas un tyran, contrairement à ce que le Coran affirme (59.23, "le contraignant" selon la traduction que vous citez, en contradiction avec 2.255 : "pas de contrainte en religion"). Il ne demande pas aux hommes ce qu’Il n’exige pas d’abord de lui-même. Si l’Amour doit être prouvé par les actes, l’Amour de Dieu doit être prouvé par les actes de Dieu. Et effectivement, « Dieu prouve son Amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous » (Romain 5.8 ; voir la liste de versets intitulée "l’Amour de Dieu manifesté"). L’Amour de Dieu pour tous les hommes est donc inconditionnel : Il « veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité » (1.Timothée 2.4). Le vrai Amour ne s’impose pas par la contrainte, mais il se propose, il s’offre, il se donne ; il peut donc être refusé par l’homme que Dieu a créé libre et non esclave.

Maître Ahmed SIMOZRAG est aimé de Dieu qui veut le sauver, mais il peut refuser cet Amour manifesté en Jésus le Messie. Ici, vous vous rendez compte que le salut est gratuit mais il est conditionnel : il nous faut l’accepter tel qu’il nous est proposé c’est-à-dire par le moyen de la foi en le sacrifice expiatoire de Jésus. Ce n’est pas à l’homme qu’il revient d’imposer ses conditions pour être sauvé de l’enfer, mais il lui revient d’accepter les conditions fixées par Dieu depuis les temps les plus reculés (Gen 3.15).

Ainsi, l’homme qui va à la perdition éternelle est responsable de sa propre perte, il ne peut accuser Dieu qui lui propose le salut. Quant à l’homme sauvé, il doit son salut à l’Amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ, il n’a donc aucune raison de se glorifier ou de s’enorgueillir (Ephésiens 2.8-9). Dans les deux cas, aussi bien l’Amour de Dieu que Sa Sainte Justice sont exaltés, et Dieu seul s’en trouve glorifié. Ainsi est le véritable Evangile : Soli Deo Gloria ‘‘A Dieu seul la gloire’’. Voilà pourquoi on peut affirmer que la mort de Jésus sur la Croix est à l’intersection entre l’Amour de Dieu et Sa Justice. La Bible révèle que la mort de Jésus sur la croix de Golgotha est nécessaire, possible et suffisante : nécessaire parce que Dieu est juste ; possible parce que Dieu est miséricordieux ; suffisante parce que « par une seule offrande, Jésus a amené à la perfection pour toujours ceux qui sont sanctifiés » (Hébreux 10.14). Voilà pour ce qui est de la notion biblique de Justice divine et de sa concrétisation.

« La religion est comparable à une route droite et les prophètes à des lampadaires en bordure de cette route. Chaque message a éclairé un tronçon de cette route pendant un laps de temps. » Jésus est « la lumière du monde » (Jean 8.12), il est « le même hier, aujourd’hui et éternellement » (Hébreux 13.8), il est « le premier et le dernier, et le vivant aux siècles des siècles » (Apocalypse 1.17-18), il est « le Saint et le Juste, le prince de la vie » (Actes 3.15-16). « Tous les prophètes rendent de lui le témoignage que quiconque croit en lui reçoit par son nom le pardon des péchés » (Actes 10.43) : Abraham (Gen 22.18/Actes 3.25) ; Moïse (Deutéronome 18.15 / Actes 3.22) ; David (Psaume 68.19 / Ephésiens 4.8) ; Esaïe (Es. 53.12 / Jean 12.41). Jésus n’est donc pas comparable à un des lampadaires, il est plutôt comme la lumière diffusée par tous les lampadaires.

Vous tentez de faire une distinction entre ‘‘nos propres ennemis à nous’’ et ‘‘les ennemis déclarés de Dieu’’. Cela est vain pour deux raisons. Premièrement, si nous sommes de vrais serviteurs de Dieu, nos ennemis sont aussi ceux de Dieu. Deuxièmement, "les ennemis déclarés de Dieu" aujourd’hui peuvent devenir demain ses plus chers amis. Quand Jésus nous demande de prier pour ceux qui nous maltraitent et nous persécutent (Mathieu 5.44), c’est dans l’espérance qu’ils vont se repentir et se convertir. C’est exactement ce qui s’est passé pour Saul de Tarse, après qu’Etienne ait prié pour ceux qui le lapidaient (Actes 7.60, 8.1, 9.5). Dans notre 20e siècle, de nombreux musulmans se sont convertis à Christ, après avoir constaté que les chrétiens leurs rendaient le bien pour le mal (Matthieu. 5.38-41,44 ; Romains 12.17-20).

« Les musulmans ont toujours témoigné leur amour pour Jésus. Pourquoi donc les chrétiens haïssent Muhammad au point de l’accabler d’injures et de basses calomnies pendant des siècles ? » Les musulmans ne peuvent aimer Jésus pour la simple raison qu’ils ne le connaissent pas : ils ne savent même pas ce qu’il fait actuellement au ciel.

De même, les chrétiens ne sauraient haïr Mohammad parce qu’ils savent qu’il est mort. La seule chose que les chrétiens sont invités à haïr, c’est le mal, le péché. (Psaume 97.10, Romains 12.9, Hébreux 1.9). Donc, les chrétiens n’éprouvent aucune haine, ni pour Muhammad, ni pour ses disciples, les musulmans. Ce que les chrétiens haïssent, ce ne sont pas les pécheurs, mais le péché sous toutes ses formes.

D’autre part, les chrétiens sont aussi lucides et savent que de son vivant, Muhammad était un homme de la même nature qu’eux (41.6), avec ses multiples péchés pour lesquels le Coran lui demande de réclamer le pardon de Dieu. Les chrétiens ne sont pas suffisamment naïfs pour croire que Muhammad avait le caractère angélique que certains musulmans, dont vous, voudraient lui prêter. Plusieurs des légendes que vous avez rapportées ne sont que des plagiats des paroles du Christ (Matt 25.31-46 et Luc 23.34). Pour une évaluation de la personnalité de Muhammad plus objective que la vôtre, et appuyée sur des déclarations coraniques, veuillez vous référer au document ci-joint.

« Pour décrire l’humanisme de l’Islam, il faudrait des volumes ». Je vous crois volontiers, puisque vos frères du F.I.S, du Hezbollah, du Hamas, les Talibans d’Afganistan... s’emploient à en écrire de nouvelles pages chaque jour. Veuillez aussi lire les déclarations de Haï Amin Al Husseini, Gamal Abdel Nasser et Yasser Arafat dans le document intitulé "La différence", ainsi que la page "l’Islam religion tolérante ?"

« Le Coran n’est pas la parole de Dieu », et pourtant j’invoque ses versets à l’appui de mon discours.

Effectivement, et je ne trouve pas cela déloyal. Lorsque Paul s’est adressé aux Grecs d’Athènes, n’a-t-il pas cité leurs poètes (Actes 71.28) ? Il a été démontré que presque toute civilisation a conservé des traces du monothéisme primordial qui existait depuis Adam jusqu’à Noé, nos ancêtres communs. L’annonce de l’Evangile peut donc s’appuyer sur ce qu’il y a de vrai dans chaque civilisation. A plus forte raison, le Coran qui est en grande partie inspiré des récits bibliques, contient certaines vérités qu’il est bon de mettre en relief à ceux qui en font la lecture. Le Coran n’est pas la parole de Dieu, mais il contient des paroles de Dieu. De nombreux musulmans se sont d’ailleurs convertis à Christ à partir de la lecture du Coran. Leur lecture les a poussés à vouloir en savoir plus sur ce Jésus dont parle le Coran en termes si élogieux tout en réduisant presque à néant ses enseignements et en niant le but même de sa venue sur terre.

Je pense en particulier au témoignage de la Pakistanaise Bilquis Sheikh dans son livre "Dieu, j’ai osé l’appeler Père".

« Si donc David l’appelle Seigneur, comment donc est-il son fils ? » (Matthieu 22.41-45). Les deux hypothèses que vous suggérez révèlent que vous avez compris peu de choses à ce texte. Jésus ne nie pas ici qu’il est le fils de David, mais il veut faire comprendre aux pharisiens (et par la même occasion, à vous religieux musulmans) qu’il est plus que cela. Jésus est le fils de David par son incarnation ; c’est Jésus Christ "homme ‘ = anthropos’, seul médiateur entre Dieu et les hommes" (1Thimothée 2.5), et il est Seigneur de David par son origine divine, étant Fils de Dieu (votre courrier me permet de constater avec satisfaction que vous êtes en mesure de voir derrière ce mot "Fils" autre chose que des relations charnelles). Vos deux hypothèses sont donc aussi fausses l’une que l’autre.

Jésus est fils de David, mais il est plus que cela : il est aussi Seigneur de David ;

Jésus est un prophète, mais il est plus que cela : il est le Prophète par excellence, il est aussi le Roi des rois et notre Souverain sacrificateur.

Jésus est le porte-parole de Dieu, mais il est plus que cela : il est la Parole même de Dieu.

Que Dieu bénisse vos réflexions,

Yves Goasguen

TEXTE JOINT

Une évaluation objective de Muhammad

En tant qu’homme et fondateur d’une nouvelle religion, Muhammad présente de nombreux contrastes. Il avait de nombreuses qualités pour faire de lui un chef et un homme d’Etat. Il défendit souvent la cause du pauvre, de la veuve et de l’orphelin. Il apporta beaucoup de réformes sociales aux arabes. L’un de ses principaux mérites fut de bannir la coutume arabe païenne consistant à tuer les bébés filles. Mais il y a une autre face à sa vie personnelle et à sa carrière publique.

Muhammad fut souvent vicieux et cruel. L’histoire de l’Islam comprend de nombreux récits qui parlent de ses revanches contre ses ennemis. Parfois des familles entières et même des tribus entières furent balayées. Des atrocités furent commises même face à de légères provocations. Muhammad n’admettait aucune critique de ses actions. La défense islamique consiste à dire que tout ce que Muhammad faisait était bien parce qu’il était le Prophète.

Après la mort de Muhammad, un phénomène important se produisit qui prouve que beaucoup de ses convertis n’étaient pas vraiment convaincus de ses affirmations. Plusieurs des tribus qui avaient été contraintes d’adopter l’Islam durant sa vie, retournèrent à leur religion première. Finalement, c’est face à la menace du fil de l’épée qu’elles furent forcées à demeurer musulmanes. Cela se produisit lors d’une série de batailles appelées "wars of reverting".

Comme les autres humains, Muhammad commit des péchés et fit des erreurs. Plusieurs versets du Coran indiquent qu’il avait besoin de pardon pour ses actes. Par exemple, il lui fut demandé d’invoquer le pardon de Dieu (40.55, 47.17, 48.1-2, 49.1-3). S’appuyant sur la Sourate 80, versets 1 à 10, la tradition musulmane dit qu’un mendiant aveugle nécessiteux vint à Muhammad, mais Muhammad le repoussa et Dieu le réprimanda. En plus de son besoin d’être pardonné, le Coran montre que Muhammad était sujet à des pensées et des influences sataniques 7.199-200, 113.1-5, 114.1-6 Il eut des rencontres et des échanges avec les djinns.

Yves Goasguen


5 Messages de forum

  • Cher Pasteur,

    je suis choquée par vos critiques à l’encontre du Prophète MOHAMED, nous n’avons jamais eu un tel discours envers Jésus ou tout autre Prophète au contraire nous les évoquons avec tout le respect que nous leur devons.

    Qu’est ce qui vous donne le droit à vous de porter un tel jugement et de tels mensonges ? Qui êtes vous pour parler ainsi ? Je suis étonné qu’un homme aussi pieux que vous puisse avoir un tel language.

    Quand aux musulmans convertis à votre religion personnellement, je n’en connais pas et Dieu sait si j’ai sillonné le monde musulman

    Il n’y a de Dieu que Dieu est Mohamed est son messager que vous l’acceptiez ou non cela ne changera rien Jésus s’unira aux musulmans et proclamera que sa religion est l’Islam

    Je suis choquée et déçue par vos propos intolérables

    Ibtissam

    • chère Ibitssam, Vous ne faîtes pas non plus preuve d’une grande tolérance en affirmant que la seule religion vraie est l’islam et que Jésus se soumettra à la religion musulmane : étant chrétienne je suis même assez choquée par vos propos rigoristes, voire méprisants. Et contrairement à ce que vous pensez, il y’a des musulmans qui se convertissent au christianisme parce qu’ils y découvrent une religion d’amour et de paix et l’infinie miséricorde du Christ. réflechissez : les musulmans s’illustrent-ils aujourd’hui par leur tolérance ? Pourquoi êtes vous si crispée et renfermée sur vous-même ? Le christ ne disait-il pas :"aimez vous les uns les autres comme je vous ai aimés" ? Soyez plus détendue et moins susceptible !!

    • Eh bien tu te trompes ! Le pasteur n’a pas du tout tort dans ce qu’il dit, la preuve c’est une ex-musulmane qui te répond. Et nombreux sont ceux qui de l’islam se sont convertis à la chrétienté. Tu n’as qu’à faire un tour en Algérie et tu verras de visus ce qu’il dit. Maintenant, si tu es choquée par ses propos, bien sûr que la Vérité blesse. Vous aurez beaucoup de mal à admettre que vous êtes dans l’égarement et que l’islam ne vous apportera rien ni ici ni dans l’au-delà car vous niez l’enseignement de Jésus et surtout ignorez que l’islam vous a éloigné du Salut.

    • Veuillez bien relire dans le Coran les versets cités dans le dernier paragraphe du pasteur. Bonne lecture et bonne réflexion.

  • DE NATAN QORIQ : effectivement cher MAITRE SIMOZRAG je pense aussi que les chrétiens ont donné une image de Dieu (INTERDIT DANS LE VRAI MONOTHEISME !) humaine, il s’agit de l’anthropomorphisme égypto-gréco-romain ET CETTE VISION DE DIEU EST UNE VISION PAIENNE POLYTHEISTE ET NON MONOTHEISTE ! C’est là tout le problême des religions occidentales elles sont "anthropomorphistes" et "anthropocentristes", en résumé elles ramènent tout à l’Homme ! C’est alors un Dieu fait à l’image de l’Homme qui fut réalisé en la vision de Jésus Christ !