Accueil du site > Jesus n’est pas DIEU > Reponse 23 : Jesus n’est pas Dieu
      

Reponse 23 : Jesus n’est pas Dieu

Publication en ligne : mercredi 6 février 2008, par Maître Simozrag


L’auteur écrit :

L’ETERNEL

Israël, mets ton espoir en l’Éternel ! Car la miséricorde est auprès de l’Éternel, Et la rédemption est auprès de lui en abondance. C’est lui qui rachètera Israël De toutes ses iniquités. Psaume 130:7-8
Dites à ceux qui ont le coeur troublé : Prenez courage, ne craignez point ; Voici votre Dieu, la vengeance viendra, La rétribution de Dieu ; Il viendra lui-même, et vous sauvera. Isaïe 35:4

JÉSUS

Elle enfantera un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus ; c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. Tout cela arriva afin que s’accomplît ce que le Seigneur avait annoncé par le prophète : Voici, la vierge sera enceinte, elle enfantera un fils, et on lui donnera le nom d’Emmanuel, ce qui signifie Dieu avec nous. Matthieu 1:21-23

Réponse 23
Tout d’abord, que signifie : Sauver son peuple de ses péchés ? Cela signifie que Jésus n’a été envoyé qu’au peuple juif. On est loin du rachat des péchés de toute l’humanité. De plus, quelqu’un qui sauve son peuple n’est pas Dieu. Moïse l’a fait, Mohammed a sauvé une bonne partie de l’humanité.
Ensuite, d’après Esaïe 8.3, il est clair que la jeune femme (ce n’est pas une vierge) est l’épouse d’Esaïe et le nouveau-né est le fils d’Esaïe. Il y a lieu de s’interroger pourquoi a-t-on mis à la place du mot ‘’almah’’ (la jeune femme, marié ou non) le mot ‘‘vierge’’ ? Sans doute, pour faire allusion à la vierge Marie !
Le mot hébreu almah ne signifie pas vierge, ce sont les traducteurs grecs du livre d’Esaïe qui, considérant ce signe comme miraculeux, ont ajouté au miracle en traduisant almah par parthenos (vierge)

On lit dans Matthieu 1.23 : « Voici une vierge qui sera enceinte et enfantera un fils, et on l’appellera Emmanuel (interprété par : "Dieu avec nous") » .
Le fait auquel se rapporte ce passage d’Esaïe (7.14) ne permet pas d’y voir une allusion à Jésus.
Jésus a pour nom Jésus et non Emmanuel
En effet, personne n’a jamais appelé Jésus du nom d’Emmanuel. Gabriel dit à Marie : « Tu appelleras ton fils : Jésus » . Et Jésus lui-même n’a jamais fait allusion à ce nom d’Emmanuel comme étant le sien.
Le mot Emmanuel est une qualité qui peut s’appliquer à tous les gens de bien, ce n’est pas un nom et elle peut s’appliquer à d’autre que Jésus
Le contexte de la prophétie indique que celle-ci n’a rien à voir avec Jésus. Il s’agit d’une histoire d’alliance entre la Syrie et le royaume du nord d’Israël qui remonte à l’an 700 avant J.C.
Les deux rois alliés, Restin, roi de Syrie et Pekah, roi d’Israël, menaçaient de détruire le royaume de Juda. Le prophète Esaïe annonce à Achaz, roi de Juda, que Dieu lui promit de délivrer son royaume. Comme signe de certitude de délivrance, Dieu révèle à Esaïe la naissance d’un enfant d’une jeune femme et, avant que l’enfant apprend à distinguer le bien du mal, les deux royaumes menaçant Juda seront détruits (Esaïe 7.15, 16).
Ce qui signifie que le secours de Dieu interviendra dans quelques années et il aura la preuve que Dieu est avec lui
En fait, vingt-et-un ans après, le pays de Pekah fut ravagé (2 Roi 15. 27-30 et 16.5-9).
Il est clair que la prophétie concerne un événement qui s’est déroulé sept cents ans avant la naissance de Jésus. Il n’est nullement question du Messie dans ladite prophétie.
La naissance de l’enfant devait arriver avant cet événement pour que la prophétie puisse s’accomplir. Or la naissance de Jésus est postérieure à ces faits de 721 ans.

La deuxième erreur est liée à la traduction du mot ‘‘almah’’. Les traducteurs chrétiens se sont permis de rendre ce mot par ‘’vierge’’, alors qu’il existe un mot hébreu pour vierge (betulah), que Esaïe aurait utilisé si cela correspondait à ce qu’il voulait dire.
Voici la traduction anglaise du texte hébreu originel
Therefore the Lord Himself shall give you a sign : behold, the young 14
woman shall conceive, and bear a son, and shall call his name Immanuel
14יד לָכֵן יִתֵּן אֲדֹנָי הוּא, לָכֶם—אוֹת : הִנֵּה הָעַלְמָה, הָרָה וְיֹלֶדֶת בֵּן, וְקָרָאת שְׁמוֹ,
עִמָּנוּ אֵל.

Source : http://www.mechon-mamre.org/p/pt/pt1007.htm
____________________


10 Messages de forum

  • Reponse 23 : Jesus n’est pas Dieu 30 juillet 2009 05:13

    De Natan Qoriq : Jésus n’est pas LE Messie, mais l’un des messies, l’un des envoyés de Dieu (dieu est seul digne d’adoration !) : ce que nous explique l’hexaeméron du shî’isme duodécimain : périodiquement des envoyés de Dieu viennent guider les hommes (environ tous les 600 à 650 ans) ! Parmi ces envoyés (des Bouddhas, des anges incarnés !) : Moïse, Bouddha-Siddharta, Zoroastre, Jésus, Mahomet (le dernier connu ! Il est le sceau de la prophétie jusqu’à la venue de l’imam Al-Maddhi)

  • Reponse 23 : Jesus n’est pas Dieu 31 juillet 2009 04:38

    De Natan Qoriq : cf. aussi la théorie soufie des 7 abdals

  • Reponse 23 : Jesus n’est pas Dieu 2 janvier 2010 13:25, par green

    il faut noter que dans la Bible, le mot ALMAH qui signifie jeune fille est employé pour désigner des vierges uniquement et le mot BETHULAH qui signifie vierge est utilisé pour des femmes non vierges. Pouvez-vous m’expliquer

    • Reponse 23 : Jesus n’est pas Dieu 2 janvier 2010 14:26, par Maître Simozrag

      Où avez-vous pris cette note :

      "Il faut noter que dans la Bible, le mot ALMAH qui signifie jeune fille est employé pour désigner des vierges uniquement et le mot BETHULAH qui signifie vierge est utilisé pour des femmes non vierges."

      C’est à l’auteur de cette note qu’il appartient de l’expliquer.

      • Reponse 23 : Jesus n’est pas Dieu 12 mars 2010 04:24, par green

        En réalité c’était plus une question qu’une note.

        J’aimerais savoir pourquoi dans la Bible, le mot ALMAH qui signifie jeune fille est employé pour désigner des vierges uniquement et le mot BETHULAH qui signifie vierge est utilisé pour des femmes non vierges ?

        Un exemple est Rebecca qui est désignée sous le terme almah en Genèse 24:43 :

        Voici, je me tiens près de la source d’eau, et que la jeune fille (almah) qui sortira pour puiser, à qui je dirai : Laisse-moi boire, je te prie, un peu d’eau de ta cruche, et qui me répondra.

        Et Rebecca était vierge (voir Genèse 24:16).

        En Exode 2:8, almah est employé pour décrire une sœur (Miriam) plus âgée de Moïse lorsque celui-ci était encore qu’un enfant, Miriam était une vierge évidente à ce moment, et rien dans le contexte n’exige le contraire.

        Psaume 68:25 emploi le mot almah pour se rapporter aux musiciens féminins dans le cortège escortant le roi dans le sanctuaire. Rien dans le contexte ne remet en question la virginité de ces jeunes filles.

        Au Cantique des cantiques 1:3 ; 6:8, le terme almah se rapporte aux préposés des reines et des concubines de Salomon. Encore, rien dans le contexte ne soulève une question concernant la virginité de ces jeunes filles.

        On trouve aussi dans Joël 1:8 bethulah se rapporte à une femme qui pleure l’époux de sa jeunesse.

        Gémis comme une vierge (bethulah) ceinte du sac, sur le mari de sa jeunesse !

        En Genèse 24:16, où Rebecca est citée en tant qu’une bethulah, les mots continuent en disant "et aucun homme ne l’avait connue " :

        C’était une jeune fille très belle de figure ; elle était vierge (bethulah), et aucun homme ne l’avait connue. Elle descendit à la source, remplit sa cruche, et remonta.

        Cette qualification "et aucun homme ne l’avait connue" aurait été inutile si le mot bethulah aurait clairement signifié une vierge.

        Nous trouvons cette même qualification en Juges 21:12 :

        Et ils trouvèrent parmi les habitants de Jabeshgilead quatre cents jeunes vierges (bethulah), qui n’avaient point eu compagnie d’homme...

        Ceci indique que le mot hébreu bethulah par lui-même ne signifie pas toujours ou nécessairement une vierge dans le sens littéral.

        Bethulah est également employé pour désigner diverses nations païennes, aussi bien que les apostats d’Israël, connus pour leur idolâtrie et immoralité qui sont regardées en tant que fornication ou adultère spirituelle. (Voir Isaïe 23:12 ; 37:22 ; 47:1 ; Jérémie 14:17 ; 46:11 ; Lamentations 1:15 ; 2:13 ; Ézéchiel 23 ; Amos 5:2).

        Cela confirme que le terme bethulah ne se rapporte pas toujours ou nécessairement à une vierge dans le sens littéral

        Pouvez-vous m’éclairer sur cela ?

        • Reponse 23 : Jesus n’est pas Dieu 21 mars 2010 01:47, par Maître Simozrag

          La réponse à votre question exige une confrontation des anciens textes de la Bible entre hébreux et l’araméen et leur traduction en grec, opération que je suis actuellement dans l’impossibilité de faire, faute de temps et considérant le peu d’intérêt que cela comporte. Je puis néanmoins affirmer que le problème vient du fait que les traducteurs chrétiens ont tenté d’adapter la naissance de Jésus (d’une vierge) à la prophétie d’Esaïe 7.14. D’où la confusion entre almah et bethulah. Il y eut en quelque sorte une querelle entre les juifs et les chrétiens - la même querelle existe dans d’autres domaines, d’ailleurs - qui déboucha sur la transposition ou l’inversion des mots almah et Bethulah. Les traducteurs chrétiens voulant appliquer le terme de la prophétie d’Isaïe à la naissance de Jésus. Pour les contrarier, les traducteurs juifs de l’ancien testament, ne croyant ni à la virginité de Marie ni à la naissance miraculeuse de Jésus, ont interverti les termes pour désadapter la prophétie d’Esaïe à la naissance de Jésus. Ce qui explique et répond à votre question : « pourquoi dans la Bible, le mot ALMAH qui signifie jeune fille est employé pour désigner des vierges uniquement et le mot BETHULAH qui signifie vierge est utilisé pour des femmes non vierges ? » J’espère avoir répondu, ne serait-ce que partiellement, à votre question.

          • Reponse 23 : Jesus n’est pas Dieu 30 mars 2010 04:55, par green

            Cela ne répond pas à la question. d’ailleurs dans la prophétie d’Isaïe en admettant que ce n’était pas Marie la mère du Christ, il s’agissait tout de même d’une vierge. En effet, cela devait être un miracle et il n’y a rien de miraculeux à ce qu’une jeune fille soit enceinte à l’inverse d’une fille vierge. Cela n’explique pas non plus les autres passages que j’ai mentionné qui n’ont pas de rapport avec la venue du Messie. Les juifs ne reconnaissent certes pas Jésus comme Messie mais dans les versets que j’ai cité il s’agissait de personnes que les juifs reconnaissent. Par ailleurs, cette question n’est pas sans intérêt puisque elle démontre la fausseté de votre argument. Peut-être que pour échapper au sujet vous plaidé le manque de temps ? J’espère une réponse plus détaillé de votre part avec, comme vous l’avez dit, la confrontation des textes hébreux et autres car, malheureusement je ne connais pas l’araméen et le grec ni même bien l’hébreux. Merci d’avance.

            • Reponse 23 : Jesus n’est pas Dieu 5 avril 2010 17:10, par Maître Simozrag

              Non, la prophétie d’Esaïe ne parle pas d’une vierge. Il s’agit tout simplement de l’épouse d’Esaïe et le nouveau-né est le fils d’Esaïe.

              Bref, pour répondre à votre question, j’ai enfin pu établir une comparaison entre les textes de la Bible notamment entre l’Hébreux et le Grec, il ressort de cette étude ainsi que de l’enseignement des rabbins que « bethulah » est le seul mot qui veut dire « vierge ». Tandis que le mot « almah » signifie « jeune fille » ou « jeune femme ». Il me semble que l’erreur vient des traducteurs de la Septante, (une traduction de l’Ancien Testament de l’hébreu au grec datant de 250 avant Jésus-Christ ), qui utilisèrent le mot « parthenos » pour traduire le mot « almah » cité dans Esaïe 7.14. Du coup, le mot « almah » prit la signification, je dirais arbitraire, de « vierge », qui s’ajouta à sa signification originelle et exclusive de « jeune fille » ou de « jeune femme ». La plupart des chercheurs conviennent que la traduction par « vierge » du mot « almah » d’Esaïe 7.14 est une traduction incorrecte qui ne rend pas le sens vrai du mot et qui trahit la pensée et la parole d’Esaïe.

              Dans les textes hébreux de la Bible, le mot « almah » est utilisé sept fois : une fois pour désigner « jeune fille », deux fois pour désigner « la fiancée » et quatre fois (vous l’avez mentionné dans votre note) pour signifier « vierge ».

              En revanche, le mot « bethulah » est mentionné 50 fois : sept fois pour désigner « vieille fille », huit fois pour désigner « jeune fille » et trente cinq fois, je dis bien 35 fois pour désigner « vierge ». Mais force est de constater que le sens réel de la virginité est présent dans les 50 fois. Par exemple : « Il prendra pour femme une vierge. Il ne prendra ni une veuve, ni une femme répudiée, ni une femme déshonorée ou prostituée ; mais il prendra pour femme une vierge parmi son peuple. » Lévitique 21.13, 14

              « … J’ai pris cette femme, je me suis approché d’elle, et je ne l’ai pas trouvée vierge » Deutéronome 22.14

              « Si une jeune fille vierge est fiancée, et qu’un homme la rencontre dans la ville et couche avec elle, vous les amènerez tous deux à la porte de la ville, vous les lapiderez... » Deutéronome 22.23-24

              « Laisse-moi libre pendant deux mois ! Je m’en irai, je descendrai dans les montagnes, et je pleurerai ma virginité avec mes compagnes. » (Juges 11.37)

              Et ainsi je peux multiplier les exemples sur le fait que le mot « bethulah » exprime l’idée de virginité d’une femme célibataire, contrairement au mot « almah » qui est simplement utilisé pour désigner une jeune femme à l’âge nubile.

              • Reponse 23 : Jesus n’est pas Dieu 10 avril 2010 04:32, par green

                Je vous remercie pour vos explications concluantes.

                • Reponse 23 : Jesus n’est pas Dieu 23 janvier 2015 03:51, par delpirlo

                  Donc vous reconnaissez que le mot almah peut aussi désigner une vierge ? pourquoi ne pas l’appliquer aussi dans ce cas. Le mot almah (jeune fille) a bien été utilisé pour Rebecca et pourtant elle était aussi bethulah(vierge) !! Comment pouvez-vous affirmer avec certitude que ce n’est pas le cas ? Et en quoi est-ce un miracle de naitre d’une non vierge ? Reconnaissez-vous que Jesus soit né d’une vierge ?