Accueil du site > Actualité > Union des Musulmans
      

Union des Musulmans

Publication en ligne : lundi 25 juin 2012, par Maître Simozrag

La division est l’une des plus grandes calamités qui frappe la communauté musulmane, qui épuise sa force et qui l’empêche de réaliser l’idéal et la mission dont elle est divinement investie.

La division des musulmans est une situation incompatible avec l’Islam. « Vous êtes la meilleure communauté qu’on a fait surgir pour les hommes, vous ordonnez le convenable, interdisez le blâmable et croyez en Dieu. » s3 v110 كنتم خير أمة أخرجت للناس تأمرون بالمعروف وتنهون عن المنكر وتؤمنون بالله"" ال عمران 110

« Que soit issue de vous une communauté qui appelle au bien, ordonne le convenable et interdit le blâmable. Ceux-là seront les bienheureux. » s3 v104 ولتكن منكم أمة يدعون ألى الخير ويأمرون بالمعروف وينهون عن المنكر واولائك هم المفلحون"ال عمران 104

La prise de conscience du danger de la division est plus que jamais d’actualité.

La division menace la communauté dans son existence même, de sorte que la mobilisation de l’ensemble des musulmans, individus et groupes, devient une nécessité absolue en vue de surmonter ou plutôt de mettre fin à la douloureuse réalité créée par ce phénomène.

La division a rabaissé les musulmans dans tous les domaines. Elle les a rendus faibles malgré leur puissance, pauvres malgré leurs richesses, elle les a rendus attardés, ignorants, sous-développés en dépit du caractère scientifique et civilisationnel de l’Islam.

Elle les a surtout mis en guerre les uns contre les autres et, pire, cette division les a mis en état de désobéissance par rapport à Allah et leur a fait encourir Sa colère.

L’unité est un défi que les Musulmans doivent relever pour mettre fin aux luttes fratricides et épargner aux générations futures des guerres dévastatrices.

D’autant plus que l’unité des Musulmans est une obligation religieuse, une exigence politique et une nécessité sociale.

Si la Vérité ne réunit pas les gens, le faux les désunit et les disperse. Et s’ils ne sont pas unifiés par le culte du Miséricordieux, ils seront déchirés par le culte de Satan. Et s’ils ne sont pas attirés par les délices de l’Au-delà, ils se mettent à se disputer les biens éphémères d’ici-bas.

1 - Une obligation religieuse

L’obligation de s’unir pour les musulmans tire sa source dans le Saint Coran et dans les Hadiths. Allah et Son Messager appellent, exhortent les musulmans à l’Unité :

a)Le Coran

« Et cramponnez-vous tous ensemble au “Habl” (câble) d’Allah et ne soyez pas divisés » [Sourate Al-’Imran :103].

قال الله تبارك وتعالى : وَاعتَصِمُوا بِحَبلِ اللّهِ جَمِيعًا وَلاَ تَفَرَّقُوا وَاذكُرُوا نِعْمَةَ اللّهِ عَلَيكُم إِذْ كُنتُم أَعدَاءً فَأَلَّفَ بَينَ قُلُوبِكُمْ فَأَصبَحتُمْ بِنِعمَتِهِ إِخوَانًا وَكُنتُمْ عَلَى شَفَا حُفرَةٍ مِّنَ النَّارِ فَأَنقَذَكُم مِّنهَا كَذَلِكَ يُبَيِّنُ اللّهُ لَكُم آيَاتِهِ لَعَلَّكُم تَهتَدُونَ [آل عمران : 103

« Certes, cette communauté qui est la vôtre est une communauté unique et Je suis Votre Seigneur. Adorez-Moi donc ». s21 v92

« Certes, cette communauté qui est la vôtre est une communauté unique, et Je suis votre Seigneur. Craignez-Moi donc. » s23 v52

« Tu n’es nullement responsable de ceux qui provoquent des scissions dans leur religion pour former des sectes. Leur sort ne dépend que de Dieu qui les mettra, le moment venu, en face de leurs oeuvres » An’am 6.159

L’Islam condamne et désavoue ceux qui se divisent : « Pharaon s’était érigé en despote sur terre. Il répartit ses habitants en sectes. » s28 v4, parce que la désunion est source de faiblesse pour la communauté : « Obéissez à Dieu et à Son Messager ! Ne vous livrez pas à des disputes qui entameraient votre union et votre force ! » s8 v46

b)Les Hadiths « Le croyant, vis à vis des autres croyants est comme la construction dont tous les éléments se soutiennent », Hadith rapporté par Boukhari et Muslim.

« Les croyants en ce qui concerne leur compassion, miséricorde et bonté ressemblent à un seul et même corps. Si un organe est atteint, tout le corps en souffre ». Rapporté par An-Naâmane ibn Bachir

« Méfiez-vous des préjugés car rien n’est plus trompeur. Ne vous espionnez pas, ne rivalisez pas entre vous, ne vous enviez pas, ne vous détestez pas, ne vous ignorez pas, soyez des serviteurs de Dieu fraternels, ainsi que Dieu vous l’a ordonné. Le musulman est le frère du musulman. Il ne l’opprime pas, il ne le prive pas de son soutien, il ne le méprise pas. C’est là que réside la crainte pieuse ! » Répéta-t-il deux fois.

« Tout ce qui appartient au musulman est sacré pour le musulman : son honneur, ses biens et son sang », rapporté par Abu Hourayra.

2 - Une exigence politique

L’union fait la force.

L’unité politique des Musulmans est le résultat naturel de leur unité religieuse.

L’Islam ne différencie pas le religieux du politique. Le Prophète (s) a posé la première pierre de l’unité politique des Musulmans dès la fondation de l’Etat islamique à Médine. L’unité des musulmans (Emigrés et Ansars) fut à cet égard le socle de cet État.

La Constitutions de l’État de Médine (Sahifa) mentionne que les Musulmans constituent une seule et même communauté.

Par ailleurs, nous sommes dans l’ère des regroupements internationaux, l’ère où tout pays se sent en danger s’il n’appartient pas à un regroupement d’États, et risque d’être contraint dans ses choix s’il ne rejoint pas de son propre chef une alliance internationale.

Diverses unions et alliances militaires virent le jour, chacune visant à avoir la suprématie dans les conflits armés. Puis les regroupements se réunirent pour ne plus faire que deux blocs : l’Est et l’Ouest. Serions-nous capables, nous autres musulmans, de nous rassembler dans une union islamique, fondée non pas sur la suprématie militaire et l’amour du pouvoir, mais plutôt sur la foi et l’obéissance à Dieu ?

Il est donc indispensable que les musulmans se réunissent, qu’ils ne divergent point et qu’ils se constituent en une communauté unie. Le Très-Haut dit à cet effet : « Votre communauté que voici est une seule communauté ».

Le fait de constituer une seule communauté n’implique pas nécessairement que nous soyons gouvernés par un seul gouvernement bien que cela soit réalisable, mais nous devons ériger un groupement uni, ou une ligue islamique unie, comme nous le verrons plus loin.

3 - Une nécessité sociale

Les croyants sont unis par la fraternité de la foi.

Or, une communauté unie est une communauté où se développent des relations intenses de fraternité et de solidarité sociale, au delà de l’origine, de l’ethnie ou de la nationalité de ses membres.

Toute personne qui réside et se déplace légalement à l’intérieur des pays musulmans devrait avoir droit aux avantages sociaux.

L’unité est un remède contre l’égoïsme, elle favorise l’esprit de solidarité et d’entraide entre les Musulmans :

Par exemple, l’unité encourage les Musulmans à réinstaurer les mécanismes de solidarité et de bienfaisance entre eux. Le Waqf est l’un de ces mécanismes de solidarité.

Le Waqf, se définit comme l’immobilisation d’un bien mobilier ou immobilier, d’une rente ou d’un service pour la cause de Dieu.

Il s’agit d’une donation faite à perpétuité par un particulier au profit d’une œuvre d’utilité publique pieuse.

Il peut également s’agir d’un usufruit de bien avec ou sans transfert de propriété. Généralement le transfert (ou non de propriété) dépend de la nature du bien, du bénéficiaire, des clauses et conditions du Waqf.

Les ressources du Waqf ont servi à la prise en charge des orphelins, des aveugles, des handicapés et des sans-abri.

Il y avait par ailleurs des Waqf spécifiques destinés à la prise en charge du mariage des jeunes dont les parents ne pouvaient en supporter les frais. Le Waqf s’occupait également de l’hébergement et de la restauration des voyageurs et des pèlerins, du forage et de l’équipement de puits, de la construction des barrages et des canaux d’irrigation.

Avant d’être démantelé par le colonialisme, le Waqf constituait le ciment de l’unité des musulmans et le symbole de solidarité qui caractérise cette union.

C’est ainsi que le Waqf a permis de préserver l’unité de la Communauté musulmane pendant des siècles. Ce n’est que lors de la disparition de cette institution que l’unité des musulmans a commencé à se désintégrer.

Parmi les universités qui étaient créées et financées par le Waqf figurent les universités de Az-Zaïtouna en Tunisie (actuellement dissoute) AL-Aqsa en Palestine, Al- Azhar au Caire, Karaouiyne au Maroc.

En somme, l’Unité a un impact positif sur les relations sociales parce qu’elle contribue à faire régner l’harmonie et la confiance entre les individus.

Ces relations se caractérisent par l’honnêteté, le respect du dépôt (al-amâna) et de la parole donnée, la sincérité dans les échanges financiers et commerciaux, l’absence de fraude et d’abus dans la production et la vente de marchandises.

Du producteur jusqu’au détaillant en passant par le grossiste, les opérations de commerce se font dans le respect des conditions légales de prix, de qualité, de poids et de mesure.

4 - Les conséquences de la division

Les conséquences de la division des musulmans sont chaotiques à tout point de vue.

Le sang coule depuis des décennies, les musulmans s’affrontent en Algérie, en Libye, en Irak, en Syrie et ailleurs.

Faut-il rappeler que la guerre Irak-Iran a fait plus d’un million de morts ?

Au Moyen-Orient, la situation est une honte, il existe deux partis baath, un baath sunnite et un baath chiite.

Le pouvoir chiite en Irak combat le baath sunnite irakien et apporte son soutien au baath syrien car chiite. Il aide le pouvoir syrien contre la révolte du peuple syrien sunnite et en même temps il apporte son soutien à la révolte chiite du peuple bahraini.

Notre communauté est malheureusement déchirée. On s’achemine vers une confrontation sunnite/chiite à grande échelle.

Ces affrontements sanglants sont sans doute le résultat de notre désobéissance à Allah rappelant les calamités dévastatrices que Dieu faisait abattre sur les peuples rebelles.

« Que ceux qui désobéissent aux ordres du Seigneur prennent garde d’être frappés par un malheur ou d’être accablés par un châtiment cruel. » (s24 v63)

« Dis : Dieu a le pouvoir de susciter contre vous un cataclysme descendant du ciel ou surgissant de la terre ou de vous diviser en sectes rivales et de faire goûter aux une la violence des autres. »(s6 v65)

En effet, notre Seigneur nous a ordonné de lui obéir ainsi qu’à son Messager et nous leur avons malheureusement désobéi.

Il nous a commandé l’union, la fraternité, la concorde pourtant nous sommes divisés, en guerre les uns contre les autres.

Il nous a interdit de prendre pour alliés les juifs et les chrétiens parce que ce sont les ennemis de notre religion. Or, nous les avons pris pour alliés.

La désunion fait subir des dégâts considérables et pour cause, le déclin du monde musulman a tout simplement pour origine les querelles provoquées par la désunion.

L’union des musulmans s’est pourtant réalisée à l’époque du Prophète (s) et des califes guidés, à l’époque des Abassides, sous le khalifat d’Espagne et le khalifat Ottoman. Comment se fait-il que cette union ne se réalise pas aujourd’hui ?

Fondé à la fin du 13ème siècle le Khalifat regroupait en son sein outre la Turquie et les États d’Afrique du Nord, l’Arménie, la Grèce, les pays Balkans, la Syrie, la Palestine l’Irak et les États de la péninsule arabique.

Les puissances occidentales ont mis en œuvres tous les moyens dont ils disposaient pour démanteler le Khalifat.

Allah dit :

« Tu ne seras agréé ni des juifs ni des chrétiens que lorsque tu auras suivi leur religion. Dis : Il n’est d’autre voie de la vérité que celle de Dieu. » (s2.v120).

« Ils veulent par leurs mensonges éteindre la lumière de Dieu, mais Dieu tient à parachever Sa lumière, n’en déplaise aux négateurs. » (s.9 v.32)

Le dépeçage de ce Khalifat était un ancien projet, une conspiration lointaine du monde biblique judéo-chrétien, aidé de l’extérieur par les Russes et de l’intérieur par un mouvement nationaliste préfabriqué, animé par les franc-maçons, athées. Le valet de l’occident, chantre de la laïcité, Mustapha Kémal Atatürk était à la tête de ce mouvement.

Le 6 septembre 1938, Mustapha Kémal Atatürk rédigeait son testament où il affirma : « Je ne laisse, en tant qu’héritage spirituel, aucun verset, aucun dogme, aucune règle pétrifiée et figée. Mon héritage spirituel, c’est la science et la raison ».

Ce dernier abolit le Khalifat, auquel il lui substitua la République, interdit le port du voile, fit fermer les écoles coraniques, substitua l’alphabet latin à l’alphabet l’arabe, mettant ainsi la langue arabe sous le boisseau. Bref, il déclencha une campagne d’occidentalisation à outrance et parallèlement une guerre contre l’Islam, qui continuent par ailleurs de sévir partiellement en Turquie.

« L’islam, dit-il, cette théologie absurde d’un bédouin immoral, est un cadavre putréfié qui empoisonne nos vies ».

Dès lors, le monde musulman s’est vu confronté à des campagnes de désislamisation, d’évangélisation, à des attaques contre la religion, ses fondements et ses valeurs morales.

Pendant que se propagent des théories sur le sexe, le libertinage, sous couvert de libération de la femme, on vit apparaître des doctrines de sécularisation, laïcisation tels le communisme, le socialisme et le libéralisme, sans aucun rapport avec la culture islamique.

Prétextant la quête de modernité, de nouveaux concepts surgissent sur l’immoralité, l’indécence, les jeux et divertissements, le nudisme, la pornographie, etc.…En un mot, l’obscénité partout présente.

L’Islam est taxé de religion rétrograde, elle serait contre le progrès et n’est finalement viable qu’à l’époque et au lieu de son apparition.

La recherche du progrès exige selon eux que l’on délaisse la Chari’a et le Coran qui n’enseigneraient que la haine et le fanatisme.

La chute de l’empire musulman Ottoman fut alors une catastrophe pour l’ensemble de la communauté.

Les ennemis de l’islam ont formé des savants non musulmans, orientalistes, auxquels ils ont confié l’étude du Coran dans le but de développer une exégèse et des commentaires erronés (en arabe : israéliètes) mettant en doute la véracité de la parole divine.

Ils ont encouragé la création de sectes islamistes et la multiplication de doctrines, ainsi que l’invention de faux hadiths.

Aucun effort n’a été ménagé pour détruire l’Islam comme message de vérité et projet civilisationnel.

Le monde musulman fut le théâtre de manœuvres diaboliques visant à le fragmenter, à le démembrer davantage et à dresser les parties les unes contre les autres. Sunnites contre Chiites, Arabes contre berbères, Kurdes, Druzes, Chaouis contre arabes, etc.

En un mot, ils ont renforcé et multiplié les causes de division des peuples musulmans.

Ils ne se sont pas contentés de cela, ils ont mis en place des réseaux de trafics de drogue, cocaïne, morphine, pour détruire la santé physique et mentale des peuples musulmans.

« Le moindre bien qui vous arrive les afflige et tout mal qui vous atteint les remplit de joie » (s3.v120). Expliquant ce verset, Qatada a dit el hassana (le bien) c’est l’union, c’est le rassemblement et la mal dont ils se réjouissent c’est la division.

En somme, les ennemis de l’Islam ne peuvent laisser les musulmans en paix. Ils ne cessent de fomenter des complots et de tendre des pièges contre les musulmans.

Christopher, ministre américain des affaires étrangères a dit : « il ne me plait pas que le monde musulman soit 200 Etats, je leur souhaite 5000 Etats ».

L’occident chrétien ne ménage aucun effort pour créer la discorde au sein des musulmans et les dresser les uns contre les autres.

Pendant que cet Occident s’évertue à morceler la communauté, il s’efforce de réaliser son unité en regroupant le maximum de pays dans des ensembles économiques, politiques, culturels et sociaux.

Ils projettent de promouvoir l’Union Européenne sous forme d’États unis à l’exemple des États-Unis d’Amérique.

Une certaine thèse développée par des stratèges israéliens considère que plus le monde arabe sera découpé en morceaux, plus la sécurité d’Israël sera préservée.

Dans un article intitulé ‘‘Grand Israël’’ publié par la revue Kivonim n° 14 de février 1982, l’organisation sioniste mondiale écrit : « Il nous appartient comme objectif politique essentiel de diviser Égypte et de la découper en territoires géographiques dispersés.

Une fois l’Égypte morcelée et dépourvue d’autorité centrale, nous nous consacrerons au démembrement d’autres pays musulmans comme la Libye, le Soudan et autres. Nous œuvrerons à la formation d’un état copte en haute Égypte et à l’établissement de faibles entités territoriales séparées dans tous les pays musulmans … »

Et les stratèges occidentaux en souhaitent autant du monde musulman. Le morcellement du monde musulman est la meilleure garantie pour leur sécurité.

Ils sont en phase de renégociation d’un nouveau Yalta pour le monde arabe et africain qui pourrait amorcer une nouvelle forme de colonisation. Dès l’apparition de l’État musulman à l’époque du prophète à Médine, les ennemis de l’Islam, notamment les Juifs se mirent à l’œuvre pour le mettre en échec.

Louis IX, Roi de France, a dit qu’il ne pouvait pas vaincre les Musulmans par la guerre mais qu’il pouvait les vaincre par la politique en créant des conflits entre leurs dirigeants et le cas échéant élargir le fossé entre eux de manière à faire de leurs divergences un facteur de faiblesse.

De ce fait, Ils n’ont cessé de déployer des efforts pour détruire la puissance des musulmans incarnée par l’État islamique mondial représenté par l’empire ottoman. Leurs complots se succédaient les uns après les autres jusqu’à la réalisation de leurs ambitions consistant en la désintégration, la fragmentation de l’État islamique. Les Campagnes de désislamisation et d’évangélisations et enfin la conquête des pays musulmans n’ont pu se concrétiser qu’après l’effondrement de l’État islamique, d’abord les Abbassides à Bagdad, puis en Espagne et enfin les Ottomans en Turquie.

Selon les termes d’Arnold Toynbee : « l’unité des musulmans est en sommeil, mais il faut qu’on tienne compte du fait que le dormant peut se réveiller ».

Allah avertit en annonçant qu’Il se chargera Lui-même du sort de ceux qui se divisent :

« Tu n’es nullement responsable de ceux qui provoquent des scissions dans leur religion pour former des sectes dissidentes. Leur sort ne dépend que de Dieu » 6.159

« إن الذين فرقوا دينهم و كانوا شيعا لست منهم في شي‌ء »

« Ne soyez pas comme ceux qui, après avoir reçu les preuves, se sont divisés et se sont opposés les uns aux autres. A ceux-là est réservé un énorme châtiment » 3.105.

ولا تكونوا كالذين تفرقوا واختلفوا من بعد ما حاءهم البينات اولائك لهم عذاب عظيم

Ceux qui se divisent sont assimilés à des associateurs

« Ne soyez pas du nombre des idolâtres ; de ceux qui ont fait éclater leur religion en sectes différentes, de sorte que chaque secte exulte de ce qu’elle détient » 30.32.

ولا تكونوا من المشركين من الذين فرقوا دينهم وكانوا شيعا كل حزب بما لديهم فرحون

5 - Les causes de la division

Les causes de la division sont nombreuses. Outre cette volonté manifeste de l’Occident de diviser les peuples musulmans pour mieux régner, on peut citer les madahabs, la fabrication de faux hadiths, l’incapacité de gérer les divergences, l’injustice des gouvernants envers les minorités. Cette injustice les conduit à vouloir se séparer.

a)L’occident Judéo-Chrétien ne ménage aucun effort pour semer la discorde entre les musulmans et les dresser les uns contre les autres. Alors que cet occident s’efforce à réaliser sa propre unité regroupant un maximum de pays, dans des ensembles politiques, économiques, culturels : c’est le cas des États-Unis d’Amérique, de l’Union Européenne.

b)Les musulmans ne savent pas gérer leurs différences et leurs divergences, par exemple sunnites/chiites ou soufis/salafites.

Les compagnons du Prophète (s) ont connu des discordances qui n’ont jamais entamé leur unité. Par exemple, ils étaient en désaccord sur un hadith leur enjoignant de ne prier Asr qu’une fois arrivés à Bani Quraida, mais l’heure de la prière du Asr eut lieu avant leur arrivée à Bani Quraida.

Certains ont préféré respecter l’heure tandis que d’autres ont préféré attendre leur arrivée à Bani Quraida.

Ils ont connu des divergences sur la vision de Dieu par le Prophète (Paix sur lui) durant la nuit de l’ascension et du voyage nocturne. Ils ont également divergé sur l’ascension du Prophète (p) : a-t-elle concerné le corps et l’esprit ou bien l’esprit seul ? Ils ont divergé au sujet du rachat ou de l’exécution des prisonniers de Badr.

Il y a une volonté de diviser les peuples musulmans. L’injustice des régimes poussent les minorités à se séparer d’eux.

L’injustice, la dictature et la corruption sont les levant de révolutions lesquelles engendrent la division et le séparatisme. Et cela arrange bien l’occident car la dictature légitime l’ingérence des puissances étrangères.

La communauté musulmane a connu des événements sociopolitiques dévastateurs qui suscitèrent un grand nombre de sectes et de factions. Les plus importantes furent causées par les rebellions des khawaridjs, des chi’ites…

c)La déviation des califes Omayyades a contribué à cette désunion, transformant le pouvoir en monarchie héréditaire.

d)La complicité de certains savants acquis au pouvoir despotique et cautionnant de manière tacite ou expresse les injustices et les exactions des États.

e)La fabrication de faux hadiths a favorisé la division

f)Les madahibs ne sont pas seulement des facteurs de division, ils favorisent également la prolifération de sectes égarées. La pluralité de madahabs fut à l’origine de disputes et de querelles doctrinales accentuant la division

Certains sont allés jusqu’à interdire le mariage d’une Hanafite avec un Shaféite (Al Albani , Sifa Salat an-Nabi, cité par Bilal Philips : Le Fiqh et son évolution, éd. Tawhid, Lyon 1998)

Les adeptes de certains madahabs se mirent à refuser de prier derrière un imam d’un madahab différent d’où la construction de niches de prières séparées dans les mosquées fréquentées par des musulmans appartenant à plusieurs madahibs.

Et même la mosquée sainte de la Mecque (al-Masjid al-Harâm) qui symbolise l’unité des musulmans fut contaminée par le mal de la division.

Des niches de prières séparées furent installées autour de la Kahba : à chaque madahib la sienne.

A l’heure de la prière un Imam de chaque madahab dirige la prière de ses adeptes. Chaque madahib a son adane dans la même mosquée et plusieurs adanes lancent en même temps les appels à la prière créant une cacophonie pour le moins désagréable.

Cette pratique s’est poursuivie jusqu’au début du vingtième siècle avant que Abdul Aziz ibn Saoud et son armée y mirent fin en octobre 1924.

Les querelles qu’ils alimentent sont incompatibles avec les impératifs de l’unité.

Pourtant, l’appartenance à un madahib n’a jamais été obligatoire pour un musulman, contrairement à la croyance au Coran et à la Sunna qui est obligatoire.

« Suivez ce qui vous a été révélé de la part de votre Seigneur et ne suivez aucun autre maître que Lui » (s7 v3).

« Vous avez dans le Messager de Dieu un si bel exemple pour celui qui espère en Dieu et au jugement dernier » (s33 v21).

En effet, L’unité est obligatoire tandis que l’appartenance à un madahab est facultative. Si cette affiliation doctrinale constitue un obstacle à l’unité, alors il est plus sage de l’abandonner.

Seuls le Coran et la Sunna peuvent unifier les musulmans comme ils les ont unifiés pendant des siècles.

Tout musulman, quelle que soit sa tendance accepte l’unité au nom du Coran et de la Sunna, car la croyance en ces deux sources fondamentales de l’islam est obligatoire, mais si vous lui proposez l’unité au nom de tel ou tel madahib, il vous dira le madahab « x » est meilleur que le madahib « y ».

Ces doctrines mettent généralement les musulmans à l’étroit alors que l’Islam est une vaste étendue où tout un chacun peut s’épanouir.

Rien ne sert de s’enfermer dans un madahib ou dans une doctrine, le meilleur madahib est celui du prophète Mohamed, le meilleur faqih est le Prophète, le meilleur Cheikh est le Prophète Mohammed.

Le rôle du madahib est seulement d’expliquer certains préceptes imprécis et on peut y avoir recours en cas de besoin sans en faire un dogme irréfragable.

Notre port d’attache est le Coran et la Sunna. Les Imams eux-mêmes déconseillent l’imitation aveugle et n’ont à aucun moment prétendu être infaillibles.

Abou Hanifa a dit au sujet de ses prédécesseurs : « ce sont des hommes et nous sommes des hommes, nous faisons l’ijtihad comme ils l’ont fait auparavant ».

Malik a dit : « de chaque parole humaine on peut en prendre et en rejeter, à l’exception de celle du Prophète ». (6.153).

6 - Les fondements de l’unité

Lorsque nous observons les piliers et les pratiques de l’Islam, nous constatons que la discorde n’a théoriquement pas de place chez les musulmans.

a)Unité de la foi La croyance des musulmans en Allah le Très Haut et dans les piliers de la foi est la même. Il n’y a pas de divergences entre eux sur les fondements de la religion et ses principes essentiels.

Tous les musulmans croient en l’unicité d’Allah, en Ses anges, en Ses Livres, en Ses Messagers, au Jour Dernier et à la destinée du bien et du mal.

« Le Messager croit à ce que Lui a révélé son Seigneur ainsi que les croyants. Tous ensemble croient en Dieu, à Ses anges, à Ses Livres et à Ses Messagers, sans faire aucune distinction entre Ses Messagers. Ils affirment : Nous avons entendu et nous avons obéi. Pardonne-nous, Seigneur, car c’est vers Toi que tout doit faire retour ! » (s2 v285)

b)Unité des rites et des pratiques

Les musulmans pratiquent les mêmes rites religieux : prière, jeûne, zakat, pèlerinage « Il vous a légiféré en matière de religion ce qu’Il avait enjoint à Noé, ce que Nous t’avons révélé, ainsi que ce que Nous avons enjoint à Abraham, à Moïse et à Jésus : « Établissez la religion ; et n’en faites pas un sujet de division. » s42 v13

c)Unité de la loi (chari’a) et des sources

Les musulmans s’inspirent des mêmes sources de croyances, de législation, de morales. Ces sources sont Allah et Son Messager. En cas de divergence sur un sujet, leur seule référence doit être le Coran et la Sunna :

« En cas de désaccord entre vous, remettez-vous en à Dieu et au Prophète, si votre croyance en Dieu et au Jugement dernier est sincère. » s4 v59

d)Unité du But

Les musulmans poursuivent le même but : Sauver l’humanité des griffes du Démon.

7 - Les avantages de l’Unité

L’unité comporte d’innombrables avantages pour les musulmans.

D’abord, la satisfaction d’Allah, l’acceptation de nos requêtes, prières et invocations.

Ensuite, l’unité transforme la communauté en puissance respectable par les uns et crainte par les autres si bien qu’il y aura moins de menace, de pression, d’intimidation. Les ennemis de l’islam cesseront de convoiter nos richesses, de critiquer, dénigrer notre religion et ses symboles.

Les musulmans cesseront de s’entretuer et ce sera là un coup mortel pour Satan.

L’unité permet à la communauté de prospérer. Elle fera promouvoir les valeurs de fraternité, de solidarité et d’entraide.

Si l’unité est possible avec les non-musulmans elle est encore plus réalisable entre musulmans.

Après les événements du 11 septembre, des voix se sont élevées en faveur du dialogue entre les religions et surtout entre les musulmans et les chrétiens. Rappelons que parmi les Chrétiens, il existe des gens neutres qui ne peuvent être considérés comme les ennemis de l’Islam. Cet appel eut un écho positif et il y eut plusieurs rencontres et congrès islamo-chrétiens.

Si un dialogue devient possible avec les chrétiens, pourquoi ne pas d’abord envisager ce dialogue entre les musulmans ?

Cela constitue une priorité. Les divergences entre les musulmans sont nécessairement moindres par rapport à leurs dissensions avec les fidèles d’autres religions lesquelles portent sur les fondements de la foi, de la religion tandis que les divergences des musulmans portent sur des questions subsidiaires.

Les musulmans ont les mêmes croyances et pratiquent les mêmes rites.

Seule la volonté fait défaut pour que leur unité soit concrétisée.

Il est temps de se libérer des haines destructrices du passé pour affronter avec courage et lucidité la bataille de l’unité.

8- Comment atteindre cette unité ?

Si l’on considère que la diversité est une loi naturelle, intrinsèque à l’humanité, alors il nous faut gérer nos divergences.

Les musulmans, d’où qu’ils viennent doivent être capables de développer entre eux une culture d’amour, de fraternité, de tolérance.

Pour cela, il faut garder à l’esprit l’éminence de notre Prophète Mohammed, agir comme s’il était parmi nous.

Ni sunnite ni chiite, nous sommes musulmans un point c’est tout.

Nous sommes unis tous par ‘‘la ilaha illa Allah Mohammed Rassoul Allah’’.

Il nous faut Créer une ambiance de fraternité et de Paix.

Se rappeler que Dieu va nous demander des comptes sur cette division. Il nous avertit et nous adresse des menaces sévères contre la division (tafaruq) et la divergence. Allah le Glorifié dit :

« Et voilà Mon chemin dans toute sa rectitude, suivez-le donc ; et ne suivez pas les sentiers qui vous écartent de Sa voie. » [Sourat al-An’am 6.153]

« Et si deux groupes de croyants se combattent, faites la conciliation entre eux. Si l’un d’eux se rebelle contre l’autre, combattez le groupe qui se rebelle, jusqu’à ce qu’il se conforme à l’ordre d’Allah. » [Sourat al-Hujurat 49.9]

Dans le hadith n°171 du recueil de at-Tirmidhi, on rapporte que le Prophète (paix sur lui) a dit : "Ma Oummah se divisera en soixante-treize sectes ; elles iront toutes en Enfer sauf une." Les compagnons demandèrent au Messager d’Allah (paix sur lui) : "Quel sera ce groupe ?" Ce à quoi il répondit : "C’est celui auquel mes compagnons et moi appartenons."

Ce hadith est une simple prédiction, on ne doit pas le prendre comme prétexte pour justifier la division. Au contraire l’unité est un défi que nous devons relever. C’est dans ce sens qu’il faudrait comprendre ce hadith.

Dans plusieurs versets, le Coran ordonne l’obéissance à Allah et à Son Messager : "Obéissez à Allah et à Son Messager".

Le véritable musulman ne devrait suivre que le Coran et les hadiths authentiques. Dans ce hadith, on rapporte que le Prophète (paix sur lui) a dit : "Ma communauté se divisera en soixante-treize sectes." Ce hadith, donc, rapporte que le Prophète a prédit la division de sa communauté en soixante-treize sectes.

Il n’a pas conseillé aux musulmans de prendre une part active à cette division. Le Coran nous ordonne de ne pas créer de sectes. Ceux qui suivent les enseignements du Coran et des hadiths authentiques et qui ne créent pas de sectes sont ceux qui sont sur la bonne voie. Il est interdit, en islam, de créer des sectes et des divisions.

Le glorieux Coran dit :

"Ceux qui émiettent leur religion et se divisent en sectes, de ceux-là tu (Ô Mohammed) n’es responsable en rien : leur sort ne dépend que d’Allah. Puis, Il les informera de ce qu’ils faisaient." (Coran, s6 v159)

Dans ce verset, Allah (swt) dit que le musulman doit se dissocier de ceux qui divisent leur religion en sectes. Mais lorsqu’on demande à un musulman ce qu’il est exactement, souvent il répond : "je suis sunnite" ou "je suis chiite".

Le hadith prononce une condamnation claire du clanisme :

« N’est pas des nôtres celui qui appelle au racisme ou au clanisme, n’est pas des nôtres celui qui combat pour le racisme ou le clanisme et n’est pas des nôtres celui qui meurt pour une cause raciste ou clanique »

« ليس منا من دعا إلى عصبية وليس منا من قاتل على عصبية وليس منا من مات على عصبية »

« ô gens, je vous conseille l’assemblée, dit le Prophète (s), faites attention à la désunion

"أَيُّهَا النَّاسُ عَلَيْكُمْ بِالْجَمَاعَةِ، وَإِيَّاكُمْ وَالْفُرْقَةَ، أَيُّهَا النَّاسُ : عَلَيْكُمْ بِالْجَمَاعَةِ وَإِيَّاكُمْ وَالْفُرْقَةَ"

Si nous appelons à l’unité des musulmans c’est non seulement en raison des multiples avantages qu’elle apporte mais aussi pour mettre en échec les manœuvres des ennemis de l’islam destinées à attiser la discorde et la guerre entre les musulmans.

D’autant plus que notre appel à l’unité et à la fraternité n’est guère en contradiction avec la diversité des opinions ni avec le respect de celles-ci.

Bien au contraire, l’islam nous recommande la fraternité dans le respect des différences d’opinions à condition que cette différence ne conduise pas à la division et aux querelles doctrinales susceptibles d’engendrer l’hostilité et la haine.

Quoi qu’il en soit, c’est l’intérêt de la communauté qui doit l’emporter. Et l’intérêt de la communauté réside dans l’unité.

Si ces divergences vont à l’encontre de l’intérêt de la communauté, il vaut mieux les abandonner ou y remédier scientifiquement par le dialogue. Auquel cas, nous aurions répondu favorablement aux commandements de Dieu et de son messager (paix sur lui).

Ahmed Simozrag

Fait à Ouagadougou, le 22 juin 2012


1 Message

  • Union des Musulmans 12 juillet 2012 03:04, par Audrey

    Bravo pour la modération de ce site. Il n’est pas pourri par des spam sur des pilules bleu c’est rare aujourd’hui. Est-ce grâce à spip ?

    mutuelle santé 08 charleville


    mutuelle santé quelle est la meilleure

    www.univ-mutuelle-sante-france.fr - mutuelle santé remboursement - mutuelle santé lunettes - mutuelle santé hyeres